Accéder au contenu principal

Arman Méliès - IV

Cette année 2013 semble décidément une année faste pour la musique de chez nous. Après les excellents Aline, Albin de la Simone, Maissiat et Babx, voici un nouveau disque qui risque de squatter un long moment mes oreilles."IV" est plus qu'une confirmation du talent d'Arman Méliès, c'est désormais une certitude : ce chanteur-là possède plusieurs classes au-dessus de la moyenne. Et surtout, il a le don pour se renouveler en beauté. Abandonnant les guitares, sa musique s'auréole maintenant de claviers qui regardent aussi bien vers la new wave (un peu) des années 80 que du krautrock (surtout) des années 70. "Silvaplana / Rôcken / Scharzwâsser / Der Antichrist" est un incroyable morceau de bravoure que n'aurait pas renié un Geoff Barrow à son meilleur, Can en influence majeure..."Mes chers amis", qu'il avait d'abord mis sur la toile agrémenté du discours triomphal de 2007 d'un certain Nicolas S., apparaît sur "IV" désespérément muet. Pour éviter tout rattrapage politique ou tout simplement parce que l'homme ayant été poussé vers la sortie depuis, il n'y a plus rien à dire. A ressortir au cas où quand même, car enrobée de cette musique glaciale, ajoutée à cela le recul de cinq ans de mandat, le ton solennel prend un tournant quelque peu ironique, voire cynique. 
Je pourrais encore faire le même reproche à Arman Méliès, son absence de voix marquante. Celle-ci est atone, impersonnelle. Sauf qu'elle sonne pour une fois très juste, accompagnée par cette musique synthétique et froide. Aussi bien adulé par l'ancienne garde dite "sérieuse", de Bashung à Thiéfaine pour qui il a écrit, que par une jeune génération plus fantaisiste en la personne de Julien Doré, le chanteur appose une signature immédiatement reconnaissable. Près d'un siècle après et avec ce quatrième album, c'est un autre Méliès qui nous envoie à sa façon directement sur la lune. Loin de cette morne terre.

Clip de "Mes chers amis" :
Album en écoute intégrale sur Deezer.

Commentaires

  1. Tu as raison de souligner ce flot de bons disques de chez nous... ça cartonne depuis janvier.. tous bon. J'ai Melies (merci echiré) et Babx (merci échiré :D) qui attend au chaud.. et Albin DeLa Simone tourne en boucle. Moi j'ajoute Murat (vraiment haut niveau) et Alex Beaupin.
    Tu as écouté Alexandre Varlet ?

    RépondreSupprimer
  2. Murat, oui, pas mal, en effet, mais rien de nouveau. Beaupain, je n'ai jamais réussi à accrocher vraiment. Je préfère quand ce sont les autres qui chantent ses chansons, comme dans les films d'Honoré. Et Varlet, j'ai jeté une oreille dessus, mais sans plus. Faudrait peut-être que j'y retourne alors...

    RépondreSupprimer
  3. La chanson du clip donne envie d'en écouter plus, même si je n'accroche pas à 100 pour centà la première écoute. La sortie française que j'attend le plus et qui ne saurait tarder, c'est La Femme, j'irai bien les voir en live en juin aussi. Leur EP avec Sur la Planche, Télégraphe,... est en rotation lourde depuis un bon mois chez moi (je l'ai découvert plutôt récemment donc). :)
    Alexandre

    RépondreSupprimer
  4. Ah je suis (déjà) obligé de me contredire, en réécoutant bien le titre, j'accroche totalement, j'adore le côté ambigu de la chose. Chaque phrase du discours est à double tranchant à travers le prisme de cette musique anxiogène. La référence à Can ayant achevé de me convaincre, je vais de ce pas écouter son "morceau de bravoure" :)
    Alexandre

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro