Accéder au contenu principal

Lightspeed Champion - Café de la danse - 27 avril 2010

On continue notre semaine concert avec cette fois-ci Lightspeed Champion au Café de la danse. Il est  responsable d'un deuxième album assez réjouissant paru cette année. J'en parlais ici.
Mais tout d'abord, en première partie, nous avons droit aux Kurran and the Wolfnotes, sympathique groupe de folk anglais. Première constatation : ce n'est pas forcément le genre de musique dont je raffole à proprement parler, car on y retrouve des sonorités blues voire country - au passage, étonnantes influences pour un groupe britannique -, le tout saupoudré d'un jeu de guitare un peu trop démonstratif à mon goût. Mais dans leur style, ils se débrouillent plutôt pas mal. En plus, ils ne sont pas franchement aidés, puisque leur guitariste principal n'a pas pu être présent. Ils ont aussi la particularité d'avoir un bassiste français, ce qui explique sans doute le fait qu'ils aient réussi à se produire à Paris sans avoir pour autant sorti un seul véritable disque à ce jour. Le chanteur vend d'ailleurs pour quelques euros leur premier EP sur simple CD-R, à la fin du concert.
Après cette honnête première partie, arrivent donc sur scène Devonté Hynes et ses trois musiciens (l'éternelle "guitare/basse/batterie") et cette première impression que le look n'est pas quelque chose de primordial chez eux : les Bill Baxter ont-ils aussi connu le succès outre-Manche ? Toujours est-il que le concert commence plutôt fort avec "Marlene", le premier single extrait du dernier "Life Is Sweet ! Nice To Meet You". Malheureusement, dès le morceau suivant, l'effet retombe presque instantanément avec le trop long et parfois un peu tarte "Midnight Surprise". Un jeune garçon assis à côté de nous (et oui, au Café de la danse, comme à la Maison de la Radio la veille, on peut rester assis toute la durée d'un concert rock), à l'allure tout droit sorti d'un épisode de "Happy Days" mais plutôt tendance Richie Cunningham que Fonzie, s'emballe pourtant en gesticulant maladroitement les bras et en dodelinant nerveusement la tête. La rangée devant nous confirme d'ailleurs cette ambiance adolescente un peu "old-school", puisqu'un jeune couple n'arrêtera pas ou presque de la soirée de se rouler compulsivement des pelles. On se regarde alors, interloqués : que nous arrive-t-il ? Pendant quelques minutes, nous avons la fâcheuse impression de ne pas être à notre place. Un petit coup de vieux nous assaille. Dommage, du coup, nous perdons le fil du concert. Lightspeed Champion continue pourtant ses impressionnants solos de guitare et ses tubes pop chantilly (à la limite de la variété parfois) en tête desquels figurent les pétillants "Madame Van Damme" et "Sweetheart". Puis le jeune homme - il n'a que 25 ans - reviendra le temps d'un court rappel et notamment d'un dernier morceau (une reprise de "I Won't Be Long" des Beatles) chanté avec une barbe de Père Noël (cf. photo ci-dessus). Il n'est que 22h - couvre-feu oblige - lorsque nous sortons rue de Lappe et impossible de se défaire de ce drôle de sentiment de ne finalement pas savoir quoi penser de tout ça.
PS : Des photos du concert sont disponibles ici.

Clip de "Madame Van Damme" :

Commentaires

  1. il était excellent ce concert!la première partie m'a agréablement surpris.(merci. je suis arrivé sur votre site en cherchant justement le nom du groupe en première partie)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro

Pete Doherty & Frédéric Lo - The Fantasy Life Of Poetry and Crime

  Après une longue pause, faute de sortie musicale probante, me voilà de retour avec quelques nouveautés plutôt emballantes. On commence par le come back d'un rockeur qu'on croyait perdu, le genre de candidat idéal au triste club des 27, ceux qui vont trop vite, trop fort, qui se brûlent les ailes et meurent à 27 ans comme Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Kurt Cobain ou Amy Winehouse. Pete Doherty a d'ailleurs eu une relation avec cette dernière. Si elle a fini par sombrer corps et âmes dans la drogue, lui, s'en est sorti miraculeusement. Les Libertines, après une entrée en matière fulgurante - on ne se lasse toujours pas de leur premier et formidable " Up The Bracket ", classique rock du début des années 2000 - ont disparu rapidement des radars. Si tout réussissait alors au chanteur anglais - en couple avec la très médiatisée Kate Moss - le mode de vide "sexe, drogues et rock'n'roll" n'a qu'un temps et Doherty d