Accéder au contenu principal

Sammy Decoster - Tucumcari


Bonjour à tous, je suis de nouveau de retour de congés et oui, je sais, j'ai de la chance. Et cette fois-ci, mes vacances auront été plutôt studieuses - mauvais temps oblige - puisque vous aurez droit dans les prochains jours (prochaines heures ?) à pas mal de nouvelles chroniques de disques. Vous allez aussi voir qu'en vacances, bizarrement, je suis assez sévère et ouais, c'est comme ça. Les notes seront pas bien folichonnes. A commencer par ce Sammy Decoster, un nouveau chanteur français qui se prend pour un amerloque. Il paraît que sur scène, c'est vachement bien. Toujours est-il que sur disque, je trouve ça assez quelconque, c'est quelque part entre les premiers disques de Noir Désir pour les textes et le côté rock et les derniers albums de Murat pour le côté folk des grands espaces, un peu bouseux. Le problème, c'est que ça n'a ni la rage des premiers ni la poésie du second. Les textes sont même assez impersonnels. Bref, ça manque indéniablement de personnalité. Et pourtant, on sent que le gars a envie de se la jouer rebelle : "Je partirai me suicider à Hawai", nous dit-il. J'ai quand même du mal à y croire. C'est sans doute parce que je n'ai jamais été fan de Mickey 3D ...(MySpace)

5/10

Chroniques :
Branche ton sonotone
Rigolotes chroniques, futiles et insolentes
Magic

Commentaires

  1. Ceux qui critiquent le plus sont souvent des frustrés incapables de produire quoi que ce soit par eux même... Voir la paille du voisin est souvent plus facile. N'est-ce pas!
    Bref, pour le connaitre personnellement, Sammy ne correspond en rien à votre interpretation psycho-pillier de bistro.
    Si vous n'aimez pas, n'en dégoûtez pas les autres.

    RépondreSupprimer
  2. Ah ... toujours la même rengaine contre les critiques de disques : "Vous n'êtes pas capable de faire aussi bien alors fermez-la !"
    Oui, mais ça serait un peu facile. Désolé d'avoir garder un esprit critique et ne pas tout accepter sous prétexte que "je suis incapable de produire quoi que ce soit" ... Quel monde aseptisé vous me décrivez là ! Quant à Sammy Decoster, je ne doute que cela soit une personne charmante. Ma chronique n'est qu'un avis personnel sur sa musique, après, à chacun de se faire sa propre opinion. Si j'ai réussi à vous dégoûter de Sammy Decoster rien qu'avec ma chronique, c'est que vous ne deviez pas l'aimer tant que ça. A bon entendeur.

    RépondreSupprimer
  3. Vincent a raison. On peut critiquer ce qu'on écoute sans étre un compositeur. On fait partager ce qu'on aime ou n'aime pas.
    Le problème c'est "le dire".
    Dans cette critique, on retrouve des associations
    avec Noir Désir et Jean louis Murat très excessives et non fondées ( copiées sur le Net ? ). Sammy Decoster n'est pas un chanteur à textes. Priorité à la musique.On n'est pas dans la chanson. Ceci étant, les textes sont orientés vers l'imaginaire, par touches impressionistes.A chacun d'imaginer et se faire son "trip".
    Vincent écrit : "un nouveau chanteur français qui se prend pour un amerloque". Et bien oui, ses influences sont typiquement américaines. Elles sont d'ailleurs revendiquées. Mais à mon avis, il n'y a pas actuellement un seul chanteur français capable de faire de l'" americana " authentique et crédible en "français dans le texte ".
    " il parait que sur scène c'est vachement bien ".
    Oui si vous avez l'occasion, c'est un vrai "showman".Que du bonheur.
    Remarque : en France, malheureusement, pour être crédible il faut chanter en anglais. Les textes peuvent être impersonnels , on s'en fout.
    Votre playlist : pour moi c'est de la musique d'ascenseur ou de supermarché.Je critique un critique.

    RépondreSupprimer
  4. Décidément, cette chronique fait parler ... (mais peut-être est-ce le même lecteur qui se cache à chaque fois derrière le pseudo "Anonyme" ?)
    Pour l'association avec Noir Désir, elle concerne surtout la voix très ressemblante de celle de Cantat. Pour Murat, il s'agit plus de l'influence américaine ... Je n'ai malheureusement même pas pompé ces références sur d'autres sites du net. Je les ai trouvé toutes seules comme un grand ;-)
    Pour les textes impersonnels, c'est aussi en comparaison de Noir Désir et Murat ... Non seulement, je trouve la musique de Decoster assez quelconque, mais ces textes aussi. A la différence des 2 autres ...
    Quant à la musique d'ascenseur, chacun sa croix monsieur mais j'assume entièrement mes choix ...

    RépondreSupprimer
  5. Juste pour info : "j'irai me suicider à Hawaï" doit sans doute faire référence à l'assassinat de Lennon par Mark David Chapman. C'est gros comme un building mais bon je veux bien croire qu'il soit plus facile de tomber dans le saccage. Sinon, niveau influence, je mettrais sa musique plutôt du côté du rock alternatif américain (sonic youth, sebadoh & compagnie + presley, cash et autre) que des français que vous citez. Prenez l'"exil" par exemple et voyez l'énergie qui en rayonne. J'ai bien peur qu'il vous faille travailler encore votre oreille !! Allez, bon courage.

    RépondreSupprimer
  6. Bon, un peu de musique maintenant...

    http://www.dailymotion.com/video/xh21xr_house-of-the-rising-sun-by-megaphone-ou-la-mort-live-cover_music

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We