Accéder au contenu principal

Dominique A (+ Joy) - la plage du Glazart - 10 juillet 2010

C'est dans un drôle d'endroit que nous avions pris rendez-vous avec Dominique A (et oui, ça faisait longtemps, hein ?) ce samedi 10 juillet 2010, à Paris. Une plage coincée, porte de la Villette, à deux pas du périphérique ! La soirée avait commencé plutôt tranquillement, attablés près du bar - de la plage, donc - une bière à la main. Nous écoutions attentivement Joy, la première partie. Derrière ce nom (en hommage à  leur compatriote François Feldman ? - désolé, on a les références qu'on peut !) se cache un groupe belge dont le chanteur Marc Huyghens est une vieille connaissance puisqu'ex-leader des regrettés Venus. Le style est d'ailleurs assez proche de celui de son ancien groupe, sauf qu'il semble encore leur manquer ce qui faisait l'intérêt principal de cette musique : ce rock, qui sous couvert de belles mélodies torturées, cachait une sensibilité à fleur de peau (surtout sur l'excellent "Welcome to the modern dance hall"). Ici, pas vraiment d'accroche immédiate mais un premier album est encore à venir et il faudra sans doute leur laisser un peu de temps pour se faire une opinion plus précise.
Arrive ensuite Dominique A sous un ciel alors entièrement dégagé, après le temps plutôt menaçant de la fin d'après-midi. D'abord un peu impressionné de voir aussi distinctement les visages présents devant lui, il prendra petit à petit ses aises, nous délivrant comme de coutume une prestation de qualité, le tout dans une apparente décontraction estivale. Il est accompagné cette fois-ci de trois jeunes musiciens et notamment d'un guitariste (du groupe rennais Montgomery ?) qui a dû sérieusement écouter  Radiohead, car on croirait à une réincarnation de Jonny Greenwood : même coiffure, même attitude nonchalante,  même recherche sonore entre bidouillages de pédales d'effets et de claviers électroniques. Dominique A jouera presque l'intégralité de "La Musique" (je l'ai déjà dit, ce n'est pas mon préféré) et 2 titres de son dernier EP "Kick Peplum" (d'ailleurs, il va falloir que je me le procure, celui-là). Puis ce sera les habituels classiques "Le commerce de l'eau", "La peau" et "Le courage des oiseaux" toujours aussi parfaitement maîtrisés, agrémentés de quelques vieilleries plus rarement jouées comme "Le faussaire" ou son plus grand succès à ce jour "Le 22 bar" (s'est-il enfin réconcilié avec la chanson?). Le soleil commence à se coucher et c'est le moment que choisit le chanteur pour tirer sa révérence, en solitaire, après un deuxième rappel. Un concert de Dominique A est décidément toujours un agréable moment, un peu suspendu, hors du temps. Même si, s'agissant du bonhomme, je ne dois pas être très objectif...
Quelques (belles) photos du concert sont visibles ici et ici.
Et même une vidéo, pour le souvenir d'une belle soirée d'été :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu