Accéder au contenu principal

The Horrors - Primary Colours


Alors voilà le disque dont tout le monde parle en ce moment : le nouvel album de The Horrors. Pourtant, leur premier essai n'avait pas beaucoup fait parler de lui à l'époque. Alors pourquoi celui-là ? Parce que Geoff Barrow, le grand manitou de Portishead. C'est l'homme qui est derrière le nouveau son du groupe. Et cela s'entend. Surtout sur le dernier titre "Sea Within A Sea". Ce "Primary Colours" est pourtant bien dans la lignée de ce qui se fait beaucoup actuellement, à savoir un savant mélange de new-wave tendance gothique et d'influences de ce qu'on a appelé le mouvement "shoegazing" au début des années 90. Quelque part entre Joy Division et My Bloody Valentine, donc. Avec un peu du son du dernier Portishead. Forcément, on en frémit d'avance. On se dit que ça ne peut être que fabuleux. Et pourtant, je reste sur ma faim. C'est un peu brouillon, ça manque de concision. Ce n'est pas la claque du premier Interpol par exemple, même si certains titres comme "I Only Think Of You" y font beaucoup penser. "Sea Within A Sea" est bon, mais trop long, comme la plupart des morceaux. Ce qui faisait la force de Joy Division, c'était leur son tendu. Celle de My Bloody Valentine, c'était les mélodies pop sous les larsens. Ici, c'est Joy Division sans la tension, My Bloody Valentine sans les mélodies pop. Juste pas mal, sans plus. C'est dommage. (Site officiel)

6/10

Chroniques :
Gonzaï
Bloglounge
The Guardian
Les Inrocks
Pitchfork

Commentaires

  1. Tsss, tu t'es trompé, ce n'est pas "Sea Within A Sea est bon, mais trop long", mais "Sea Within A Sea est long, mais trop bon". Je l'aime bien ce disque, même si ce sont de gros imposteurs, la touche Portishead me plaît particulièrement...

    J'aurais bien aimé aller à la RDR, mais ça va être tendu. Et merci pour le blog !

    RépondreSupprimer
  2. euh le premier album a eu un énorme buzz en Angleterre, en France ça n'a pas spécialement pris au niveau du grand public (en même temps avec un disque garage sauvage comme le premier difficile de faire aussi bien que franz ici!) mais en Angleterre ça a plutôt bien marché, et les singles 45tours se vendent très très chers sur ebay, ce qui est quand même en général bon signe

    personnellement, je trouve qu'il y a aussi une grosse influence Kraut, notamment sur le single, la basse fait pas mal penser à un morceau de Can

    RépondreSupprimer
  3. Pas faux ce que tu dis Alex Twist et l'envolée électro me fait penser à la fin de The Rip de...Portishead!
    Sinon l'album, dommage, surtout la première partie un peu chiante à mon goût excepté le premier titre que j'aime beaucoup aussi.

    RépondreSupprimer
  4. D'accord avec Panda Panda, pour le début de l'album. Quand à la fin de "Sea Within A Sea", c'est effectivement grandement inspiré de "The Rip" ...
    Désolé, alex twist pour le buzz du premier disque outre-atlantique, je ne savais pas ... Mais, c'est vrai qu'ils ont le look pour ;-)

    RépondreSupprimer
  5. oui et pour l'influence de Can, ce n'est pas étonnant, c'est une des principales sources d'inspiration de Barrow !

    RépondreSupprimer
  6. le premier lp n'était pas du tout connoté 'kraut' comme je disais c'était à fond dans le délire 60s avec une pointe de "post-punk" sur les bords

    un des commentaires, parlent d'imposteurs? je ne sais pas? en tout cas ce sont des gens qui aiment bcp la musique, et qui ont des gouts en la matière vraiment originaux
    rien que pour ça je ne peux que les aimer :)

    RépondreSupprimer
  7. Peut être que l'interview sur mon blog pourra te faire changer d'avis !

    http://boomboomerang.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
  8. @Yann : Merci pour le lien vers l'interview, mais j'ai déjà changé d'avis depuis, car si tu regardes mon bilan de fin d'année 2009, tu verras que The Horrors apparaissent en (très) bonne place.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple,

James Yorkston, Nina Persson & The Second Hand Orchestra - The Great White Sea Eagle

  Après la parenthèse de l'iguane, revenons à de la douceur avec un nouvel album de l'écossais James Yorkston et son orchestre de seconde main suédois - The Second Hand Orchestra, c'est leur vrai nom - mené par Karl-Jonas Winqvist. Si je n'ai jamais parlé de leur musique ici, c'est sans doute parce qu'elle est trop discrète, pas assez moderne et que leurs albums devaient paraître alors que je donnais la priorité à d'autres sorties plus bruyantes dans tous les sens du terme. Je profite donc de l'accalmie du mois de janvier pour me rattraper. Cette fois-ci, avant de rentrer en studio avec leur orchestre, Yorkston et Winqvist se sont dit qu'il manquait quelque chose aux délicates chansons écrites par l'écossais. Une voix féminine. Et en Suède, quand on parle de douce voix mélodique, on pense évidemment à Nina Persson, l'ex-chanteuse des inoffensifs Cardigans dont on se souvient au moins pour les tubes " Lovefool " et " My favorite

Top albums 2023

2023, fin de la partie. Bonjour 2024 et bonne et heureuse année à toutes et tous ! Je termine cette fois-ci un premier janvier, sur le fil, histoire de bien clôturer l'affaire, sans anticipation. Avant de vous dire qu'il s'annonce plein de bonnes choses musicalement parlant pour la nouvelle année, voici un récapitulatif de l'an dernier en 10 albums. 10 disques choisis le plus subjectivement possible, parce que ce sont ceux qui m'ont le plus emballé, le plus suivi pendant douze mois et qui je pense, me suivront le plus longtemps encore à l'avenir. 10- Young Fathers - Heavy, Heavy Ces jeunes pères de famille inventent une pop futuriste à partir de mixtures de TV On The Radio, Animal Collective ou autre Massive Attack. C'est brillant, novateur, stimulant, mais cela a parfois le défaut de ses qualités : notre cerveau est régulièrement en surchauffe à l'écoute de ces morceaux bien trop denses pour le commun des mortels, incapable de retenir autant de sons, d&