Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Iggy Pop - Lust For Life (1977)

Au moment où ce cher Iggy passe actuellement en tournée chez nous avec ses compères de toujours, les Stooges, (ils étaient à Paris le 7 juillet et seront à Lyon le 14) je me suis dit comme ça, que je n'avais pas encore parlé de lui dans mes indispensables. Il était donc temps de réparer l'affront avec "Lust For Life", sans doute son meilleur disque solo, son plus accessible, son plus consensuel aussi, son plus "Bowie". Il faut dire que Bowie en 1977 est à son apogée : il alignera 2 chefs d'oeuvre pour son propre compte ("Low" et "Heroes") et participera aux deux meilleurs disques de l'iguane (celui-ci donc et le presque aussi indispensable "The Idiot"). Les puristes préféreront évidemment les trois albums d'Iggy avec les Stooges sortis à la fin des années 60, début des années 70, où le groupe inventait littéralement le punk avant l'heure. Mais je dois avoir des goûts plus "polis", puisque "Lust For Life" avec sa pochette un peu crispante où le chanteur a des faux airs de Jean-Louis Aubert est encore celui que j'écoute le plus régulièrement. Parce que la chanson titre évidemment (bande originale du film "Trainspotting"), parce que "The Passenger", sa formidable ligne de guitare et ses tous aussi fameux "lalalala..." (et accessoirement musique de pub), parce que la plupart des autres titres, et leur savant mélange entre l'univers pop-glam décadent de Bowie et celui plus rock, plus dur (plus crooner aussi?) de Pop. Les guitares et le son sont plus contrôlés (exit aussi les démonstrations techniques), les mélodies plus évidentes, ça braille moins aussi. Bref, c'est idéal pour connaître le "Success". Pourtant, il ne viendra pas vraiment. Mais aujourd'hui, Iggy Pop est tout de même considéré comme une légende du rock, membre éminent de la sainte trinité avec Reed et Bowie, qui marqua l'histoire de la musique dans les années 60/70.
Et des trois chanteurs, c'est peut-être celui qui a le mieux vieilli finalement, celui qui a le moins perdu de sa hargne (faut dire qu'il en avait plus que les autres à la base). Celui qui calcule le moins, celui qui est resté le plus fidèle à lui-même. (Bon, c'est vrai qu'il fait tout de même des pubs) Mais un concert d'Iggy Pop & The Stooges est rarement quelque chose de décevant et le gaillard dégage toujours une énergie redoutable sur scène. Comme quoi - qui l'aurait cru - le punk, ça peut aussi conserver son homme.

Clip de "Lust For Life" pour la bande originale du film "Trainspotting" :

"The Passenger" en live en 1977 :

Commentaires

  1. Sheena J.Galan25 juin 2013 à 19:12

    Friends and musicians, come to discover the title " Private Parts " which Iggy Pop introduces personally into The Demi Mondaine eponym album. A text written in 1969, and which it offered to the group. An unpublished piece thus, the voice takes all its scales. All the fun energy takes its flight. Carried by a striking mosaic. The balance is scuffed. That plays with the shrill parts and the breaks. The flights and the crashes. Just check it out!
    Sheen.
    ->https://www.oocto.com/demi-mondaine

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro