Accéder au contenu principal

Les Innocents - Mandarine

Les Innocents font partie de ces très rares formations (y en a-t-il d'autres ?) apparues en France dans les années 80 et qu'on n'a pas honte d'écouter encore aujourd'hui. Leur musique s'est même bonifiée avec le temps : que de chemin parcouru depuis "Jodie" sortie en 1987 ! Mais bon, d'autres groupes plus illustres ont commencé avec des choses dispensables et nettement plus embarrassantes, alors, on ne leur en tient pas rigueur. Au contraire, on s'en sent d'autant plus proches qu'ils ont grandi en même temps que nous. Les Innocents n'avaient pas donné de nouvelles discographiques depuis plus d'une décennie. Mais on devinait depuis quelques temps que cela n'allait pas durer. Les deux leaders JC Urbain et JP Nataf s'étaient réunis à plusieurs reprises en concert. D'ailleurs, on se demande bien ce que sont devenus les autres membres. Ce sont les deux compères qui s'affichent seuls sur la pochette, contrairement aux précédents disques. 
Cette "Mandarine" ressemble plus aux deux formidables disques solo de JP Nataf, "Plus de Sucre" et "Clair" qu'aux anciennes oeuvres des Innocents. C'est la même texture sonore, les mêmes jeux sur les mots, la même maturité musicale. Car c'est de cela dont il s'agit, de maturité, même si Urbain y apporte quelques connotations plus pop, lumineuses et bienvenues. "Mandarine" s'impose comme le meilleur disque du groupe, pas le plus immédiat ("Fous à lier" répond plus à ces critères là) mais le plus long en bouche, le plus savoureux. Du nectar, je vous dis.

Clip de "Les Philharmonies Martiennes" :

Commentaires

  1. C'est un retour qui fait plaisir à tous les adeptes de cette pop à la française...;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Montero (+ Good Morning TV) - Paris, Point Ephémère - le 26 février 2018

Deuxième jour sans enfants. Deuxième concert. Un de mes disques de 2018 pour l'instant, avec le dantesque dernier Ty Segall. J'attendais donc de pied ferme la venue des Australiens de Montero. Seront-ils aussi euphorisants sur scène que sur disque ? En attendant, nous eûmes droit aux français de Good Morning TV. On sent les bonnes influences anglo-saxonnes, de la dream-pop au morceau final proche du shoegaze, sauf que les chansons ne sont pas très accrocheuses. Le groupe est pourtant appliqué, mais on s'ennuie. Il n'y a pas de flamme. La chanteuse paraît aussi un peu terrifiée. Comme le répertoire de Montero n'est pas très étoffé, on a dû en plus leur demander de jouer plus longtemps, histoire de rallonger son calvaire (et un peu le notre).

Quand la tête d'affiche du jour arrive enfin sur scène, l'ambiance devient soudainement nettement plus détendue. Le chanteur débarque affublé d'un pantalon de pyjama avec des hamburgers, d'une veste en jean ave…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…