Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Hefner - The Fidelity Wars (1999)

Et oui, pas de vacances pour la musique à papa cet été avec encore aujourd'hui un nouvel "indispensable". Et une fois n'est pas coutume, ce n'est pas ce qu'on pourrait appeler un classique rock ultra-connu et reconnu puisqu'il s'agit de "The Fidelity Wars", deuxième album des trop sous-estimés Hefner. A l'époque, ma passion immodérée pour les Smiths puis Belle & Sebastian est terminée, il me faut donc trouver des nouveaux chouchous, le genre de groupe dont je dois absolument posséder tous les disques. Ce sera Hefner, un obscur groupe anglais, dont le leader Darren Hayman, avec son look de geak est le prototype idéal de l'anti-star. Pourtant, en quatre albums seulement (comme les Smiths, le Velvet Underground ou les Pixies, comme quoi ça doit être le chiffre idéal), son groupe a réussi à se créer un univers bien à lui, avec ses pochettes façon BD, ses chansons sous forme d'hymnes pour toutes les petites choses du quotidien (il y aura l'hymne pour les cigarettes, pour l'alcool, pour le café, pour La Poste, pour les choses que nous n'avons pas faites, etc), sa pop déglinguée qui doit autant aux Violent Femmes, aux Modern Lovers, qu'aux Smiths ou Belle & Sebastian justement, ses questions existentielles sur la vie, sur l'amour surtout ("How can she love me when she doesn't even love the cinema that I love.") Le tout sans se prendre le moins du monde au sérieux. Je me rappelle pour cela l'un de leur unique concert dans l'hexagone, à la Boule Noire, où le groupe, feignant l'amateurisme, se contentait de mettre principalement en avant sa bonne humeur et sa joie simple d'être là. Et tant pis si Darren oubliait les paroles en plein milieu des chansons, il n'était pas le dernier pour faire réagir et participer le public en improvisant par exemple des chorégraphies assez improbables. Pourquoi cet album plus que les trois autres ? Sans doute parce que c'est avec celui-là que j'ai découvert le groupe. Parce que j'aime toutes les chansons ou presque. Parce que c'est sans doute leur meilleur, tout simplement.
Au mois d'octobre prochain, on annonce un nouvel album de Hayman, qui sévit désormais en solo. Malheureusement, s'il a sans doute gagné en expérience et en richesse d'écriture (sa palette d'influences est plus variée), il a aussi indéniablement perdu ce qui faisait tout le sel de sa musique : ses mélodies enjouées et sa fraîcheur. Alors voilà, si Hefner ne sera jamais considéré comme un groupe important dans l'histoire du rock, il peut pourtant rapidement devenir indispensable à tous ceux, comme moi, qui ont au départ goûté un peu innocemment à leur musique. Car ces hymnes ont un fort potentiel addictif. Alors, Hefner, des amis pour la vie ?

Clip de "I Took Her Love For Granted" :

Commentaires

  1. "Trop sous-estimés", tout-à-fait exact.
    Mystérieux, car c'est vraiment accessible...
    Il a des groupes maudits...
    :-)

    RépondreSupprimer
  2. Oui, entièrement d'accord, assez incompréhensible ce désintéressement général pour ce groupe.

    RépondreSupprimer
  3. Et puis il y a Don't Flake Out On Me sur ce disque. Si ce n'est pas une des chansons les plus touchantes de cette fin de décennie ça y ressemble beaucoup.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

James Yorkston, Nina Persson & The Second Hand Orchestra - The Great White Sea Eagle

  Après la parenthèse de l'iguane, revenons à de la douceur avec un nouvel album de l'écossais James Yorkston et son orchestre de seconde main suédois - The Second Hand Orchestra, c'est leur vrai nom - mené par Karl-Jonas Winqvist. Si je n'ai jamais parlé de leur musique ici, c'est sans doute parce qu'elle est trop discrète, pas assez moderne et que leurs albums devaient paraître alors que je donnais la priorité à d'autres sorties plus bruyantes dans tous les sens du terme. Je profite donc de l'accalmie du mois de janvier pour me rattraper. Cette fois-ci, avant de rentrer en studio avec leur orchestre, Yorkston et Winqvist se sont dit qu'il manquait quelque chose aux délicates chansons écrites par l'écossais. Une voix féminine. Et en Suède, quand on parle de douce voix mélodique, on pense évidemment à Nina Persson, l'ex-chanteuse des inoffensifs Cardigans dont on se souvient au moins pour les tubes " Lovefool " et " My favorite

Danger Mouse & Black Thought - Cheat Codes

" Cheat codes " est un terme bien connu des amateurs de jeux vidéos dont je ne fais plus partie depuis de nombreuses années. Est-ce bien ou mal ? Je ne sais pas. C'est comme ça, ça ne veut pas forcément dire que c'est immuable. Les cheat codes, c'était quand on était bloqué dans le jeu, qu'on ne savait plus comment avancer, soit parce que ça devenait trop compliqué, soit parce que ça nous paraissait d'un coup buggé. Bien sûr, le plaisir n'était plus le même, on avait triché pour pouvoir continuer. Le rap n'a par contre jamais été ma came, vous devez le savoir, vous qui venez ici. Si vous aimez le rap, vous devez sans doute aller voir ailleurs. Car les fans de rock indépendant et de rap sont rarement les mêmes. Encore que l'époque est au brassage des genres, de plus en plus. Cet album de Danger Mouse, producteur de légende, ayant travaillé pour des groupes aussi variés que Gorillaz, Sparklehorse, Beck, The Black Keys, U2, Red Hot Chili Peppers,

The Divine Comedy / Retrospective - Liberation & Promenade - Philharmonie de Paris - 19 septembre 2022

  J'avoue que je n'y croyais plus : deux ans d'attente en raison du COVID, un système de billetterie qui oblige à réserver au moins 3 spectacles en même temps, un concert complet depuis plusieurs mois et puis... Et puis, deux jours avant, une connexion sur le site pour confirmer une dernière fois la chose et s'apercevoir que si, il reste finalement des places. On ne se pose pas longtemps la question avec maman, vu la faible quantité de billets disponibles, malgré les tarifs élevés. En se reconnectant le jour même, il y aura même des catégories moins chères. Bref, le système de billetterie de la Philharmonie de Paris est une aberration. Mais passons. Arrivés sur place, on vérifie la salle, car s'étant déjà fait avoir pour le concert de John Cale, on est méfiant. Sur le billet, il est indiqué Philharmonie de Paris et Cité de la Musique alors que les salles et surtout les bâtiments ne sont pas les mêmes. On arrive juste à temps avant le début. Ici, les horaires inscrit