Accéder au contenu principal

Yeah Yeah Yeahs au Bataclan le 30/04/2009


Jeudi dernier, j'étais au Bataclan pour mon premier concert de l'année 2009 ! Et oui, seulement ... Pas terrible quand on tient un blog de zik ! Mais pas facile quand on est nouveau papa ! Enfin, bref, c'était mon premier concert des Yeah Yeah Yeahs aussi, groupe dont j'avais surtout adoré le premier disque et un peu moins les deux suivants, surtout le dernier en fait. Mais je partais tout de même confiant, persuadé que la bande à Karen saurait tout de même être à la hauteur de l'événement. En attendant l'arrivée du groupe new-yorkais, nous avons eu droit à la fameuse première partie. Ils s'appellent HTRK, sont à priori australiens, ont sûrement des origines asiatiques vu leurs têtes, et font de la musique un peu dans l'esprit de My Bloody Valentine et je ne suis pas sûr qu'ils fassent beaucoup parler d'eux dans l'avenir. Car franchement, je n'ai jamais vu un groupe aussi amorphe sur scène. Leur jeu est statique, comme leur musique d'ailleurs : il n'y a aucune progression dans les morceaux, pas même de mélodies. La chanteuse n'a aucun charisme et son jeu de scène se résume à peu près à agiter des maracas de manière mécanique. On a l'impression d'entendre de la musique passée dans un vieux magnétoscope dont les piles seraient usées. Vous savez quand la voix devient grave et la musique ralentie. Bref, sachant que tout ça est noyé sous les larsens, cela devient vite un calvaire pour les oreilles. Une demie heure interminable. Sans doute une des pires prestations qu'il m'ait été donné de voir.


Après trois longs quarts d'heure de préparation avec notamment la mise en place d'un gros globe au centre de la scène, arrivent les Yeah Yeah Yeahs et il ne faut pas 2 secondes pour s'apercevoir de la différence entre les deux formations présentes ce soir-là. C'est souvent comme ça avec les premières parties, on a l'impression qu'ils ne servent que de faire valoir au groupe principal. Mais il faut avouer que les américains sont indéniablement puissants en concert, sans doute encore plus que sur disque. Karen O est une véritable tornade : elle s'amuse, danse dans tous les sens, hurle, chante, rie, balance des confettis, change plusieurs fois de tenues - toutes aussi bariolées les unes que les autres. Elle est incontestablement la chanteuse actuelle la plus classe et la plus rock'n'roll avec PJ Harvey. Tous les principaux tubes du groupe sont joués : "Y Control", "Maps", "Date with the night", "Gold Lion", "Zero", etc. Le public est aux anges, le set est impeccable, très pro finalement malgré l'énergie dépensée. Le seul regret, c'est que tout cela est court, beaucoup trop court, à peine 1h15 de concert. Mais on se dit que le groupe a quand même tout donné. Je sors en nage, je viens peut-être déjà d'assister à mon meilleur concert de l'année - surtout si c'est le seul ;-) A moins que je ne sois devenu "bon public", du fait que j'aille moins souvent à des concerts. D'ailleurs, j'ai trouvé ici un commentaire d'une personne un peu moins emballée que moi. Un rabat-joie sans aucun doute ;-)


Avec en bonus, une vidéo récapitulative du concert (d'assez mauvaise qualité, mais bon, cela donne quand même un aperçu ...) postée sur YouTube. On peut y entendre successivement les chansons : Heads With Roll, Cheated Hearts, Skeletons, Soft Shock, Down Boy, Zero, Y Control & Maps.

Commentaires

  1. Alors oui, c'est la honte, premier concert de l'année seulement ;) ça a dû te faire du bien en tout cas, t'en faisais beaucoup avant ?

    Je n'ai jamais vraiment écouté les Yeah Yeah Yeahs, juste le dernier que je n'aime pas...

    RépondreSupprimer
  2. C'est dommage, leur dernier album est effectivement leur moins bon ...
    Avant, je devais aller voir une quinzaine de concerts par an à peu près sans compter les festivals.
    Cet été, on va quand même essayer d'aller à la Route du Rock à Saint-Malo, histoire de rattraper notre retard :-) Et puis l'affiche s'annonce plutôt pas mal => http://routedurock.free.fr/edition20092.html
    Sinon, tu as bien fait de changer ton site, il est encore plus beau qu'avant. Belles photos de la capitale en tout cas ...

    RépondreSupprimer
  3. mauvaise qualité... on fait avec les moyens du bord! j'avais que mon téléphone portable sur moi, et pourtant j'ai fait l'effort d'enregistrer des extraits du concert. donc quand on utilise la vidéo de quelqu'un d'autre, on n'a pas à se plaindre, non? Du moins, ça serait la moindre des choses à faire pour remercier la personne...
    sinon, merci pour cet article. en tout cas, moi j'ai adoré le concert. l'ambiance était excellente comparée à d'autres groupes aussi importants que les YYYs. et le fait que ce soit trop 'calculé', il y a les concerts de groupes moins importants sur la scène indé, avec des concerts complètement improvisés, et qui dure parfois à peine une heure (ex. Late of the Pier...). En tout cas, je pense que les YYYs méritent quand une meilleure critique que celle-là (n'en parlons pas du lien mentionné dans ce 'post' : en plus, on y trouve des erreurs niaises, ce n'était pas l'anniversaire du guitariste (et d'ailleurs il a un nom, il s'appelle Nick Zinner) et encore moins de son frère (non, Nick Zinner et Karen O ne sont qu'amis), mais c'était celui du père de Nick... Quand on se décide à écrire une critique très péjorative d'un groupe, on essaye au moins de montrer qu'on sait à quoi on s'attaque).

    RépondreSupprimer
  4. Désolé Katherine pour avoir dit que ta vidéo était de mauvaise qualité. Effectivement, c'est déjà sympa d'avoir filmé, ça fait des souvenirs, comme qui dirait. A bientôt j'espère.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro