Accéder au contenu principal

Mes indispensables : The Kinks - The Kinks Are The Village Green Preservation Society (1968)


Ils sont quatre. Ils sont anglais. Entre 1966 et 1969, ils étaient les rois (les Kinks ?) de la pop. Non, ce ne sont pas les Beatles, mais bien les Kinks. Groupe sous-estimé chez nous - mais toujours adulé outre-manche ? -, surtout en comparaison de la folie qui existe encore aujourd'hui autour des fameux Fab Four. Car, pour moi, - mais j'aime bien aller à contre-courant ;-) -, la bande à Ray Davies est sans doute ce qui s'est fait de mieux en terme de pop anglaise. Mais seulement entre 1966 et 1969, donc. Car, avant c'était le pataud "You Really Got Me", qui est resté, malheureusement pour eux, leur plus célèbre morceau qu'ils traînent aujourd'hui comme un boulet. Et après, les Kinks, c'est devenu de plus en plus "caca-boudin" ... Alors, que pendant cette période - qui est aussi la période faste du duo McCartney/Lennon - Davies ne se prenait pas encore au sérieux et délivrait pourtant chanson pop parfaite sur chanson pop parfaite, en témoigne notamment ce qui restera comme leur grande oeuvre, ce foisonnant "Village Green Preservation Society". Mais, pourquoi les Kinks étaient-ils alors meilleurs que les Beatles ? Tout simplement, parce que Ray Davies écrivait mieux que Lennon et McCartney réunis, parce que leur musique était mieux arrangée, plus subtile, tout en restant aussi mélodique, qu'ils n'avaient pas de George Harrison en leur sein, pour polluer leur production avec un titre ou deux à la sitar, que leur musique a, je trouve bizarrement, mieux vieillie - peut-être aussi parce que passant moins en radio, elle a, de ce fait, moins lassée -. Parce qu'ils étaient plus drôles aussi.


Pour ces raisons et pour d'autres encore, le monde entier devrait réécouter la musique des Kinks et la ré-estimer en rapport de celle des Beatles. Car le problème de ce groupe, c'est que lorsque l'on veut le faire écouter à quelqu'un qui ne le connait pas, on a toujours la même réponse : "On dirait les Beatles. C'est copié sur les Beatles, ça ressemble beaucoup aux Beatles." Ce qui est profondément injuste : "Village Green Preservation Society", c'est pourtant 15 morceaux du niveau d'"Eleanor Rigby". Et rien que les premières notes de basse au début du morceau éponyme devraient suffire à faire la différence : jamais McCartney n'aurait pu en faire autant.

"Last Of The Steam Powered Trains" et "Picture Book" live en 1969 :

Commentaires

  1. J'aime bien ton blog. Je ne suis pas un grand fan des Kinks et encore moins de cet album-ci. Je préfère Something Else (pour harry rag) et la chanson a well respected man, seul morceau des Kinks qui figure clairement parmi mes favoris.

    RépondreSupprimer
  2. "Something Else" est aussi un de mes préférés des Kinks, mais pour d'autres chansons que "Harry Rag" : Waterloo Sunset évidemment, David Watts, Death Of A Clown, Two Sisters, etc. Mais j'en reparlerais sans doute ;-)

    RépondreSupprimer
  3. death of a clown et two sisters entrent effectivement dans le lot!

    RépondreSupprimer
  4. un peu de mauvaise foi (mais ce n'est pas pour me déplaire), les beatles n'étaient quand même pas des glands
    les kinks étaient effectivement les seuls à se hisser au niveau
    mais leur son et leur style définitivement trop anglais les a coupé d'un succès plus large
    village green est un chef d'oeuvre mais il ne faut pas oublier arthur (or the decline and the fall of the british empire)
    pour entendre des kinks plus roots, jetez une oreille bienveillante sur muswell hillbillies

    RépondreSupprimer
  5. Oui, sans doute un peu de mauvaise foi, mais c'est aussi pour faire réagir ;-)
    Quant à leur album "Arthur", je ne suis par contre pas super fan ...

