Accéder au contenu principal

Parenthetical Girls - Privilege (Abridged)

Bon, ça y est, on y est, depuis le temps que je l'attendais celui-là. Les Parenthetical Girls ont sorti les trois dernières années pas moins de 5 EP appelés "Privilege", numérotés de 1 à 5. Cet album n'est autre que le meilleur de ces disques, la version "petit manuel abrégé" ("Abridged"). Et de meilleur, il y en a ici : l'ensorcelante valse de "Evelyn McHale" - du nom de la jeune femme qui s'est jetée du haut de l'Empire State Building en 1947, immortalisée en photo et dont le destin tragique est raconté ici -, l'électro-pop ravageuse de "Young Throats", la ballade synthé-kitsch de "Curtains", j'en passe et des plus belles. C'est bien simple, cette formation originaire de Portland fait remonter chez moi les souvenirs de la découverte (adolescente) de Suede et de son "Animal Nitrate" : même clips barrés, même ambivalence sexuelle, même voix maniérée, même extravagance, même sens de la mélodie pop qui transperce, la paire Pennington / Bischoff rivalise d'audace avec Anderson / Butler. Si ça ne vous parle pas, sachez que pour moi, ça veut dire beaucoup, ça veut dire que les Parenthetical Girls sont devenus en l'espace de 5 ans - depuis l'écoute de leur formidable "Entanglements", classé mon top albums de 2008 - l'un de mes groupes préférés du moment et peut-être plus encore.
"Privilege (Abridged)", c'est mon "Different Class" des années 2010, dans les thèmes abordés et dans l'excellence pop (Pennington évoque d'ailleurs le célèbre disque de Pulp dans une récente interview). Si quelques blogueurs font les grincheux sur les sorties musicales depuis le début de l'année 2013, personnellement, j'enquille les disques qui comptent et ce "Privilege (Abridged)" fera assurément partie de ceux-là.

Clip de "The Privilege" :

De nombreux clips illustrant les chansons du disque ont été réalisées et sont visibles sur le site du groupe.

Commentaires

  1. Je me souviens de leur apparition sur un label qui s'est éteint acuarela discos.. c'était une belle surprise..c'est p'tèt le temps de reprendre le truc, en tout cas tu donnes envie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis donc, tu en sais des choses ? Je ne connaissais pas ce label. Je ne savais pas non plus qu'ils avaient commencé dessus. Sinon oui, j'espère bien donner envie, c'est le but ;-)

      Supprimer
    2. Va voir acuarela..même s'ils se sont éteint comme je disais. Y'a un ep de DomA "L'attirance" ( et paticipé à une compile le morceau = "water colour")... là je crois que ça va te dire qqchose :D
      C'est un formidable catalogue madrilène, le coeur underground de l'Espagne... Aroah, Mus, JR, Sr Chinarro... et surtout LE groupe MIGALA.
      Je t'envois le premier Parenthical girl.

      Supprimer
    3. Oui, "L'attirance", je l'ai sur la réédition de "Remué" paru l'année dernière. Dis donc, dommage que ce label se soit arrêté : Dominique A, Darren Hayman, les Wave Pictures, Parenthetical Girls, Xiu Xiu, etc. Pas dégueux comme catalogue !
      Pour les groupes espagnols, j'avoue ne pas les connaître. J'essaierai d'aller jeter une oreille à MIGALA, donc.
      Merci pour toutes ces infos en tout cas ;-)

      Supprimer
    4. ils sont encore sur les rails, mais complètement figés côté catalogue. Y'a un mec chez Gibert qui les faisaient venir, cos qu'il est espagnol et raide dingue de Sr Chinarro... le songwriter pas gai de là bas.

      J'ai un billet pas fini sur les MIGALA..j'arrive pas à finir car il y a une douzaine de disk avec les arborescence après séparation. Faut que je le finisse.

      Supprimer
  2. Énorme découverte :)
    Merci la musique à papa!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, ça fait plaisir de ne pas être le seul à avoir eu le coup de coeur pour ce groupe.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu