Accéder au contenu principal

Black Box Recorder - England Made Me (1998)

Protest Album : C'est aigre un lundi, on se braque, l'humeur amère à reculons, une grosse envie de râler, de crier... de l'intérieur, et pourtant on y va quand même. (Vite! un protest album pour communier...)

C'est parti pour deux semaines de disques à dénicher dans ma discothèque en rapport avec les thèmes dégotés par Charlu, le GO de l'affaire. Aujourd'hui, ça va donc comme un lundi. Mais, au lieu des sempiternels dénigrements faciles relatifs au début de la semaine, comme "le lundi au soleil, cette chose qu'on n'aura jamais" ou autre "tell me why I don't like mondays", j'ai choisi du plus lourd. Oui, une colère plus profonde, rentrée, qui sied bien à notre époque, où aucun sujet ne semble faire une unanimité suffisante pour qu'on puisse tous ensemble s'y opposer. Oui, notre société moderne semble avoir tué dans l'oeuf toute volonté de rébellion. Les plus forts ont réussi à diviser les plus faibles pour imposer plus facilement leur loi. Reste à chaque accident, chaque crise, sa boîte noire, où tout est enregistré. Ce genre d'instruments légitimes qui ne souffrent d'aucune contestation possible. Parce que tout y est soigneusement inscrit. Luke Haines fait partie de ces observateurs méticuleux. Pour le premier album de son nouveau groupe, au nom prédestiné donc, Black Box Recorder, il dresse un portrait au vitriol de l'Angleterre actuelle, une fois l'euphorie de l'élection de Blair passée. La déception est d'autant plus grande qu'il y a eu d'espoir. Noir, c'est effectivement très noir. "Life is unfair, kill yourself or get over it" est chantée par une douce voix féminine, histoire de contrebalancer la dureté des propos. J'espère qu'on ne communiera pas autour de telles propositions, mais en tout cas, il paraît difficile de commencer une semaine le moral plus en berne.


Album en écoute intégrale sur Deezer.

Commentaires

  1. C'est clair Papa, le moral en berne avec cet album que j'avais complètement oublié. Je me souviens aussi d'un album plus "gai" d'une nana au bord d'une piscine et un amant noyé :D
    Luke Haines est un génie..d'ailleurs je cherche tjrs sa dernière mouture (un triple je crois). Pas beaucoup de nouvelle de lui..pourtant, Black Box, THE AUTEURS... du bon grinçant brit pop.. Bien ouéj Papa Vince

    RépondreSupprimer
  2. J'adore cet album, cette pochette démoniaque, et pour moi il est tellement ancré dans ma vie, tellement associé à mes filles alors petites qui chantaient phonétiquement les paroles, podepipol ... je pense dans Swinging mais je suis pas sur ... je vais me le remettre trop bon. Nostalgie de mon trip, trip hop sans doute. J'avais pas trop aimé Passionoia dont parle Charlu. Les Auteurs cétait facile à écouter aussi... belle période. Après celui là pour moi je vais avoir du mal à me le faire protester, il reste une sucrerie.

    RépondreSupprimer
  3. Tellement d'albums auxquels on ne pense pas (protest album, beaucoup de choix évidents!!), heureusement la quinzaine commence bien!! Belle idée!

    RépondreSupprimer
  4. Passionaia..exact.. c'était dance, techno, disco, comme un Anny ou St Etienne.. mais j'avais oublié ce premier disque !!

    RépondreSupprimer
  5. Je l'avais perdu de vue ce Luke Haines... J'avais adoré les deux premiers disques de The Auteurs. Merci pour cette belle proposition. Proche musicalement de Baxter Dury?

    RépondreSupprimer
  6. Je ne les connais que par leurs reprises de Brel et Bowie, merci de me faire découvrir leur propre production

    RépondreSupprimer
  7. Ouaih, je crois que ce disque a réveillé qq oublis et des trucs qu'on aime au fond de nous !!!
    J'ai ressorti Luke..

    merci

    RépondreSupprimer
  8. Salut Vincent,

    C'est mon premier passage ici, Grand Jeu oblige. Et moi j'étais passé complètement à côté de ce groupe. The Auteurs, je dois avoir quelque chose quelque part, mais BBR rien du tout.