    RépondreSupprimer
  6. Je n'ai rien du tout contre les beatles : est ce qu'ils étaient des artistes très doués ? Oui . Mais est ce que les autres n'ont pas le droit a leur chance ? Oui et c'est pour ça que je suis bien d'accord avec cette critique : Les Kinks sont EXCELLENTS . Je ne sous estime pas les beatles mais franchement : une chanson qui peut te mettre la larme a l’œil comme " village green " ou qui te donnera immédiatement le sourire comme " all of my friends were there " ( qui me fait toujours penser aux monty python ^^) il fallait un sacré bon niveau pour imaginer des perles comme celle là !!! Et sans aucune provocation je ne pense pas que les beatles l'aurait fait aussi ... aussi bien . tout simplement . Mais je précise que c'est une préférence personnelle ( un fan des beatles pourrait me répondre que les kinks n'aurait pas pu imaginer Yellow submarine ou lucy in the sky après tout . )

    RépondreSupprimer
  7. Les Kinks = 100 000 000 000 000 fois meilleurs que les Beatles ... Sans hésitation .
    Ou plutôt les " Beach boys de Liverpool " puisque la majorité de leur musique est pompée soit aux beach boys soit a Elvis et aux autres artistes Américains comme Frank Zappa .
    Et franchement au niveau de l'écriture des paroles il n'y a pas photo : l'amitié et l'amour c'est bien mignon mais ça manque quand meme cruellement de profondeur surtout au bout de 150 chansons sur le sujet .
    D'ailleurs les Velvet Underground on fait un morceau parodique génial pour ironiser la dessus : " Who loves the sun " . Très drôle , mordant , et musicalement très réussi .
    (Les Velvet underground meilleurs que les Beatles également au passage ...)
    Et je ne parle meme pas de Imagine de Lennon qui ressemble plus au délire qu'un adolescent utopique en pleine crise qu'a autre chose lorsqu'on se penche sur le texte .
    Ecoutez seulement Dead end Street , Sunny afternoon , et Waterloo Sunset . Rien qu'avec ces trois morceaux ça saute aux yeux que les Beatles étaient les plus populaires mais pas les plus doués .
    Sans oublier tout le reste de leur discographie .

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple,

Beak - >>>>

A peine remis du magnifique concert de Beth Gibbons, que nous apprenions la sortie surprise d'un nouvel album de Beak, groupe de Geoff Barrow depuis 2009 et la fin (?) de Portishead. Beak a la bonne idée d'intituler ses disques d'un " > " supplémentaire à chaque fois - on en est au quatrième - , comme pour dire que la formation est en constante progression, ce qui est assez vrai, tellement cette nouvelle mouture impressionne d'emblée. Les deux premiers titres, " Strawberry Line " et " The Seal " fixent la barre très haut. La production est toujours impeccable, avec une rythmique bien mise en avant, rappelant bien sûr le krautrock dont on sait que Barrow est amateur depuis " Third " chef d'oeuvre indépassable de Portishead, ce chant distant et ces chansons qui progressent lentement, créant ce climat de tension constante, dans l'attente de ce qui va suivre. La suite, moins immédiatement renversante, plus lancinante, nous

Top albums 2023

2023, fin de la partie. Bonjour 2024 et bonne et heureuse année à toutes et tous ! Je termine cette fois-ci un premier janvier, sur le fil, histoire de bien clôturer l'affaire, sans anticipation. Avant de vous dire qu'il s'annonce plein de bonnes choses musicalement parlant pour la nouvelle année, voici un récapitulatif de l'an dernier en 10 albums. 10 disques choisis le plus subjectivement possible, parce que ce sont ceux qui m'ont le plus emballé, le plus suivi pendant douze mois et qui je pense, me suivront le plus longtemps encore à l'avenir. 10- Young Fathers - Heavy, Heavy Ces jeunes pères de famille inventent une pop futuriste à partir de mixtures de TV On The Radio, Animal Collective ou autre Massive Attack. C'est brillant, novateur, stimulant, mais cela a parfois le défaut de ses qualités : notre cerveau est régulièrement en surchauffe à l'écoute de ces morceaux bien trop denses pour le commun des mortels, incapable de retenir autant de sons, d&