Accéder au contenu principal

FFS - FFS

C'est la rencontre improbable de deux formations autrefois brillantes et désormais en bout de course. Les premiers, les frères Maël, alias les Sparks, officient depuis plus de quarante ans. Ils ont connu leur heure de gloire dès leurs débuts avec une paire de disques flamboyants, les toujours impeccables "Kimono My House" et "Propaganda" (et un degré moindre pour "Indiscreet"). Ensuite, il y a bien eu un regain de forme lors de leur période disco avec la collaboration du maître du genre, Gorgio Moroder, qui culminera avec leur plus grand tube en France, "When I'm With You" - Bon ok, c'est sans compter aussi le duo avec les Rita Mitsouko, "Singing in the shower". Depuis, les frères peinent à séduire vraiment, malgré des prestations live qui, paraît-il, tiennent encore la route. Les seconds ont cassé la baraque en 2004 avec un premier album et single ("Take me out") dévastateurs. Depuis, les Ecossais de Franz Ferdinand semblent tourner en rond, mais restent une formidable machine live. 
Que peut-on donc attendre d'une telle collaboration ? Qu'elle ne marche pas (comme dans l'ironique "Collaborations don't work") et que les deux groupes se ridiculisent. Il n'en est rien, car c'est une belle réussite. L'alchimie fonctionne, même si on entend plus les Sparks que Franz Ferdinand. Question de personnalité sans doute. N'empêche ce disque sobrement intitulé FFS, comme le nouveau super-groupe, plus qu'un pas de côté, est un véritable pas en avant pour chacune des deux carrières. De là à dire qu'il y aura une suite... En tout cas, il serait dommage d'arrêter une telle machine à tubes.

Clip de "Johnny Delusional" :

Clip de "Piss Off" :

"Police Encounters" :

Commentaires

  1. Je les aime bien les Sparks, je les suis depuis Kimono. Jamais déçu, les débuts pour prouver qu'ils savent écrire de la chanson pop, des albums qui savent les arranger à l'air du temps, mais aussi et c'est pour ça que je les suis, pour les périodes sans grandes ventes il y a en contrepartie des albums plein de fantaisie, de risque, un côté baroque qui fait davantage Anglais que Californien... Heureusement que ton article est passé par là, FFS ne m'évoquait rien. Maintenant que j'ai écouté, juste un peu, j'ai de suite aimé. Trop vite? On verra. C'est plus conventionnel mais bien roulé. Pour l'instant je ne fais pas la part de l'apport de chacun... Merci

    RépondreSupprimer
  2. sulpuagzu_Newark Diana Brown

    cobbblacdanre

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

James Yorkston, Nina Persson & The Second Hand Orchestra - The Great White Sea Eagle

  Après la parenthèse de l'iguane, revenons à de la douceur avec un nouvel album de l'écossais James Yorkston et son orchestre de seconde main suédois - The Second Hand Orchestra, c'est leur vrai nom - mené par Karl-Jonas Winqvist. Si je n'ai jamais parlé de leur musique ici, c'est sans doute parce qu'elle est trop discrète, pas assez moderne et que leurs albums devaient paraître alors que je donnais la priorité à d'autres sorties plus bruyantes dans tous les sens du terme. Je profite donc de l'accalmie du mois de janvier pour me rattraper. Cette fois-ci, avant de rentrer en studio avec leur orchestre, Yorkston et Winqvist se sont dit qu'il manquait quelque chose aux délicates chansons écrites par l'écossais. Une voix féminine. Et en Suède, quand on parle de douce voix mélodique, on pense évidemment à Nina Persson, l'ex-chanteuse des inoffensifs Cardigans dont on se souvient au moins pour les tubes " Lovefool " et " My favorite

Danger Mouse & Black Thought - Cheat Codes

" Cheat codes " est un terme bien connu des amateurs de jeux vidéos dont je ne fais plus partie depuis de nombreuses années. Est-ce bien ou mal ? Je ne sais pas. C'est comme ça, ça ne veut pas forcément dire que c'est immuable. Les cheat codes, c'était quand on était bloqué dans le jeu, qu'on ne savait plus comment avancer, soit parce que ça devenait trop compliqué, soit parce que ça nous paraissait d'un coup buggé. Bien sûr, le plaisir n'était plus le même, on avait triché pour pouvoir continuer. Le rap n'a par contre jamais été ma came, vous devez le savoir, vous qui venez ici. Si vous aimez le rap, vous devez sans doute aller voir ailleurs. Car les fans de rock indépendant et de rap sont rarement les mêmes. Encore que l'époque est au brassage des genres, de plus en plus. Cet album de Danger Mouse, producteur de légende, ayant travaillé pour des groupes aussi variés que Gorillaz, Sparklehorse, Beck, The Black Keys, U2, Red Hot Chili Peppers,

The Divine Comedy / Retrospective - Liberation & Promenade - Philharmonie de Paris - 19 septembre 2022

  J'avoue que je n'y croyais plus : deux ans d'attente en raison du COVID, un système de billetterie qui oblige à réserver au moins 3 spectacles en même temps, un concert complet depuis plusieurs mois et puis... Et puis, deux jours avant, une connexion sur le site pour confirmer une dernière fois la chose et s'apercevoir que si, il reste finalement des places. On ne se pose pas longtemps la question avec maman, vu la faible quantité de billets disponibles, malgré les tarifs élevés. En se reconnectant le jour même, il y aura même des catégories moins chères. Bref, le système de billetterie de la Philharmonie de Paris est une aberration. Mais passons. Arrivés sur place, on vérifie la salle, car s'étant déjà fait avoir pour le concert de John Cale, on est méfiant. Sur le billet, il est indiqué Philharmonie de Paris et Cité de la Musique alors que les salles et surtout les bâtiments ne sont pas les mêmes. On arrive juste à temps avant le début. Ici, les horaires inscrit