Accéder au contenu principal

FFS - FFS

C'est la rencontre improbable de deux formations autrefois brillantes et désormais en bout de course. Les premiers, les frères Maël, alias les Sparks, officient depuis plus de quarante ans. Ils ont connu leur heure de gloire dès leurs débuts avec une paire de disques flamboyants, les toujours impeccables "Kimono My House" et "Propaganda" (et un degré moindre pour "Indiscreet"). Ensuite, il y a bien eu un regain de forme lors de leur période disco avec la collaboration du maître du genre, Gorgio Moroder, qui culminera avec leur plus grand tube en France, "When I'm With You" - Bon ok, c'est sans compter aussi le duo avec les Rita Mitsouko, "Singing in the shower". Depuis, les frères peinent à séduire vraiment, malgré des prestations live qui, paraît-il, tiennent encore la route. Les seconds ont cassé la baraque en 2004 avec un premier album et single ("Take me out") dévastateurs. Depuis, les Ecossais de Franz Ferdinand semblent tourner en rond, mais restent une formidable machine live. 
Que peut-on donc attendre d'une telle collaboration ? Qu'elle ne marche pas (comme dans l'ironique "Collaborations don't work") et que les deux groupes se ridiculisent. Il n'en est rien, car c'est une belle réussite. L'alchimie fonctionne, même si on entend plus les Sparks que Franz Ferdinand. Question de personnalité sans doute. N'empêche ce disque sobrement intitulé FFS, comme le nouveau super-groupe, plus qu'un pas de côté, est un véritable pas en avant pour chacune des deux carrières. De là à dire qu'il y aura une suite... En tout cas, il serait dommage d'arrêter une telle machine à tubes.

Clip de "Johnny Delusional" :

Clip de "Piss Off" :

"Police Encounters" :

Commentaires

  1. Je les aime bien les Sparks, je les suis depuis Kimono. Jamais déçu, les débuts pour prouver qu'ils savent écrire de la chanson pop, des albums qui savent les arranger à l'air du temps, mais aussi et c'est pour ça que je les suis, pour les périodes sans grandes ventes il y a en contrepartie des albums plein de fantaisie, de risque, un côté baroque qui fait davantage Anglais que Californien... Heureusement que ton article est passé par là, FFS ne m'évoquait rien. Maintenant que j'ai écouté, juste un peu, j'ai de suite aimé. Trop vite? On verra. C'est plus conventionnel mais bien roulé. Pour l'instant je ne fais pas la part de l'apport de chacun... Merci

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro