Accéder au contenu principal

Roots bloody roots

Je vous en ai déjà parlé plusieurs fois et cette fois-ci c'est le thème de ce vendredi. Mais oui, je parle bien sûr de mes racines bretonnes ! Je ne pouvais évidemment pas passer à côté d'une chronique honteuse de ma région. Car je ne peux pas dire que j'aime particulièrement la musique celtique, qui a rapidement tendance à me taper sur le système, comme la quasi totalité des musiques dites folkloriques d'ailleurs ...

Tout d'abord, la Bretagne, c'est forcément pour moi, deux noms incontournables : Alan Stivell et les joyeux lurons de Tri Yann.

Le fameux "Tri Martolod", extrait d'une ancienne édition du festival des Vieilles Charrues, grande messe fourre-tout bretonne se déroulant chaque mois de juillet :

Cet air est finalement connu de beaucoup grâce à l'improbable reprise faite par les non moins improbables parisiens de Manau et leur "tribu de Dana".

Ensuite, les affreux jojos de Tri Yann et la non moins célèbre "jument de Michao" :


Et oui, en concert, c'est quand même un peu beaucoup n'importe quoi avec ces gaillards-là. Plaisant surtout après quelques bières ...

Et un peu plus confidentiel mais très connu par chez nous, Gilles Servat et sa "blanche hermine", l'emblême historique de la région :


La Bretagne, c'est aussi les marins et l'alcool et cette chanson tristement devenue populaire :

Nous aussi, en Bretagne, on peut avoir une âme de poète ...surtout quand on a bu ;-)

Et comment oublier cette autre chanson de marin qui fait irrémédiablement penser à la Bretagne : "Santiano" de Hugues Aufray, bien sûr !

Saint-Malo for ever ...

Des groupes plus récents aussi ont fait parler d'eux, comme Matmatah et leur hymne aussi digeste qu'un kouign amann, idéal pour stades de foot, "Lambe An Dro" :


Et comment ne pas mentionner aussi cette fripouille de Miossec et son amour pour Brest, sa ville natale ?


Enfin, je voudrais vous parler aussi d'un obscur chanteur de folk breton - et oui, ça existe - qui se produisait de temps en temps (je ne sais pas si c'est toujours le cas, car ça fait un bail que je n'y ai pas mis les pieds) au bar "Le Cadran Breton" à Paris, près de Montparnasse évidemment. "Le Cadran Breton" est (était?) le repère officiel des supporters du Stade Rennais exilés dans la capitale. Ce chanteur s'appelle Michel Guyader et possède dans son répertoire un de ces trucs que l'on peut facilement chanter en choeur. En plus, il y a une jolie chorégraphie à faire avec les mains, ça s'appelle "Les Goélands" et le refrain donne à peu près ça :

"Le jour où j'irais
Six pieds sous terre,
Ce sera face à la mer,
A l'océan...
Et tant pis si,
Sur ma tombe,
Viennent chier les goëlands"

Si quelqu'un arrive à trouver le morceau sur le net, je suis preneur. En attendant, vous pouvez toujours aller jeter un oeil (une oreille?) à son site ici.

Allez, une prochaine fois, je vous parlerais plus de Rennes, dont je suis natif, capitale un peu plus bourgeoise, un peu plus intello ... dont la scène rock a marqué notamment le début des années 80.

Sur ce, bon week-end à tous.

Commentaires

  1. Tri Yann, Alan, Gilles et Hugues sont des génies ignorés de notre temps, bannis des ondes TV et Radio et pourtant que de tubes, que de talent, de créativité et d'humanité.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…