Accéder au contenu principal

Pavement - Wowee Zowee (1995)

Bubbles cover :  C'est le jour des enfants, avec ma petite dernière, quelquefois, nous cherchons les papillons sur les pochettes de Barclay James Harvest. Allez, ma princesse, en l'honneur de « l'art du disque » et d'une après-midi à buller, on change de thème et on part à la recherche de bulles. (Une pochette de disques avec des bulles dessus.)

Mercredi, c'est bien connu, il n'y a pas école - enfin, sans doute, plus pour très longtemps. Et l'école buissonnière, Pavement, ils connaissaient bien. C'étaient comme qui dirait les dilettantes de la classe. Ceux qui arrivaient à avoir des bonnes notes tout en séchant les cours. Vous savez, ceux qui énervent un peu, mais à qui on ne peut foncièrement pas en vouloir, parce qu'ils sont naturellement cool. Avec "Wowee Zowee", les critiques se font d'abord plus sévères. On leur reproche enfin de buller un peu trop. C'est bien gentil, ce "je-m'en-foutisme" revendiqué, ce bricolage tout azimut, mais, au final, ça finit par bien faire. Il faudrait quand même penser à se sortir les doigts, bosser un minimum et pondre quelque chose de plus évidemment soigné. La pochette est significative de l'état d'esprit du groupe. De drôles d'animaux (des singes savants?) qui semblent de ne pas vouloir en foutre une ramée. Les années ont passées et le disque est depuis considéré par beaucoup comme leur plus réussi, le plus ouvert aux quatre vents, celui qui résume donc le mieux l'esthétique Pavement. Cette absence de style apparent qui au bout du compte en est devenu un. Cette liberté de ton, ce refus de tout formatage, n'est-ce pas, après tout, un modèle pour les futures générations ?

Fight This Generation by Pavement on Grooveshark
Album en écoute intégrale sur Deezer.

Commentaires

  1. Des bulles... de bédé ! Malin ce Papa !
    Le Pavement, je l'ai écouté il y a une éternité, à une époque où le genre ne correspondait pas à mes aspirations auditives, je vais le retester, du coup !

    PS: J'ai raté, honte à moi, ton post de lundi. Choix extrêmement malin encore une fois, album absolument délicieux et, effectivement, pile poil dans le thème... avec le décalage britannique de rigueur.

    RépondreSupprimer
  2. Bingo je posais la question chez Charlu sur les bulles de bd, dire que je n'ai même plus pensé à l'évidence de cet album qui n'est pas mon préféré de Pavement, mais c'st bon de me le remettre à l'envie d'écoute.

    RépondreSupprimer
  3. Comme Sorgual, ceci dit ne l'ayant pas en disque vinyl, la notion de pochette - surtout en MP3 - perd un peu de son insistance & consistance

    RépondreSupprimer
  4. J'avais pensé aussi aux bulles de BD car il y a un Yo La Tengo uniquement composé de reprises live qui me tentait....mais bon ce sera la prochaine fois!
    Pavement j'ai deux ou trois trucs mais il me manque l'étincelle pour apprécier à fond...je ne sais pas pourquoi.

    RépondreSupprimer
  5. Beaucoup aimé Pavement à l'époque... Pas écouté depuis longtemps.
    Bonne idée.

    RépondreSupprimer
  6. Pavement, oui, les deux premiers disques sont les plus immédiats. Celui-là demande plus de temps mais est sans conteste leur plus varié ! Mine de rien, les influences sont très larges...

    RépondreSupprimer
  7. Des belles grosses bulles ça mon Vince.. géant, joli billet en plus. Il est pas dégueux ce Malkmus, cette pièce là est dans le bacs des objets cultes.
    Bravo..vous m'faites plaisir les p'tits gars

    RépondreSupprimer
  8. Ah ben voilà!! De beaux phylactères!

    RépondreSupprimer
  9. J'ai un peu de mal avec le jemenfoutisme, mais à Pavement on pardonne tout, les gars sont trop cool!

    RépondreSupprimer
  10. On dit les 80's les 80's...Moi je me suis perdu dans les 90's. Je ne sais plus ce que je faisais, ce que j'écoutais à cette époque. J'ai découvert les Pixies et d'autres sur le (très)tard et je suis passé complètement à coté de Pavement.

    Bon sang qu'est-ce que je faisais dans les 90's ? Je lisais des BD peut-être...

    RépondreSupprimer
  11. Compile, Tome 2. Lithographie d'Escher.

    La Sphère (GJSF5-T2 Bubble Compile)

    Ici, j'ai pris Give It A Da.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais, "Give It A Day" n'est pas sur le CD original de "Wowee Zowee", seulement sur la réédition.
      Beau travail, tout de même :)

      Supprimer
    2. Je sais pas, j'ai effectivement chargé la réédition et j'ai pas pris les titres qui faisaient live ou démo. Bon, c'est pas grave, c'est un morceau qui doit venir des mêmes sessions, avec la même pochette;-).

      Supprimer
  12. Pavement, je dis bravo! Avec de bien belles bulles en plus!

    RépondreSupprimer
  13. Hello.
    Ahhhh "Kennel District", à mettre dans une capsule bien à l'abri pour les générations futures …
    Super choix, j'aimerais bien qu'on me traite de branleur à la sortie d'un boulot pareil !
    EWG

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro