Accéder au contenu principal

Top albums 2020

Nous y voici, le dernier post de l'année pour clôturer un millésime qui restera forcément dans les mémoires. Pas pour des raisons très réjouissantes, car l'actualité ne m'a jamais semblé aussi déprimante qu'en 2020. Pourtant, les disques ici ne sont pas tous pleurnichards, loin s'en faut. Au contraire, même, ils essaient de maintenir l'espoir en des jours meilleurs, par leur fantaisie, leur enthousiasme à toute épreuve. Dan Deacon, l'éternel adolescent, en est l'emblème. "Mystic Familiar" est son meilleur disque, le plus accessible, le plus mélodique. Avec celui des Australiens de The Avalanches, ils auront admirablement encadré l'année 2020 pour lui apporter un peu de cette fraîcheur plus indispensable que jamais. Et malgré tout, joyeuses fêtes de fin d'année à toutes et tous et à l'année prochaine !

10- The Jacques - The Four Five Three (Modern Sky UK)

Le résultat, ce sont des titres très pop, à l'image de "Do Me For A Fool" dans l'esprit des regrettés Her's, ou l'entraînant et irrésistible "Henrick", mais aussi des morceaux aux rythmiques nettement plus lourdes voire psychédéliques, surtout en début du disque. Bref, il est difficile de cerner la direction prise par The Jacques. Leur premier album "The Four Five Three" est chaotique comme cette année 2020 mais finit par le rock lyrique et héroïque de "God's Lick" de la meilleure des manières. L'avenir n'est pas si sombre.


9- Other Lives - For Their Love (ATO Records)

La musique des américains originaires de Stillwater en Oklahoma gagne en amplitude, en épaisseur, sans perdre son côté accessible, assez immédiat. Dès les premières notes de "Sound of Violence", tout est déjà en place, la voix, les cordes et le son boisé des guitares. D'un coup, on se sent bien, à la maison, à l'image de celle de la pochette. Il ne manque que le feu dans la cheminée, les braises qui crépitent. Other Lives, c'est ce qu'on voudrait tous, en ce moment. Les voilà donc promis au succès. Enfin mérité.

8- Porridge Radio - Every Bad (Secretly Canadian)
Surtout ne pas s'arrêter à l'écoute d'une ou deux chansons de ce "Every Bad". Cet album, à l'image de ses glorieux aînés, se déguste sur la longueur, pour en apprécier sa variété, ses multiples influences. Vous verrez, rapidement, vous n'arriverez plus à vous en défaire. Vous aimerez vous y perdre et y revenir encore et encore. "Every Bad" est le premier grand disque de rock de l'année et donc de la décennie.

7- Sault - Untitled (Black Is) (Forever Living Originals)
L'album, même long, s'écoute d'une traite - sans mauvais jeux de mots, étant donné le sujet - en maintenant intacte la curiosité et l'attention, car il propose beaucoup et en qualité. Voilà un disque éminemment politique, très bon de surcroît et qui mérite donc amplement de représenter cette "maudite" année 2020. Un disque qui donne envie de croire en des jours meilleurs, qui donne envie de croire aux "miracles".
6- Jonathan Bree - After The Curtains Close (Lil' Chief Records)
Le rouge de "After The Curtains Close" fait suite au bleu de "Sleepwalking". Si le ton est plus sombre - les textes ont été écrits suite à une rupture sentimentale -, la musique (et la qualité) reste sensiblement la même. On retrouve donc cette pop d'inspiration sixties - Gainsbourg ou les "girls groups" chers à Phil Spector - aux arrangements soignés portés par la voix de crooner discret de Bree.

5- Grimm Grimm - Ginormous (Tip Top)
De jolis petits contes pour enfants, voilà à quoi ressemblent ces petites miniatures pop lo-fi. Sauf que derrière les apparences (comme pour les frères Grimm), tout n'est pas si rose. "I always wanted to write an album that sounds as a wedding and a funeral at the same time" dit-il en parlant de son dernier album justement. On peut lui répondre qu'il a réussi.

4- Ezechiel Pailhès - Oh (Circus Company)
Si tout cela est ici admirablement mis en musique. Dans les rares cas où les textes sont faits "maison" comme pour l'excellent titre d'ouverture "J'aimerais tant", on y gagne pourtant en sens mélodique. Bref, comme son nom l'indique, ce "Oh!" est une bien belle surprise. Disque français de l'année.
 

3- Hen Ogledd -Free Humans (Domino Records)

Il demeure plusieurs constantes derrière tout ça : une incroyable liberté artistique, un amateurisme revendiqué dans les arrangements, un étonnant mélange de fun et d'élitisme. Parfois terriblement simple et basique, parfois outrageusement alambiquée, la musique est à l'image de la pochette bariolée. Le groupe semble ne pas se fixer de limites, hormis celle de se faire plaisir avant tout, ce qui fait de ce "Free Humans" un disque foisonnant, ardu à engloutir du premier coup, qui nécessite de nombreuses écoutes pour en venir à bout. A chaque fois, on y découvre de nouvelles pistes à emprunter.

2- The Avalanches - We Will Always Love You (Modular Recordings)

Je ne sais pas si on aimera toujours ces australiens, comme le titre de leur album, mais en tout cas, leur discographie est pour l'instant assez jubilatoire, leur musique dégage une énergie euphorisante. Idéal pour ces fêtes moribondes qui s'annoncent.

1- Dan Deacon - Mystic Familiar (Domino Records)

Dan Deacon est comme ça, tel un gamin, il adore toucher à tout, quitte à casser ses propres jouets. On comprend qu'il n'est pas encore prêt de passer à l'âge adulte. On peut s'en offusquer mais c'est aussi ce qui fait l'essence et l'attrait de sa musique. Elle est joyeusement régressive et n'a de limites que nos oreilles qui ont sans doute trop l'habitude de musiques aseptisées.


Commentaires

  1. merci ! j'ai rempli ma poche à découvertes :-)

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Bizarrement, il me fallait des disques un peu funs et débridés cette année... Merci et bonnes fêtes !

      Supprimer
  3. un bilan hors des sentiers battus et c'est tant mieux. au plaisir de continuer à te lire !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro