Accéder au contenu principal

Parenthetical Girls - Privilege (Abridged)

Bon, ça y est, on y est, depuis le temps que je l'attendais celui-là. Les Parenthetical Girls ont sorti les trois dernières années pas moins de 5 EP appelés "Privilege", numérotés de 1 à 5. Cet album n'est autre que le meilleur de ces disques, la version "petit manuel abrégé" ("Abridged"). Et de meilleur, il y en a ici : l'ensorcelante valse de "Evelyn McHale" - du nom de la jeune femme qui s'est jetée du haut de l'Empire State Building en 1947, immortalisée en photo et dont le destin tragique est raconté ici -, l'électro-pop ravageuse de "Young Throats", la ballade synthé-kitsch de "Curtains", j'en passe et des plus belles. C'est bien simple, cette formation originaire de Portland fait remonter chez moi les souvenirs de la découverte (adolescente) de Suede et de son "Animal Nitrate" : même clips barrés, même ambivalence sexuelle, même voix maniérée, même extravagance, même sens de la mélodie pop qui transperce, la paire Pennington / Bischoff rivalise d'audace avec Anderson / Butler. Si ça ne vous parle pas, sachez que pour moi, ça veut dire beaucoup, ça veut dire que les Parenthetical Girls sont devenus en l'espace de 5 ans - depuis l'écoute de leur formidable "Entanglements", classé mon top albums de 2008 - l'un de mes groupes préférés du moment et peut-être plus encore.
"Privilege (Abridged)", c'est mon "Different Class" des années 2010, dans les thèmes abordés et dans l'excellence pop (Pennington évoque d'ailleurs le célèbre disque de Pulp dans une récente interview). Si quelques blogueurs font les grincheux sur les sorties musicales depuis le début de l'année 2013, personnellement, j'enquille les disques qui comptent et ce "Privilege (Abridged)" fera assurément partie de ceux-là.

Clip de "The Privilege" :

De nombreux clips illustrant les chansons du disque ont été réalisées et sont visibles sur le site du groupe.

Commentaires

  1. Je me souviens de leur apparition sur un label qui s'est éteint acuarela discos.. c'était une belle surprise..c'est p'tèt le temps de reprendre le truc, en tout cas tu donnes envie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis donc, tu en sais des choses ? Je ne connaissais pas ce label. Je ne savais pas non plus qu'ils avaient commencé dessus. Sinon oui, j'espère bien donner envie, c'est le but ;-)

      Supprimer
    2. Va voir acuarela..même s'ils se sont éteint comme je disais. Y'a un ep de DomA "L'attirance" ( et paticipé à une compile le morceau = "water colour")... là je crois que ça va te dire qqchose :D
      C'est un formidable catalogue madrilène, le coeur underground de l'Espagne... Aroah, Mus, JR, Sr Chinarro... et surtout LE groupe MIGALA.
      Je t'envois le premier Parenthical girl.

      Supprimer
    3. Oui, "L'attirance", je l'ai sur la réédition de "Remué" paru l'année dernière. Dis donc, dommage que ce label se soit arrêté : Dominique A, Darren Hayman, les Wave Pictures, Parenthetical Girls, Xiu Xiu, etc. Pas dégueux comme catalogue !
      Pour les groupes espagnols, j'avoue ne pas les connaître. J'essaierai d'aller jeter une oreille à MIGALA, donc.
      Merci pour toutes ces infos en tout cas ;-)

      Supprimer
    4. ils sont encore sur les rails, mais complètement figés côté catalogue. Y'a un mec chez Gibert qui les faisaient venir, cos qu'il est espagnol et raide dingue de Sr Chinarro... le songwriter pas gai de là bas.

      J'ai un billet pas fini sur les MIGALA..j'arrive pas à finir car il y a une douzaine de disk avec les arborescence après séparation. Faut que je le finisse.

      Supprimer
  2. Énorme découverte :)
    Merci la musique à papa!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, ça fait plaisir de ne pas être le seul à avoir eu le coup de coeur pour ce groupe.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…