Accéder au contenu principal

FFS, Les Innocents, Benjamin Biolay, ALA.NI - Paris, Studio 104, Maison de la Radio - 21 juin 2015

Celle-là, je ne croyais pas pouvoir y assister. Il faut dire que j'ai dû en jouer du clic pour parvenir à avoir les précieux sésames. Ceux qui donnaient le privilège d'aller voir gratuitement dans le cadre de la Fête de la Musique les Innocents, FFS (Franz Ferdinand et les Sparks) ou Benjamin Biolay. Une bien belle affiche qui a donc logiquement attiré son lot d'afficionados. Ils étaient nombreux à faire la queue dehors dans l'espoir de désistements. Pas sûr que ceux-ci aient été récompensés. Comme la soirée était entièrement retransmise en direct à la radio, l'ordre des concerts était inhabituel : interdiction de commencer par les moins connus ou les plus calmes de peur de perdre tout de suite les auditeurs. Rien de tel donc que de débuter par les désormais deux Innocents, JP Nataf et Jean-Christophe Urbain, leurs deux seules guitares en bandoulière et leur liste de tubes longue comme le bras, de "L'autre Finistère" à "Colore" en passant par "Un Homme Extraordinaire". On pensait ne jamais revoir ainsi les deux compères qui ont marqué, maman et moi, - surtout maman - notre adolescence : complices, tranquilles, assumant parfaitement leur discographie. La prestation fut évidemment trop courte comme toujours dans ce genre d'occasion. Il faudra les revoir dans d'autres circonstances.

Même constat pour les suivants. Si on m'avait dit que je verrais les Sparks aussi fringants en concert en 2015, qui plus est en compagnie de Franz Ferdinand, je n'y aurais pas cru. Les têtes d'affiche de la soirée furent à l'image de leur réputation scénique : une incroyable machine à tubes capable de faire danser les morts. Russell Maël a fait péter la tenue bretonne, tout en rayures marines jusqu'aux chaussettes. Ron pousse la chansonnette sur l'ironique "Collaborations don't work" et lâche même un sourire avant de partir, ce qui n'est pourtant pas dans les habitudes de la maison. Une partie du public pourtant réputé statique de la Maison de la Radio finit déchaîné sur scène au milieu du "super-groupe", sautant dans tous les sens sur les deux grands succès des formations respectives : "This Town Ain't Big Enough For The Both Of Us" et "Take Me Out".

 Difficile d'enchaîner après ça. Il faut bien attendre une vingtaine de minutes pour que Benjamin Biolay et son groupe se préparent et commencent enfin leur set. L'ambiance n'est pas la même. On est plus à la cool, dans une ambiance feutrée. Le chanteur français a eu la curieuse idée de faire un nouveau disque en reprenant uniquement le répertoire de Charles Trénet. Les présentateurs de France Inter ont beau dire, Biolay a beau faire : Trénet, ça a quand même vieilli. Tout cela n'est pas déplaisant, dans un style presque "jazz manouche", mais c'est lorsqu'il s'attaque à son propre répertoire que Biolay fait vraiment mouche, comme avec "La Superbe" ou "Brandt Rhapsodie"; Jeanne Cherhal vient d'ailleurs l'accompagner, comme sur disque, pour cette dernière chanson, originale et réussie. En tout cas, ce n'est pas étonnant que le chanteur divise, son style nonchalant donne l'impression constante de désinvolture. Quand on voit qu'il passe du piano à la trompette ou au violon avec la même facilité, on reste quand même subjugué.

Enfin, la soirée se finit avec une parfaite inconnue (pour moi) : ALA.NI. Déjà qu'une partie du public avait fuit après FFS, on n'est plus très nombreux, encore présents dans la salle. C'est dommage car il ne faut pourtant pas deux secondes pour s'apercevoir de la qualité vocale exceptionnelle de la jeune chanteuse. On dirait une gamine qui a eu la chance d'avoir un super joujou et qui s'en excuse. C'est un diamant brut, on pense tout de suite aux plus grandes, Billie Holiday notamment. Elle n'est pas encore très bien servi par les accompagnements, trop délicats, presque tout à la gloire de sa voix - mais comment faire autrement? Il faut dire que c'est le guitariste de Biolay qui officie à la rescousse de son musicien resté bloqué à l'aéroport nous dit-on. C'est, au final, une impeccable soirée, sans fausse note, qu'on aurait aimé bien plus longue... Une belle fête de la musique. Une victoire de la Musique.

Commentaires

  1. Effectivement cela sonne belle réussite, je pense être un peu jaloux pour FFS. Mais bon, la jalousie est un gros défaut

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple,

James Yorkston, Nina Persson & The Second Hand Orchestra - The Great White Sea Eagle

  Après la parenthèse de l'iguane, revenons à de la douceur avec un nouvel album de l'écossais James Yorkston et son orchestre de seconde main suédois - The Second Hand Orchestra, c'est leur vrai nom - mené par Karl-Jonas Winqvist. Si je n'ai jamais parlé de leur musique ici, c'est sans doute parce qu'elle est trop discrète, pas assez moderne et que leurs albums devaient paraître alors que je donnais la priorité à d'autres sorties plus bruyantes dans tous les sens du terme. Je profite donc de l'accalmie du mois de janvier pour me rattraper. Cette fois-ci, avant de rentrer en studio avec leur orchestre, Yorkston et Winqvist se sont dit qu'il manquait quelque chose aux délicates chansons écrites par l'écossais. Une voix féminine. Et en Suède, quand on parle de douce voix mélodique, on pense évidemment à Nina Persson, l'ex-chanteuse des inoffensifs Cardigans dont on se souvient au moins pour les tubes " Lovefool " et " My favorite

Top albums 2023

2023, fin de la partie. Bonjour 2024 et bonne et heureuse année à toutes et tous ! Je termine cette fois-ci un premier janvier, sur le fil, histoire de bien clôturer l'affaire, sans anticipation. Avant de vous dire qu'il s'annonce plein de bonnes choses musicalement parlant pour la nouvelle année, voici un récapitulatif de l'an dernier en 10 albums. 10 disques choisis le plus subjectivement possible, parce que ce sont ceux qui m'ont le plus emballé, le plus suivi pendant douze mois et qui je pense, me suivront le plus longtemps encore à l'avenir. 10- Young Fathers - Heavy, Heavy Ces jeunes pères de famille inventent une pop futuriste à partir de mixtures de TV On The Radio, Animal Collective ou autre Massive Attack. C'est brillant, novateur, stimulant, mais cela a parfois le défaut de ses qualités : notre cerveau est régulièrement en surchauffe à l'écoute de ces morceaux bien trop denses pour le commun des mortels, incapable de retenir autant de sons, d&