Accéder au contenu principal

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection.


JANVIER
8   : Electric Soft Parade - Stages
10 : Alexandra Savior - The Archer
17 : of Montreal - UR FUN
24 : Andy Shauf - The Neon Skyline
       Tristen - Les identités remarquables
31 : Dan Deacon - Mystic Familiar
       Superbravo - Sentinelle
       Destroyer - Have We Met

FEVRIER
7   : Isobel Campbell - There is no other...
14 : Octave Noire - Monolithe
21 : Spinning Coin - Hyacinth
28 : Grimm Grimm - Ginormous

MARS :
6   : The Saxophones - Eternity Bay
       Andrea Laszlo de Simone - Immensità
13 : Porridge Radio - Every Bad
20 : Rustin Man - Clockdust
       Baxter Dury - The Night Chancers
27 : Sorry - 925

AVRIL :
2   : Tara King Th. - Mathématique
10 : Jackie Lynn - Jacqueline
24 : Other Lives - For Their Love

MAI :
1   : Caleb Landry Jones - The Mother Stone
8   : Modern Studies - The Weight of The Sun
15 : Ezechiel Pailhès - Oh
       Sparks - A Steady Drip, Drip, Drip
       Perfume Genius - Set My Heart On Fire Immediately
22 : Woods - Strange to Explain
       Nation of Language - Introduction, Presence
29 : Deerhoof - Future Teenage Cave Artists

JUIN :
5   : No Age - Goons be gone
19 : Sault - Untitled (Black is)
26 : Bananagun - The True Story of Bananagun
       Becca Mancari - The Greatest Part

JUILLET :
17 : Jonathan Bree - After The Curtains Close
31 : Ganser - Just Look at The Sky

AOUT :
7   : Billy Nomates - Billy Nomates
12 : Sweeping Promises - Hunger For A Way Out
21 : Meridian Brothers - Cumbia Siglo XXI

SEPTEMBRE :
11 : The Flaming Lips - American Head
18 : The Apartments - In and Out of The Light
25 : Hen Ogledd - Free Humans

OCTOBRE :
2   : Working Men's Club - Working Men's Club
9   : Barbara Carlotti - Corse, île d'amour
16 : Odessey and Oracle - Crocorama
23 : Gorillaz - Song Machine, Season One

NOVEMBRE :
6 : The Jacques - The Four Five Three
     Dominique A - Vie étrange
     Tiña - Positive Mental Music Health

DECEMBRE :
4   : Chapi Chapo et les jouets électroniques - Collector
11 : The Avalanches - We Will Always Love You

Commentaires

  1. J'ajoute Cabane pour ce disque hors du temps. Et le Thurston Moore qui m'a vraiment emballé. Merci pour toutes tes chroniques et découvertes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Cabane, j'aime bien. Par contre, ça ne m'a pas transporté plus que ça. Quant au Thurston Moore, il faudrait sans doute que je le réécoute, mais j'avais l'impression que ça tournait un peu en rond, cette affaire. Mais bon, après une telle carrière, c'est difficile de se renouveler.

      Supprimer
  2. Mon album de l'année est, et de loin, "Shortly After Takeoff" de BC Camplight, brillant de bout en bout. Sinon, mention aux deuxièmes très bons disques de Rolling Blackouts CF et Fontaines DC.

    Sylvain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien aussi le BC Camplight, mais pas tout justement. Pour les deuxièmes Rolling Blackout CF et Fontaines DC, je les trouve nettement moins bons que les premiers. Je ne retrouve pas la même fraîcheur...

      Supprimer
  3. A part le magnifique album de Woods, le disque qui m’a le plus accompagné - et réconforter - en 2020 est le deuxième LP de LANE, pictures of a century - https://idol.lnk.to/Pictures_of_a_Century.
    Sinon qu’as-tu pensé des dernières sorties de Parcels et de Khruangbin? As-tu écouté Yin Yin et Pokey LaFarge?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le dernier Woods est excellent mais je le trouve quand même un peu en-dessous du précédent "City Sun Eater in the River of Light" qui était mon disque de l'année 2016. L'effet de surprise en moins sans doute... Le disque de LANE est aussi très bien mais de facture là encore "trop" classique. Pour Parcels - c'est un live uniquement non ? - et Khruangbin, c'est pas trop ma tasse de thé. Pour Yin Yin et Pokey Lafarge, j'avoue avoir déjà avoir rapidement écouté et... zappé. Peut-être à tort. Merci pour la piqûre de rappel.

      Supprimer
  4. Pas de traces de Protomartyr dans tes listes 2020. Tu es passé à côté de pépites comme The Aphorist ou Worm in heaven ?
    Sinon le dernier Laetitia Shériff est très bien et mérite qu'on y jette une oreille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas de traces de Protomartyr, ni de Laetitia Shériff, tout comme Fontaines DC ou Idles... Désolé, je n'ai pas accroché, mais on est assez loin dans l'esprit de mes premiers (Dan Deacon, The Avalanches ou Hen Ogledd). Il me fallait un peu de plus de légèreté cette année sans doute... :-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro