Accéder au contenu principal

Arman Méliès - IV

Cette année 2013 semble décidément une année faste pour la musique de chez nous. Après les excellents Aline, Albin de la Simone, Maissiat et Babx, voici un nouveau disque qui risque de squatter un long moment mes oreilles."IV" est plus qu'une confirmation du talent d'Arman Méliès, c'est désormais une certitude : ce chanteur-là possède plusieurs classes au-dessus de la moyenne. Et surtout, il a le don pour se renouveler en beauté. Abandonnant les guitares, sa musique s'auréole maintenant de claviers qui regardent aussi bien vers la new wave (un peu) des années 80 que du krautrock (surtout) des années 70. "Silvaplana / Rôcken / Scharzwâsser / Der Antichrist" est un incroyable morceau de bravoure que n'aurait pas renié un Geoff Barrow à son meilleur, Can en influence majeure..."Mes chers amis", qu'il avait d'abord mis sur la toile agrémenté du discours triomphal de 2007 d'un certain Nicolas S., apparaît sur "IV" désespérément muet. Pour éviter tout rattrapage politique ou tout simplement parce que l'homme ayant été poussé vers la sortie depuis, il n'y a plus rien à dire. A ressortir au cas où quand même, car enrobée de cette musique glaciale, ajoutée à cela le recul de cinq ans de mandat, le ton solennel prend un tournant quelque peu ironique, voire cynique. 
Je pourrais encore faire le même reproche à Arman Méliès, son absence de voix marquante. Celle-ci est atone, impersonnelle. Sauf qu'elle sonne pour une fois très juste, accompagnée par cette musique synthétique et froide. Aussi bien adulé par l'ancienne garde dite "sérieuse", de Bashung à Thiéfaine pour qui il a écrit, que par une jeune génération plus fantaisiste en la personne de Julien Doré, le chanteur appose une signature immédiatement reconnaissable. Près d'un siècle après et avec ce quatrième album, c'est un autre Méliès qui nous envoie à sa façon directement sur la lune. Loin de cette morne terre.

Clip de "Mes chers amis" :
Album en écoute intégrale sur Deezer.

Commentaires

  1. Tu as raison de souligner ce flot de bons disques de chez nous... ça cartonne depuis janvier.. tous bon. J'ai Melies (merci echiré) et Babx (merci échiré :D) qui attend au chaud.. et Albin DeLa Simone tourne en boucle. Moi j'ajoute Murat (vraiment haut niveau) et Alex Beaupin.
    Tu as écouté Alexandre Varlet ?

    RépondreSupprimer
  2. Murat, oui, pas mal, en effet, mais rien de nouveau. Beaupain, je n'ai jamais réussi à accrocher vraiment. Je préfère quand ce sont les autres qui chantent ses chansons, comme dans les films d'Honoré. Et Varlet, j'ai jeté une oreille dessus, mais sans plus. Faudrait peut-être que j'y retourne alors...

    RépondreSupprimer
  3. La chanson du clip donne envie d'en écouter plus, même si je n'accroche pas à 100 pour centà la première écoute. La sortie française que j'attend le plus et qui ne saurait tarder, c'est La Femme, j'irai bien les voir en live en juin aussi. Leur EP avec Sur la Planche, Télégraphe,... est en rotation lourde depuis un bon mois chez moi (je l'ai découvert plutôt récemment donc). :)
    Alexandre

    RépondreSupprimer
  4. Ah je suis (déjà) obligé de me contredire, en réécoutant bien le titre, j'accroche totalement, j'adore le côté ambigu de la chose. Chaque phrase du discours est à double tranchant à travers le prisme de cette musique anxiogène. La référence à Can ayant achevé de me convaincre, je vais de ce pas écouter son "morceau de bravoure" :)
    Alexandre

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…