Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Hefner - The Fidelity Wars (1999)

Et oui, pas de vacances pour la musique à papa cet été avec encore aujourd'hui un nouvel "indispensable". Et une fois n'est pas coutume, ce n'est pas ce qu'on pourrait appeler un classique rock ultra-connu et reconnu puisqu'il s'agit de "The Fidelity Wars", deuxième album des trop sous-estimés Hefner. A l'époque, ma passion immodérée pour les Smiths puis Belle & Sebastian est terminée, il me faut donc trouver des nouveaux chouchous, le genre de groupe dont je dois absolument posséder tous les disques. Ce sera Hefner, un obscur groupe anglais, dont le leader Darren Hayman, avec son look de geak est le prototype idéal de l'anti-star. Pourtant, en quatre albums seulement (comme les Smiths, le Velvet Underground ou les Pixies, comme quoi ça doit être le chiffre idéal), son groupe a réussi à se créer un univers bien à lui, avec ses pochettes façon BD, ses chansons sous forme d'hymnes pour toutes les petites choses du quotidien (il y aura l'hymne pour les cigarettes, pour l'alcool, pour le café, pour La Poste, pour les choses que nous n'avons pas faites, etc), sa pop déglinguée qui doit autant aux Violent Femmes, aux Modern Lovers, qu'aux Smiths ou Belle & Sebastian justement, ses questions existentielles sur la vie, sur l'amour surtout ("How can she love me when she doesn't even love the cinema that I love.") Le tout sans se prendre le moins du monde au sérieux. Je me rappelle pour cela l'un de leur unique concert dans l'hexagone, à la Boule Noire, où le groupe, feignant l'amateurisme, se contentait de mettre principalement en avant sa bonne humeur et sa joie simple d'être là. Et tant pis si Darren oubliait les paroles en plein milieu des chansons, il n'était pas le dernier pour faire réagir et participer le public en improvisant par exemple des chorégraphies assez improbables. Pourquoi cet album plus que les trois autres ? Sans doute parce que c'est avec celui-là que j'ai découvert le groupe. Parce que j'aime toutes les chansons ou presque. Parce que c'est sans doute leur meilleur, tout simplement.
Au mois d'octobre prochain, on annonce un nouvel album de Hayman, qui sévit désormais en solo. Malheureusement, s'il a sans doute gagné en expérience et en richesse d'écriture (sa palette d'influences est plus variée), il a aussi indéniablement perdu ce qui faisait tout le sel de sa musique : ses mélodies enjouées et sa fraîcheur. Alors voilà, si Hefner ne sera jamais considéré comme un groupe important dans l'histoire du rock, il peut pourtant rapidement devenir indispensable à tous ceux, comme moi, qui ont au départ goûté un peu innocemment à leur musique. Car ces hymnes ont un fort potentiel addictif. Alors, Hefner, des amis pour la vie ?

Clip de "I Took Her Love For Granted" :

Commentaires

  1. "Trop sous-estimés", tout-à-fait exact.
    Mystérieux, car c'est vraiment accessible...
    Il a des groupes maudits...
    :-)

    RépondreSupprimer
  2. Oui, entièrement d'accord, assez incompréhensible ce désintéressement général pour ce groupe.

    RépondreSupprimer
  3. Et puis il y a Don't Flake Out On Me sur ce disque. Si ce n'est pas une des chansons les plus touchantes de cette fin de décennie ça y ressemble beaucoup.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…