Accéder au contenu principal

Mes indispensables : The Beach Boys - Pet Sounds (1966)

Dans une récente interview accordée au mensuel de pop moderne Magic, le barbu texan à l'allure de clochard, Josh T. Pearson, cite trois albums qu'il considère comme "parfaits" : "In The Aeroplane Over The Sea" de Neutral Milk Hotel, "Loveless" de My Bloody Valentine et "Pet Sounds" des Beach Boys. Comme le bonhomme a gagné au fil des années une certaine reconnaissance dans le milieu - surtout parmi les blogueurs, il suffit pour cela de voir les louanges unanimes de l'ensemble de la toile (, et ) sur son premier disque solo qui vient de sortir -, son avis est de ceux qui comptent. Là-dessus, même si le terme "parfait" est sans doute exagéré et sera de toute façon toujours sujet à débats sans fin - subjectivité quand tu nous tiens - je le rejoins, car les deux premiers disques faisaient déjà partie de mes indispensables. Ne manquait plus à l'appel que le "Pet Sounds" des Beach Boys. C'est chose faite aujourd'hui, donc. Un groupe de gentils garçons (de la plage) californiens, jusqu'alors plutôt habitués à chanter des mièvreries pop assez inoffensives décident par l'intermédiaire de leur leader, Brian Wilson de s'élever artistiquement en essayant d'égaler leurs rivaux britanniques de l'époque - qu'ils vénèrent - les inévitables Beatles. Pendant que les autres membres s'amusent et partent en tournée, Brian Wilson s'enferme seul en studio pour réaliser le fameux album, qu'il désire "parfait". Il a des idées de grandeur, veut frapper un grand coup et marquer l'histoire de la musique. Ce sera donc "Pet Sounds", un miracle fait disque. 
Les paroles sont toujours aussi légères (on imagine mal aujourd'hui un groupe chanter un truc comme "Don't Talk Put Your Head On My Shoulder"), mais l'orchestration a nettement plus de tenue que précédemment et surtout il y a ces voix et choeurs féériques qui deviendront leur marque de fabrique. McCartney, lui-même est jaloux et considère aujourd'hui encore "God Only Knows" comme la plus grande chanson pop de tous les temps. Le disque devient une influence majeure pour les futures générations, surtout depuis quelques années - les années 70 ayant un peu décrié et rejeté la naïveté béate des Beach Boys - de Animal Collective à Jesus And Mary Chain. Du grand public à l'undergound, "Pet Sounds" est désormais devenu un classique. Brian Wilson a donc réussi son pari : sa musique est éternelle. Les Beach Boys refont récemment parler d'eux avec une nouvelle parution de "Smile", l'album mythique et maudit qui devait faire suite à "Pet Sounds" et aussi pour une série de concerts avec notamment un passage au Grand Rex, à Paris, l'été prochain.

"Sloop John B." :

Commentaires

  1. Quelques remarques à propos de Josh T. PEARSON, évidemment :)
    - il a un look de "lonesome cowboy" pas de "clochard" (sic) même "céleste" et par pitié n'en déduisons pas qu'il fait de la country...
    - la reconnaissance du milieu "indé", il l'a déjà obtenue dix ans auparavant avec Lift To Experience ;
    - les critiques élogieuses sur son album solo sont d'abord légion parmi la presse ; chez les blogueurs (et leurs lecteurs/commentateurs), les louanges ne sont pas unanimes... et c'est tant mieux. Je ne te le conseillerais pas (même si pour moi, c'est un "parfait" chef-d'oeuvre) car il manque singulièrement de "fantaisie et de légèreté." :)

    RépondreSupprimer
  2. Oui, j'ai déjà écouté le disque de Josh T. Pearson et comme tu as deviné, je n'ai pas accroché :)
    Je préférais de loin Lift To Experience...