    Mais tout ce que tu en dis me parle et me fait penser que je dois m'y intéresser.

    Merci pour cette découverte.

    RépondreSupprimer
  9. encore un autre premier passage et donc le Haines...
    En lisant ta chronique j'ai de suite pensé à ta réflexion du manque de communion sur un seul thème de protestation... Il y a aussi la méfiance systématique au regard des combats du passé, il y a eu quelques arnaques. Mais en même temps je conçois que cette méfiance est stérile ...
    Discuss mise à part, je cherche ton album, voir ce que devient cet artiste, AUTEURS m'avait scotché de talent, "After Murder Park" m'avait de suite séduit, c'est seulement ensuite que j'ai découvert le premier.
    Merci en tout cas et à se relire

    RépondreSupprimer
  10. voici une compile que j'ai faite en prenant un morceau de chacun des disques proposés pour ce premier thème par les différents participants. Je l'ai appelée d'après un tableau de Munch (clin d'oeil à Charlu, le peintre).

    Le Cri (GJSF5-T1 Protest Compil)

    PS:pour les prochains thèmes, si tu utilises la drop, mon adresse est revducyg(at)yahoo(dot)fr. Mais je ne sais pas si je vais faire une compile à chaque thème (c'est du boulot).

    Rondelptik

    RépondreSupprimer
  11. Excellente initiative, cette compilation !
    Comme ce concours :)

    RépondreSupprimer
  12. Oui, effectivement, il porte plutôt bien son nom, "Luke, la main froide" :)

    RépondreSupprimer
  13. Super la vidéo. M'en vais aller voir ça de plus près. Merci pour la découverte
    PS euh premier passage pour moi aussi ...

    RépondreSupprimer
  14. Hello.
    Désolé, j'ai merdé et oublié ta participation dans ma liste des bloggers d'où ce retard…
    Belle chronique, j'adhère à l'analyse mais j'ai un peu de mal avec ce disque.
    EWG

    RépondreSupprimer
  15. hé bé moua je ne connaissais qu'un titre, "Swinging", qui m'avait ravi par son chant car... c'était de la terreur soft au niveau des paroles, et la musique était bien coule.
    Merci pour ça...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple,

Beak - >>>>

A peine remis du magnifique concert de Beth Gibbons, que nous apprenions la sortie surprise d'un nouvel album de Beak, groupe de Geoff Barrow depuis 2009 et la fin (?) de Portishead. Beak a la bonne idée d'intituler ses disques d'un " > " supplémentaire à chaque fois - on en est au quatrième - , comme pour dire que la formation est en constante progression, ce qui est assez vrai, tellement cette nouvelle mouture impressionne d'emblée. Les deux premiers titres, " Strawberry Line " et " The Seal " fixent la barre très haut. La production est toujours impeccable, avec une rythmique bien mise en avant, rappelant bien sûr le krautrock dont on sait que Barrow est amateur depuis " Third " chef d'oeuvre indépassable de Portishead, ce chant distant et ces chansons qui progressent lentement, créant ce climat de tension constante, dans l'attente de ce qui va suivre. La suite, moins immédiatement renversante, plus lancinante, nous

Top albums 2023

2023, fin de la partie. Bonjour 2024 et bonne et heureuse année à toutes et tous ! Je termine cette fois-ci un premier janvier, sur le fil, histoire de bien clôturer l'affaire, sans anticipation. Avant de vous dire qu'il s'annonce plein de bonnes choses musicalement parlant pour la nouvelle année, voici un récapitulatif de l'an dernier en 10 albums. 10 disques choisis le plus subjectivement possible, parce que ce sont ceux qui m'ont le plus emballé, le plus suivi pendant douze mois et qui je pense, me suivront le plus longtemps encore à l'avenir. 10- Young Fathers - Heavy, Heavy Ces jeunes pères de famille inventent une pop futuriste à partir de mixtures de TV On The Radio, Animal Collective ou autre Massive Attack. C'est brillant, novateur, stimulant, mais cela a parfois le défaut de ses qualités : notre cerveau est régulièrement en surchauffe à l'écoute de ces morceaux bien trop denses pour le commun des mortels, incapable de retenir autant de sons, d&