Accéder au contenu principal

The Frank And Walters - This Is Not A Song (1992)

Le rock, le soir, ce n'est plus Lenoir depuis bientôt deux ans maintenant. Son "remplaçant" le plus proche dans l'esprit au sein de la grille de programmes des radios publiques pourrait être Vincent Théval et son Label pop, le lundi soir sur France Musique. Resté à l'écart de l'agitation médiatique depuis sa retraite plus ou moins forcée à la rentrée 2011, Bernard Lenoir refait aujourd'hui parlé de lui avec la sortie d'une compilation regroupant l'essentiel de ses titres préférés diffusés lors de ses années passées dans le poste. L'occasion pour des blogueurs dont il reste, pour nombre d'entre eux, un père putatif, de se remémorer leurs jeunes années. Années de solitude où l'on passait nos soirées accrochées à la radio alors qu'autres sortaient et découvraient les filles et le monde extérieur. Le rock indé a bien souvent été l'apanage des garçons mal dans leur peau et Lenoir sans le vouloir ouvrait à cette population la boîte de Pandore. Ceux qui ont vécu ces années-là en direct connaissent toutes les chansons de "Bernard Lenoir, L'inrockuptible" par coeur ou presque. Avec l'arrivée d'internet, beaucoup d'anciens auditeurs ont réussi à "tuer le père", n'éprouvant plus de raisons particulières de l'écouter, hormis peut-être pour ses fameuses black sessions. Tout et plus que ce qu'il proposait était devenu disponible à l'écoute et en téléchargement. Lenoir a donc eu raison de passer la main. A l'entendre aujourd'hui, on devine bien qu'il vient d'une autre époque. On a l'impression d'assister aux souvenirs d'un ancien combattant d'un monde qui n'existe plus. On aurait aimé une fin plus joyeuse que cette compilation, plus originale surtout avec des extraits de black sessions par exemple. S'il fallait résumer le rock cher à Lenoir, ça serait peut-être par le biais de cet obscur groupe irlandais, The Frank and Walters, synthétisant à merveille l'intelligence et la modestie pop. Ils seront pour les curieux en concert gratuit au Truskel, à Paris, les 19 et 20 avril prochains (c'est Pop Is On Fire qui le dit). La page "Bernard Lenoir" est-elle donc définitivement tournée ? En tout cas, on se demande bien comment font les garçons mal dans leur peau, aujourd'hui...

This is not a song about politics
this is not a song about sex
If you want I'll talk about arrogance
and if you're respectfully dressed

This song is not about old James Dean
'cause he's mentioned in too many songs already
my friend

This is not a song about animals
this is not a song about trees
there are times when you cannot trust no-one
tell me why does this have to be

This song is not about rich or poor
it's about how we probably feel insecure
my friend


This is a song
I wrote especially for you
I want to say thank you for having me too
'cause I'm glad to be here on this earth
living out all my dreams to their worth
and most of all I love you all and wish you well

HOPE YOU REALISE MY SOLITUDE A LITTLE (x4)

Commentaires

  1. Ca paraît évident, non ? Il y a la musique à papa ;)
    Alexandre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh, eh, merci d'avoir saisi la perche que j'avais tendu sans trop y croire...

      Supprimer
    2. Et pourtant !
      Grâce à toi j'ai découvert Of Montreal, je les ai vus en concert sur Nantes, c'était extraordinaire. J'ai découvert le Eno classe XXL des 70's, Interpol, Pulp, Django Django, Grizzly Bear, LCD Sounsystem, Metronomy, Mercury Rev, Animal Collective.... j'ai creusé Bowie, Talking Heads, Smiths, Roxy Music ... Et j'en passe beaucoup. Ca m'a permi des échanges, des débats parfois, autour d'un disque, d'un groupe, avec des gens qui sont devenus de très bons amis par la suite. Ca m'a permi d'oser approcher une fille qui était branchée musique, de l'impressionner un peu avec certains de ces disques là, de nouer des liens, et de supporter le fait que finalement elle soit partie.
      De quoi rythmer une vie.
      Et, je l'espère, de quoi te faire croire encore plus en ce blog ;)

      Alexandre

      Supprimer
  2. C'est étonnant cette idée de musique pour "garçons mal dans leur peau" Je me rappelle d'un bar avec une piste de dance à aix-en-provence qui passait uniquement de la musique type Inrock et je me rappelle avoir dansé comme un fou sur des trucs comme I'm a looser de Beck entouré de jeunes et jolies filles... Alors musique de looser? je ne sais pas... Certes les Smiths ne soignent pas le cafard bien au contraire... du coup, je ne sais pas... Je pense que le mal-être est plutôt lié à l'adolescence...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu as raison, il n'y a pas de vérité absolue, il y a toujours des exceptions. C'est juste qu'avec ma modeste expérience personnelle, j'ai souvent pu vérifier la chose.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…