Accéder au contenu principal

Jessica Pratt - Quiet Signs

La musique de Jessica Pratt est de celles à côté desquelles on peut aisément passer. Parce qu'elle est si discrète qu'elle se fait à peine entendre dans le tumulte de nos vies. Pour l'écouter, elle réclame un minimum d'attention et de calme. Certains n'auront même pas cette patience là. Cette musique nous fait irrémédiablement penser à celle d'une Vashti Bunyan : même voix enfantine ou plutôt sans âge, même délicatesse et sobriété des arrangements. Mais là où Bunyan avait cet état d'esprit libertaire - sans doute propre à l'époque - qui la voyait s'éloigner rapidement du milieu musical suite à l'échec commercial de son premier disque, Pratt semble, à l'inverse trop réservée pour tout abandonner ainsi. Les féministes me diront que c'est peut-être le contraire : la plus âgée ayant finalement sacrifié sa carrière pour sa vie de famille quand la plus jeune continue coûte que coûte, malgré son succès plus que relatif. L'histoire n'est pas de savoir si ces femmes sont à l'image de leur époque respective - ne le sommes-nous pas tous à notre manière ? -, mais plutôt de savoir si leur musique restera. Pour Vashti Bunyan, il a fallu attendre plusieurs décennies et l'engouement de la nouvelle scène folk emmenée par Devendra Banhart et Animal Collective à l'orée du 21eme siècle, pour qu'elle connaisse un culte grandissant. Peut-être que pour Jessica Pratt, il en sera de même. 
Hasard de l'actualité, c'est Tim Presley, qui vient de sortir ce qui est sans doute son meilleur disque, qui l'avait repérée pour la faire signer en 2012 sur son propre label, Birth Records. Avec "Quiet Signs" paru cette fois-ci sur City Slang, elle semble prête à prendre enfin son envol. On espère que les vautours et autres rapaces n'attaqueront pas ce précieux et charmant oisillon. Son chant est de ceux qui nous transportent, améliorant notre quotidien.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Grandaddy & The Lost Machine Orchestra - Paris, le Trianon - 20 avril 2022

Enchaînement de concerts avec un quatrième en trois semaines. Celui-là, je l'avais coché il y a quelques temps déjà. Mais maman n'étant pas grande amatrice du groupe, je l'avais mis en " stand-by " (" Bye-Bye ..."). Et puis, il aura fallu qu'au détour d'une soirée entre parents le sujet soit mis hasardeusement sur la table pour qu'on prenne nos places, à la dernière minute ou presque. Grandaddy, c'est la période bénie de la pop américaine au mitan des années 90-2000. Avec les Flaming Lips (le groupe existait bien avant mais leurs meilleurs disques sont sortis à ce moment-là), Mercury Rev et Sparklehorse. Un quatuor pour l'éternité et au moins quatre chefs d'oeuvres de suite : " Deserter's songs " en 1998, " The Soft Bulletin " en 1999, " The Sophtware Slump " en 2000, " It's a wonderful life " en 2001. On pourrait même rajouter Wilco en 2002. Ce soir-là, au Trianon, magnifique écrin

Panda Bear & Sonic Boom - Reset

" Reset " ? Pas vraiment aurait-on tendance à penser de prime abord. On reconnaît tout de suite Panda Bear dès les premières notes et le chant si caractéristique. Le génie mélodique derrière Animal Collective, c'est lui. Le style de Sonic Boom apparaît ici plus diffus, en filigrane. Les quelques arrangements psychés, c'est lui. Il faut dire que derrière le foisonnement sonore de Noah Lennox, le nom à la ville de notre Panda, difficile de se faire une place. Après le retour inespéré de son groupe à un niveau d'excellence avec " Time Skiffs " paru en février dernier, il en profite pour sortir un disque avec un ami de longue date. Les deux artistes se connaissent depuis plusieurs années, en tant que réfugiés en terre portugaise. L'ancien membre de Spacemen 3 n'a pas connu le même succès que son ex-compère parti formé Spiritualized pour le bonheur que l'on sait. La musique de Peter Kember est plus modeste que celle de Jason Pierce, mais ce n'

Nick Cave & The Bad Seeds, Kraftwerk, The Liminanas, Los Bitchos, DIIV, Aldous Harding, etc - Festival Rock en Seine - 26 août 2022

On ne pouvait pas finir l'été sans un festival. Bon ok, on avait été au Harbour Bristol Festival, mais celui-là était en plein centre ville, on n'y retrouvait pas vraiment l'ambiance d'un festival classique. On a donc joué au plus court de chez nous : Rock en Seine au parc de Saint-Cloud. D'autant que la programmation, cette année, était plutôt alléchante. On sentait que les programmateurs voulaient rattraper ces deux années perdues en raison du COVID. Le jeudi était dédié au rock pour "jeunes", même si peu d'entre eux écoutent encore du rock, avec la jeune garde britannique, Yard Act, Fontaines DC, Idles et comme tête d'affiche les valeurs sûres d'Arctic Monkeys. On avait plutôt choisi avec maman, le rock pour "vieux", avec la date du vendredi. Et oui, on assume complètement notre âge. On est arrivé presqu'à l'ouverture, en tout cas pour les premiers concerts. Les Bretons de Gwendoline - un rennais, un nantais, pour la paix