Accéder au contenu principal

Top albums 2001

2001, l'année du 11 septembre. L'année de quelques très bons disques aussi. L'année du renouveau d'une certaine idée "traditionnelle" du rock. Les Strokes en sont les plus brillants représentants avec un premier album qui fait déjà office de classique. L'indie-pop américaine n'est pas en reste avec trois grands albums de trois de ses plus brillants porte-paroles : Mercury Rev, Sparklehorse et Pinback. 2001, ce fut aussi pour moi la découverte des Czars, formidable formation de pop-folk trop méconnue, dont le chanteur John Grant, aujourd'hui en solo, semble connaitre enfin une petite reconnaissance méritée. Coté britannique, Radiohead conserve son titre de plus grand groupe de rock actuel en remettant une couche supplémentaire à son précédent "Kid A". The Divine Comedy se "regénère" intelligemment en piquant le producteur de ces derniers. Spiritualized s'offre un grand orchestre classique pour un somptueux "Let It Come Down". La France découvre enfin Yann Tiersen par le biais d'Amélie Poulain en oubliant presque la belle "Absente" et Dominique A signe un retour à la "vie" remarqué.

10. The Divine Comedy - Regeneration 
Neil Hannon prend le producteur de Radiohead et laisse tomber ses envies un brin mégalos de symphonies pop baroques. "Regeneration" porte bien son nom en ce sens qu'il fait écho à son premier disque, l'autre bien nommé, "Liberation", deux albums à la sensibilité moins ostentatoire, plus humble et raffiné. Et le petit irlandais redevient un des plus grands songwriters de ces vingt dernières années...

9. Yann Tiersen - L'absente 
"L'absente", sortie la meme année que la bande originale d'Amélie Poulain, a été injustement ternie par l'incroyable succès de cette dernière. Lors d'être un disque de routine, il résume admirablement bien le Tiersen d'avant tout en dévoilant déjà celui d'après. Et puis, les invités tous plus classieux les uns que les autres, sont au diapason.


8. Sparklehorse - It's a wonderful Life 
Un titre tristement prémonitoire ? Sachant que depuis, Mark Linkous, le leader de Sparklehorse a mis fin à ses jours, la chanson éponyme, comme l'ensemble de ce superbe disque, presque apaisé, prend aujourd'hui une connotation encore plus dramatique.


7. Mercury Rev - All is dream
Mercury Rev continue dans la lignée de leur génial "Deserter's Songs". Les mélodies ne sont peut-être plus aussi accrocheuses, les penchants psychédéliques reviennent de manière plus évidente, mais ce "All Is Dream" contient suffisamment de climats différents et de très beaux textes pour séduire presque autant que son prédécesseur.


6. Spiritualized - Let It Come Down 
Jason Pierce abandonne un peu ses relents "bluesy" et les grosses guitares pour délivrer son disque le plus mélodique, le plus symphonique avec la présence d'un grand orchestre. L'homme semble enfin délivré de ses vieux démons et sa musique s'en retrouve plus belle que jamais.


5. Dominique A - Auguri 
Après le ténébreux et renfermé "Remué", Dominique A s'autorise une première véritable sortie au grand air. Sa musique prend alors une ampleur et une diversité inattendues. "Auguri" contient au moins deux des plus grandes chansons de son auteur ("Pour La Peau" et "Le Commerce de l'eau") et aussi deux reprises, une prévisible (Polyphonic Size) et l'autre nettement moins (Dalida). Décidément, à chaque disque, le chanteur parvient brillamment à se réinventer.

4. Pinback - Blue Screen Life 
Ils ne sont que deux mais jouent chacun de tous les instruments. Pas étonnant au final qu'on ait l'impression d'entendre sur la plupart des titres de ce "Blue Screen Life", deux chansons en une, voire plus encore. Le genre de disques à tiroirs et durée de vie infinie.


3. The Czars - The Ugly People Vs. The Beautiful People 
Le moment où je découvre (enfin?) l'existence de ce groupe à la pureté musicale familière tout en étant malheureusement bien trop rare. Les mélodies belles à pleurer se bousculent dès le début de ce disque. Et tout du long, l'inspiration semble ne jamais se tarir. Voilà une source limpide dans laquelle il est toujours agréable de plonger.


2. Radiohead - Amnesiac 
Le groupe d'Oxford enfonce le clou après le surprenant virage expérimental amorcé avec "Kid A". Certains lâcheront définitivement le train en marche... D'autres plus aventureux ne jureront plus que par Thom Yorke et sa bande. Même s'il commence désormais à bégayer, Radiohead s'était alors définitivement envolé au-dessus de la masse.


1. The Strokes - Is This It ? 
Est-ce tout ? Oui, un disque essentiel et puis s'en va. Ces jeunes gens savamment dépeignés et habillés venant des milieux branchés new-yorkais relancent le rock à papa des années 60/70 et c'est diablement efficace. Mais inévitablement éphémère. En attendant, on est reparti pour un tour. Comme quoi, le rock, lui, est éternel.

Commentaires

  1. L'absence de Noir Désir m'étonne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais été un grand fan du groupe à part quelques titres, et le triste fait divers n'a pas arrangé les choses :-(

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro