Accéder au contenu principal

James - Sit Down (1989)

Je reprends aujourd'hui une rubrique abandonnée depuis quelques temps. Il faut dire que le nombre de nouveautés marquantes depuis le début de l'année 2013 ne m'en a pas vraiment laissé le temps. Petite pause donc, au moment où pourtant le nombre de sorties ne cessent de s'accroître. Tant pis, il est parfois réconfortant de se replonger dans le passé. S'il est un groupe qui aura toujours été le cul entre deux chaises, c'est bien James. Commençant sa carrière dans l'ombre des Smiths dont ils feront la première partie et courant rapidement derrière le succès de U2, la bande de Tim Booth n'a jamais réussi à trouver sa place. "Sit Down", leur plus gros hit est pile poil dans cet entre-deux, réussissant miraculeusement à faire l'amalgame des deux aspirations du groupe. Pour ma part, je reste cantonné à leurs deux premiers disques, le formidable et trop mésestimé "Stutter" ainsi que "Strip Mine". La suite commence donc par cette injection à venir s'asseoir près d'eux. Comme ils enchaîneront alors les disques plus balourds les uns que les autres, malgré l'apport de Brian Eno à la production, je les ai laissé là sans demander mon reste. Tout cela fait du coffret "The Gathering Sound" sorti l'année dernière dans un relatif anonymat un objet que seuls les rares fans invétérés se seront empressés d'acheter. Drôle d'histoire que celle de James qui aura d'abord attiré les amateurs de rock indépendant, puis intéressé un cours instant un plus large public, pour enfin ne plus passionner personne. James ou le cas d'école des éternels losers. (ci-dessous, deux versions de "Sit Down", l'une sortie en single en 1989 visible en vidéo, l'autre au format audio seulement est présente sur le disque "Gold Mother" paru en 1990 et c'est celle dont je retranscris les paroles)

I'll sing myself to sleep 
A song from the darkest hour 
Secrets I can't keep 
Inside of the day 
Swing from high to deep 
Extremes of sweet and sour 
Hope that God exists 
I hope I pray 

Drawn by the undertow 
My life is out of control 
I believe this wave will bear my weight 
So let it flow 

Oh sit down 
Sit down next to me 
Sit down, down, down, down, down 
In sympathy 

Now I'm relieved to hear 
That you've been to some far out places 
It's hard to carry on 
When you feel all alone 
Now I've swung back down again 
It's worse than it was before 
If I hadn't seen such riches 
I could live with being poor 
Oh sit down 
Sit down next to me 
Sit down, down, down, down, down 
In sympathy 


Those who feel the breath of sadness 
Sit down next to me 
Those who find they're touched by madness 
Sit down next to me 
Those who find themselves ridiculous 
Sit down next to me 
Love, in fear, in hate, in tears 

Down 
Down 

Oh sit down 
Sit down next to me 
Sit down, down, down, down, down 
In sympathy 

Oh sit down 
Sit down next to me 
Sit down, down, down, down, down 
In sympathy 

Down

Commentaires

  1. Trés belle idée de parler de James et je ne connaissais pas la seconde version. Par contre je me rapelle des concerts vertigineux. Pour l'anecdote, et si ma mémoire est bonne, lors de la montée du succés du groupe, et pendant un concert, l'ensemble du public s'est assis en reprenant Sit down doucement et Tim s'est évanoui d'émotion....

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…