Accéder au contenu principal

La barbe à papa

Vous l'attendiez tous (si, si), voici la deuxième chronique honteuse du vendredi. Cette fois-ci, elle porte sur les barbus. Pourquoi les barbus me direz-vous ? Quelle curieuse idée ? Et bien, tout simplement parce que je suis moi-même barbu depuis plus de 2 ans maintenant et que je le vis plutôt bien. Mais quid des barbus dans la musique ? Attention, ce qui suit est fortement déconseillé aux âmes sensibles.

En France, c'est indéniable, la barbe n'a pas la côte. Elle reste encore associée au tristement célèbre Carlos. Et oui, celui qui "se mettait en salopette pour faire le sympa ..." (ceux qui ont déjà vu Monsieur Manatane doivent connaître la suite ;-) Celui qui est responsable de quelques hymnes navrants dédiés à la franche rigolade et camaraderie que n'auraient sûrement pas renier son alter ego, l'insupportable compagnon des samedis soirs de déprime à la télé, j'ai nommé Patrick Sébastien. Bref, en tout temps et en tout lieu, les Carlos semblent toujours avoir été des terroristes du bon goût, en témoigne ce "Tirlepimpon" de triste mémoire :


Comme si cela n'était pas suffisant, la barbe en France, c'est aussi ça :


Demis Roussos et ses slows qui tuent. Même si nous avons une excuse car le monsieur n'est en fait pas français mais grec. Ce qui dans le fond ne change pas grand chose au problème, mais c'est toujours bon d'avoir des excuses sous la main au cas où. Et puis, de toute façon, d'après les Inrocks, Demis Roussos, c'était pas si mal et en plus, ça pourrait redevenir à la mode ici. Je les laisse seuls maîtres de leurs opinions. Pour ma part, je reste quand même assez sceptique.

Mais, à l'étranger, la barbe, c'est pas forcément mieux :

ZZ TOP et son drôle de nom de groupe. Plus masculin, tu meurs.

Ou encore ça :

Les Bee Gees, là, on est plutôt dans le côté éfémminé. La barbe, c'est donc viril ... ou pas.

Mais alors qu'est-ce qui m'a donné envie de me laisser pousser les poils au menton ? Je ne sais pas. Peut-être autre chose, ça par exemple ?


<a href="http://www.joost.com/135c6px/t/Kings-Of-Leon-Molly-s-Chambers">Molly's Chambers</a>



A remarquer pour les 2 derniers groupes (ou artistes, Jason Lytle, l'ex-chanteur de Grandaddy chante désormais en solo), que depuis qu'ils ne sont plus barbus, leur inspiration semble un peu s'émousser.
En conclusion, si la barbe avait encore il y a quelques années une connotation assez ringarde, on ne peut nier qu'elle fait actuellement un grand retour en force, non ? L'avenir sera donc poilu ou ne sera pas. (J'aime bien ce genre de phrases définitives qui ne veulent absolument rien dire)
Sur ce, bon week-end à tous.

Commentaires

  1. C'est sympa cette chronique du vendredi, ça te rend plus humain, je croyais que tu n'étais qu'une machine à détruire les disques ;)

    J'aime bien la barbe de quelques jours, mais alors la barbe à la Fleet Foxes, le pauvre chanteur se prend facilement 10 ans dans la tronche.

    RépondreSupprimer
  2. La machine à détruire des disques te remercie bien ;-)
    C'est vrai, la barbe, ça fait vieux, c'est indéniable. L'autre jour, on m'a pris pour un grand-père, ça m'a fait mal. (Le mec devait quand même avoir du caca dans les yeux ...) N'empêche, j'ai eu envie de m'enfermer chez moi et d'écouter du Johnny Hallyday le restant de mes jours ...
    Non, je déconne.

    RépondreSupprimer
  3. Rebaptise le blog en "La musique à Papi".

    RépondreSupprimer
  4. Ouais ben, c'est pas bien de se moquer.

    RépondreSupprimer
  5. La barbe n'a pas la côte en France???? Pourtant elle compte des artistes barbus talentueux et terriblement séduisants : Gérard de Palmas, Sebastien Tellier, Alister.....
    Moi j'aime les garçons à la barbe et aux cheveux longs tendres et rêveurs (du savant fou en passant par l'écolo au musicien) et je ne pense pas être la seule.... Quant à Carlos, un sympathique petit bonhomme, mort trop tôt. Si tu as honte de lui eh bien voilà, pense à tous les hommes qui n'osent plus arborer une petite moustache. Eux je les comprend.
    Bisou amical sur une de tes joues barbues
    Val

    RépondreSupprimer
  6. Merci Val. C'est vrai, j'avais oublié Sébastien Tellier ... Quant aux deux autres, je passe mon tour. (il est barbu De Palmas ?)
    Malheureusement pour toi, je n'ai pas les cheveux longs ;-) Pas encore devenu hippie, mais qui sait ...
    Quant à Carlos, j'admets que le gars devait sans doute être sympathique. Mais franchement, sa musique, j'ai du mal à cautionner ... Je veux bien qu'on rigole, mais quand même, c'est un peu ... euh ... gros :-)
    Bises à toi aussi,
    Vincent

    RépondreSupprimer
  7. moi je cherche un artiste engagé barbu aux cheveux longs entre 46 et 54 ans !
    je suis moi-même artiste et c est dur de ne pas trouver d homme qui vous corresponde !!!
    mon site au cas ou !
    www.criscat.fr
    si vous avez un contact à me communiquer ...........

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…