Accéder au contenu principal

Anna Calvi (+Drahla) - La Route du Rock collection Hiver - Saint-Malo - 23 février 2019

La vie est affaire de circonstances. On était en Bretagne, dans la région rennaise, au moment de la Route du Rock collection hiver. L'occasion était donc idéale pour aller y faire un tour. Surtout qu'il y avait la venue de la divine Anna Calvi - dont j'ai honteusement passé sous silence ici son dernier et excellent album "Hunter" paru l'an passé. Il y avait aussi les américains de BC Camplight mais on apprit une fois arrivés sur place que leur concert avait été annulé pour cause de retard de vol. Pas cool. On a donc attendu l'ouverture des festivités une heure plus tard, l'organisation eut la bonne idée d'avancer chaque concert de trente minutes. La soirée débuta donc avec les anglais de Drahla. Les ayant écouté un peu avant de venir les voir, j'étais resté sur une impression très mitigée : la musique post-punk du groupe me paraissait pas mélodique pour un sou et surtout assez lourdaude. J'en eus vite la confirmation en live. La présence d'un saxophone apportait certes un peu d'originalité mais l'ensemble restait assez univoque, les titres se ressemblant tous. Pas sûr qu'on réentende parler de Drahla. Le concert devait durer 50 minutes, il durera une bonne dizaine de minutes de moins. Pas forcément grave, vu le peu d'enthousiasme ressenti par rapport à ce qu'on entendait maman et moi. L'un des écueils des festivals ne disposant que d'une seule scène est cette attente particulièrement longue entre deux prestations, le délai d'attente étant équivalent à la durée même d'un concert. Anna Calvi arriva sur scène, une fois que celle-ci fut au préalable inondée de lumière rouge.

D'emblée, elle capta l'attention toute entière du public, avec un "No more words" particulièrement bienvenu, comme un brillant résumé de son talent hors norme. Le silence de cathédrale entre chaque respiration de la chanson était impressionnant. Là où Drahla semblait vouloir combler à tout prix le silence et les espaces, Calvi gardait le parfait contrôle, soufflant constamment le chaud et le froid, la douceur et la furie. La chanteuse est seule en scène avec sa guitare, mais n'a pas besoin de plus. Pour l'avoir déjà vu dans d'autres configurations, notamment avec un batteur, la présence de musiciens supplémentaires avait tendance à alourdir l'ensemble. Elle disqualifie la quasi intégralité de la concurrence. On n'a jamais entendu une telle maîtrise vocale et de la guitare depuis Jeff Buckley. Si l'américain s'autorisait parfois quelques sorties de routes, quitte à trop en faire. Chez l'anglaise, tout reste incroyablement maîtrisé, même quand ça dissone un peu. A peine une heure de concert et un goût de trop peu. La classe absolue, jusqu'au "good night" final. On décide d'en rester là, il aurait fallu attendre trois bons quarts d'heure supplémentaires le concert suivant qui ne pouvait de toute façon qu'être décevant.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu