Accéder au contenu principal

Bertrand Betsch - La Nuit Nous Appartient

Il y a de curieuses coïncidences dans la vie. Un homme qui est mon quasi homonyme crée un label au début des années 1990 du nom de Lithium à Nantes, donc pas très loin de chez moi. Le label depuis a malheureusement cessé d'exister. L'homme, lui, a disparu des projecteurs. Mais il a permis de faire connaître des gens aussi variés et importants que Dominique A, Françoiz Breut, Diabologum et son chanteur Michel Cloup qui oeuvre maintenant en solo, Mendelson, Holden, Jérôme Minière ou encore Bertrand Betsch. La plupart de ces noms sont régulièrement cités sur ce blog. Ce monsieur, au moment où la chanson française ronronnait, a proposé à entendre quelque chose de différent, non formaté, minimaliste mais pas que. Aujourd'hui, Lithium a fait plein de petits, créé des vocations et la plupart de ses artistes ont continué leur route, toujours aussi exigeante. Comme Bertrand Betsch qui a même fondé son propre label, 3h50. Il nous revient aujourd'hui, seize ans après "La Soupe à la grimace", plus pop que jamais. "La Nuit Nous Appartient" ressemble beaucoup au "Courchevel" de Florent Marchet  tant au niveau de la voix que des musiques. Pour les textes, c'est quand même plus direct mais aussi moins abouti - on est aussi assez loin de la noirceur poétique de son premier essai. Quelques titres comme "A la radio" ou "Girls" dont les paroles ne sont pas si éloignées de celles de "à toutes les filles" de la paire Barbelivien-Gray de triste mémoire, apparaissent plutôt dispensables.
Et on se demande alors pourquoi un double album de 26 titres quand la moitié aurait été amplement suffisant ? On aurait même tenu là un des meilleurs disques de l'année 2013. Mention spéciale à "Encore un jour sur la terre", "La nuit nous appartient" ou encore "La puissance de l'espoir". En tout cas, il y a assez de choses intéressantes proposées ici pour faire oublier les deux principales sorties musicales de la semaine, françaises de surcroît qui risquent malheureusement d'éclipser celle-ci. J'ai nommé les deux rescapés Etienne Daho et Bertrand Cantat. Timing compliqué pour Betsch qui ne demande donc qu'à être soutenu davantage, comme la main tendue de la pochette. Le single "J'aimerais que tu me dises", au style très proche d'un Gaëtan Roussel, mériterait un succès équivalent. Et si les chanteurs de l'ex-label Lithium étaient aujourd'hui amenés à obtenir la reconnaissance grand public comme Dominique A et sa Victoire de la Musique ? Pour qu'après "La Soupe à la Grimace", ils mangent leur pain blanc. Enfin.

Clip de "J'aimerais que tu me dises" :

Extraits en écoute sur iTunes.

Commentaires

  1. J'ai lu (dans Magic je crois) qu'il voulait sortir un double album à chaque fois mais que les maisons de disques s'y opposaient. Comme là il a fondé son propre label, il a enfin pu sortir un double sans contrainte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il aurait dû écouter ses précédents labels ;-) Parce que malheureusement, je trouve qu'il y a un peu à boire et à manger sur ce disque. Mais c'est souvent le cas des double albums.

      Supprimer
  2. ça m'intrigue beaucoup ce que tu me dis, car j'ai été un grand fan de Betsch.. "la soupe à la grimace" chez lithium m'a bien abimé..période dominique A, son pote. Je me suis arrété à "la chaleur humaine", car j etrouvais qu'il perdait en substance ce que j'aimais beaucoup avant. y'a un paquet de mecs comme ça dans l'ombre, dans la marge.. même "BB sides" était troublant.
    "La complainte du psycho killer" avait fait des remouds, peut être plombé l'album en 97..malgré tout cette chanson était terrible et belle en mélodie.

    Je n'ai pas encore écouté ce nouvel album que j'ai aussi vu dans Magic.. de toute façon, ça va me plaire :D

    Merci Vince de parler de lui.

    RépondreSupprimer
  3. Oups.. " ce que tu dis".. pas seulement à moi :D

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…