Accéder au contenu principal

The Coral - Distance Inbetween

The Coral connaît, comme beaucoup, le syndrome des groupes qui vieillissent : ils perdent en spontanéité et en fraîcheur mélodique ce qu'ils gagnent en maîtrise et en raffinement. Tout dépend de quel côté on se place. Ce nouveau disque sera soit une déception, soit une belle surprise. Pour ma part, je me placerais paradoxalement entre les deux. "Distance Inbetween" étant fidèle à ce que j'en attendais, car, comme tout un chacun, The Coral arrive à maturité et les entendre refaire aujourd'hui des titres comme "Dreaming of you" n'aurait plus de sens. On peut être nostalgique de sa jeunesse, vouloir que celle-ci perdure artificiellement mais dans ce cas, on se leurre. On n'est pas jeune deux fois. Les Liverpudliens de The Coral le savent bien et continuent d'avancer sans regarder en arrière. Leur nouvelle musique est moins pop, moins immédiate, plus dure et plus complexe aussi. 
Ils restent malgré leur éparpillement progressif - le départ semble-t-il définitif de leur ancien et excellent guitariste Bill Ryder-Jones pour une carrière solo plus que prometteuse et un temps d'attente nettement plus long entre deux productions - l'un des groupes pop les plus essentiels de l'époque.

Clip de "Miss Fortune" :

Clip de "Chasing The Tail of a Dream" :

Commentaires

  1. J'y ai retrouvé beaucoup d'Arctic Monkeys, Miles Kane & Last Shadow Puppets... D'ailleurs c'est un peu le virage stoner américain à la "Humbug" qu'ils nous ont fait là.
    Ca peut faire penser aussi aux Black Angels plus récents (les plus pop), tout ça vient pas mal des 13th Floor Elevators & Cie...

    C'était assez inattendu de leur part, et c'est vraiment pas mal du tout par moment, le disque ne m'a pas encore embarqué dans sa globalité mais il faut que je creuse, comme tu l'as bien dit il n'est pas immédiat.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Montero (+ Good Morning TV) - Paris, Point Ephémère - le 26 février 2018

Deuxième jour sans enfants. Deuxième concert. Un de mes disques de 2018 pour l'instant, avec le dantesque dernier Ty Segall. J'attendais donc de pied ferme la venue des Australiens de Montero. Seront-ils aussi euphorisants sur scène que sur disque ? En attendant, nous eûmes droit aux français de Good Morning TV. On sent les bonnes influences anglo-saxonnes, de la dream-pop au morceau final proche du shoegaze, sauf que les chansons ne sont pas très accrocheuses. Le groupe est pourtant appliqué, mais on s'ennuie. Il n'y a pas de flamme. La chanteuse paraît aussi un peu terrifiée. Comme le répertoire de Montero n'est pas très étoffé, on a dû en plus leur demander de jouer plus longtemps, histoire de rallonger son calvaire (et un peu le notre).

Quand la tête d'affiche du jour arrive enfin sur scène, l'ambiance devient soudainement nettement plus détendue. Le chanteur débarque affublé d'un pantalon de pyjama avec des hamburgers, d'une veste en jean ave…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…