Accéder au contenu principal

FFS, Les Innocents, Benjamin Biolay, ALA.NI - Paris, Studio 104, Maison de la Radio - 21 juin 2015

Celle-là, je ne croyais pas pouvoir y assister. Il faut dire que j'ai dû en jouer du clic pour parvenir à avoir les précieux sésames. Ceux qui donnaient le privilège d'aller voir gratuitement dans le cadre de la Fête de la Musique les Innocents, FFS (Franz Ferdinand et les Sparks) ou Benjamin Biolay. Une bien belle affiche qui a donc logiquement attiré son lot d'afficionados. Ils étaient nombreux à faire la queue dehors dans l'espoir de désistements. Pas sûr que ceux-ci aient été récompensés. Comme la soirée était entièrement retransmise en direct à la radio, l'ordre des concerts était inhabituel : interdiction de commencer par les moins connus ou les plus calmes de peur de perdre tout de suite les auditeurs. Rien de tel donc que de débuter par les désormais deux Innocents, JP Nataf et Jean-Christophe Urbain, leurs deux seules guitares en bandoulière et leur liste de tubes longue comme le bras, de "L'autre Finistère" à "Colore" en passant par "Un Homme Extraordinaire". On pensait ne jamais revoir ainsi les deux compères qui ont marqué, maman et moi, - surtout maman - notre adolescence : complices, tranquilles, assumant parfaitement leur discographie. La prestation fut évidemment trop courte comme toujours dans ce genre d'occasion. Il faudra les revoir dans d'autres circonstances.

Même constat pour les suivants. Si on m'avait dit que je verrais les Sparks aussi fringants en concert en 2015, qui plus est en compagnie de Franz Ferdinand, je n'y aurais pas cru. Les têtes d'affiche de la soirée furent à l'image de leur réputation scénique : une incroyable machine à tubes capable de faire danser les morts. Russell Maël a fait péter la tenue bretonne, tout en rayures marines jusqu'aux chaussettes. Ron pousse la chansonnette sur l'ironique "Collaborations don't work" et lâche même un sourire avant de partir, ce qui n'est pourtant pas dans les habitudes de la maison. Une partie du public pourtant réputé statique de la Maison de la Radio finit déchaîné sur scène au milieu du "super-groupe", sautant dans tous les sens sur les deux grands succès des formations respectives : "This Town Ain't Big Enough For The Both Of Us" et "Take Me Out".

 Difficile d'enchaîner après ça. Il faut bien attendre une vingtaine de minutes pour que Benjamin Biolay et son groupe se préparent et commencent enfin leur set. L'ambiance n'est pas la même. On est plus à la cool, dans une ambiance feutrée. Le chanteur français a eu la curieuse idée de faire un nouveau disque en reprenant uniquement le répertoire de Charles Trénet. Les présentateurs de France Inter ont beau dire, Biolay a beau faire : Trénet, ça a quand même vieilli. Tout cela n'est pas déplaisant, dans un style presque "jazz manouche", mais c'est lorsqu'il s'attaque à son propre répertoire que Biolay fait vraiment mouche, comme avec "La Superbe" ou "Brandt Rhapsodie"; Jeanne Cherhal vient d'ailleurs l'accompagner, comme sur disque, pour cette dernière chanson, originale et réussie. En tout cas, ce n'est pas étonnant que le chanteur divise, son style nonchalant donne l'impression constante de désinvolture. Quand on voit qu'il passe du piano à la trompette ou au violon avec la même facilité, on reste quand même subjugué.

Enfin, la soirée se finit avec une parfaite inconnue (pour moi) : ALA.NI. Déjà qu'une partie du public avait fuit après FFS, on n'est plus très nombreux, encore présents dans la salle. C'est dommage car il ne faut pourtant pas deux secondes pour s'apercevoir de la qualité vocale exceptionnelle de la jeune chanteuse. On dirait une gamine qui a eu la chance d'avoir un super joujou et qui s'en excuse. C'est un diamant brut, on pense tout de suite aux plus grandes, Billie Holiday notamment. Elle n'est pas encore très bien servi par les accompagnements, trop délicats, presque tout à la gloire de sa voix - mais comment faire autrement? Il faut dire que c'est le guitariste de Biolay qui officie à la rescousse de son musicien resté bloqué à l'aéroport nous dit-on. C'est, au final, une impeccable soirée, sans fausse note, qu'on aurait aimé bien plus longue... Une belle fête de la musique. Une victoire de la Musique.

Commentaires

  1. Effectivement cela sonne belle réussite, je pense être un peu jaloux pour FFS. Mais bon, la jalousie est un gros défaut

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We