    RépondreSupprimer
  3. Album parfait, peut-être ... mais surtout album qui me touche profondément à chaque écoute : ce mélange d'euphorie pop, de mélancolie profonde - légers, vraiment des textes du genre "Je n'étais sans doute pas fait pour cette époque" ? - et de génie mélodique pur pour un auteur-compositeur si jeune, seul rival en terme de maîtrise du son pop de Phil Spector ou Burt Bacharach, et si épris d'absolu et de pureté...

    Voilà : c'est sans doute l'album le plus pur jamais composé et publié.
    Une "symphonie pop dédiée à Dieu" selon les dires de Wilson rapportés par son fan n° 1, Michka Assayas ... souvenir du numéro double des Inrocks de l'été 92, un "indispensable" sur le sujet BeachBoysien ;-)

    (et "Caroline No" me paraît encore plus belle/triste que "God Only Knows")

    RépondreSupprimer
  4. @Blake : Oui, tu as raison, il y a une légèreté et une pureté telles qu'à chaque nouvelle écoute, ça fonctionne presque...miraculeusement.

    RépondreSupprimer
  5. À la relecture, quand je disais "un auteur-compositeur si jeune", c'est évidemment à l'époque de l'album parce qu'en terme de son, on a fait plus beaucoup + sophistiqué depuis (mais plus beau, peut-être pas).

    Et vu que Wilson soit ravagé par les psychotropes et le côté vieux scouts du reste du groupe, on peut déplorer qu'ils aient bien mal vieilli nos garçons de la plage :(

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour, j'écris ce commentaire pour vous complimenter sur votre blog. J'avais déjà failli le faire quand j'ai vu votre article classant le 77 des énormes Talking Heads comme indispensable (qu'est-ce que j'aime cet album!), surtout que je partage de nombreux autres "indispensables" avec vous, et que grâce à vous j'ai découvert des artistes désormais vitaux pour moi (animal collective, lcd soundsystem, the smiths, of montreal, arnaud fleurent-didier, les metronomy récemment, et j'en passe) C'est donc après cet article sur Pet Sounds, "album parfait", que je vous remercie vraiment beaucoup pour votre blog :) Car en ce moment, disons que découvrir de la musique plus... recherchée nécessite justement plus de recherches, et que c'est grâce à des magazines, ou des blogs comme le votre que l'on peut échapper à la platitude du mainstream. Donc merci beaucoup, sincèrement merci, vous faites un incroyable boulot sur ce blog, bon courage pour la suite, et surtout, surtout continuez :) !

    Alexandre, terminale, qui vous suit depuis plus d'un an maintenant :)

    PS: je proposerais quand à moi I just wasn't made for these times :)

    RépondreSupprimer
  7. Merci Alexandre pour ces encouragements. Je vais essayer de garder le rythme :)
    Ma préféré, c'est "I'm waiting for the day", comme quoi chacun a la sienne, ce qui est souvent bon signe...

    RépondreSupprimer
  8. Oui, ça prouve encore une fois la qualité de cet album, décidément un chef-d'oeuvre ! J'ai aussi oublié de citer Supergrass, Pulp, Suede, ou Syd Matters que je n'aurais peut-être pas connus sans vous :) Merci encore pour tous ces coups de pouce pour ma culture musicale ;)
    Alexandre

    RépondreSupprimer
  9. "...Josh T. Pearson, cite trois albums qu'il considère comme "parfaits" : "In The Aeroplane Over The Sea" de Neutral Milk Hotel, "Loveless" de My Bloody Valentine et "Pet Sounds" des Beach Boys...". Je trouve toujours cela très intéressant de connaitre la playlist albums cultes des artistes du moment. C'est marrant mais je n'aurais pas pensé à celui-ci de la part de l'ex-Lift To Experience et maintenant membres de Wooden Shjips ou Moon Duo !!!

    Sur "Pet Sounds", que dire qui n'a pas déjà été dis 100 fois.......... A propos de ce disque, je conseille le remix hip hop façon bootleg de Bullion et nommé "Pet Sounds : In The Key Of Dee" (2007)

    A + et bravo pour cette playlist de haute tenue de tes indispensables à toi......

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…