Accéder au contenu principal

Brian Eno - Another Green World (1975)

L'échappée belle : Tous les groupes ont vu un ou plusieurs membres prendre la poudre d'escampette. Pour compliquer un peu, le membre en question doit s'extirper d'un groupe toujours en activité à la sortie du projet solo. 

Bon, là-dessus, j'ai le sentiment, peut-être à tort, que le choix est restreint. Des gars qui ont quitté un groupe qui, dans le même temps, a poursuivi son activité, je n'ai pas l'impression que cela soit si fréquent. John Cale ou Lou Reed évidemment, - oui, le Velvet a continué sans ce dernier - mais comme j'ai déjà parlé de "Paris 1919", de "Berlin" ou "Perfect Day", il me fallait trouver autre chose. Et puis, plus que ces deux derniers, Brian Eno fait partie de mes héros personnels. "Another Green World" n'est pas son premier disque solo après son départ de Roxy Music. Ce n'est pas non plus mon album préféré de l'artiste - je trouve "Here Come The Warm Jets" et "Before And After Science" supérieurs. Mais c'est pourtant celui qui est le plus représentatif du style Eno et donc celui que beaucoup proclament comme étant son chef d'oeuvre. On y retrouve des réminiscences glam de sa période Roxy, déjà de l'ambient, mouvement auquel il participera grandement à l'élaboration et puis, un zest de world music qu'il développera davantage avec les Talking Heads notamment. Mais plus pour que ça, j'aime surtout ce disque parce qu'il contient la chanson "Golden Hours", et son titre approprié. Une des meilleures de l'histoire de la pop (comme "On Some Faraway Beach" ou "By This River"). Un de ces trucs qui justifient à lui seul l'existence de la musique, sensée nous aider à vivre mieux. Rien de moins.

Golden Hours by Brian Eno on Grooveshark
Album en écoute intégrale sur Deezer.

Commentaires

  1. Bon choix. Je connais pas Brian Eno solo, et celui-là passe bien. Je voyais ça beaucoup plus éthéré. Mais c'est peut-être par la suite. Sa voix me fait un peu penser à celle de Syd Barrett (qui aurait pu aller pour le thème d'ailleurs;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, Syd Barrett, j'y ai bien pensé, mais je préfère ce qu'il a fait avec les Pink Floyd. Alors que je préfère les premiers albums solo de Eno à ceux du Roxy. Même si les deux premiers Roxy, quand même quels disques !

      Supprimer
  2. Tu n'aurais pas pu évoquer "Paris 1919", "Berlin" ou "Transformer" car, à ce moment-là même le Velvet repris en main par Doug Yule n'existait plus... Ceci étant, on a failli avoir notre premier doublon, puisque Arewenotmen? a également choisi Brian Eno. Bel album également que celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le dernier disque du Velvet ("Squeeze") date de février 1973, donc j'aurais au moins pu parler de "Transformer" qui est de 1972...Pour les deux autres, d'accord même si ça se joue à quelques mois près !

      Supprimer
  3. Je connais cet album et je l'ai. malgré toute l'estime que j'ai pour Brian Eno, je n'arrive pas toujours à adhérer à 100%. Peut-être faut-il que j'y retourne?

    RépondreSupprimer
  4. Le Roxy en balade !! quel collectif.. j'adore les deux Bry(i)an.. séparés et sensembles, sont tellement différents. Joli Papa

    RépondreSupprimer
  5. Hello.
    Un disque d'Eno c'est ma limite, et pour moi c'est le premier, celui qu'Arewe nous a proposé.
    Après, j'ai vraiment du mal.
    EWG

    RépondreSupprimer
  6. Un peu d'accord avec EWG, mais l'album Before and after pour de multiples raisons, les autres un peu moins. C'est Pascal qui te sponsorise où quoi ? Après le Bowie, j'avais aussi bien aimé son article sur Eno !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bowie/Eno/Talking Heads, pour moi, ça résume presque les années 70, mais je comprends qu'on puisse ne pas adhérer. Pour ma part, ce qu'il a fait en solo après "Before and After Science" a tendance à m'ennuyer profondément.

      Supprimer
  7. Toujours pas en terrain connu... difficile de choisir... mais je suis d'accord pour dire que cela fait partie du meilleur des années 70 (même si je suis un peu passé à côté). Excellent choix donc.

    RépondreSupprimer
  8. J'aime presque tout de ENO qui demande de trouver le bon moment d'écoute, après tout il a décidé le premeir à assumer les musiques d'ambiance.
    Marrant, avec le temps, je le trouve moins vielli, sa musique, que des Tangerine ou des Klaus.
    Je ne parle pas de l'album que tu as choisi, qui prouve sa capacité à toucher à tout en laissant une trace.

    RépondreSupprimer
  9. Choix judicieux défendu par un passionné... Bravo.

    RépondreSupprimer
  10. Tiens, Eno est a l'honneur aujourd'hui. Dans un monde vert ou dans un aéroport, ce type a toujours la classe...

    RépondreSupprimer
  11. Je ne peux qu'approuver cet excellent choix !

    RépondreSupprimer
  12. Tome 5 (complète). Pochette Manet.

    L'Evasion (GJSF5-T5 Compile Echappée - 17 titres)

    J'ai mis ta chanson fétiche.

    RépondreSupprimer
  13. Tome 1 & 2 (complets)
    Bon, j'ai coupé la poire en 2, vu que les posts d'Arewenotmen? sont étalés jusqu'à dimanche. Donc ici vous avez mes 2 premières compiles complètes, c'est à dire avec un morceau de Projectobject, d'Arewenotmen? et de moi-même en plus, glissés parmi les autres. C'est donc pour remplacer les versions antérieures, si vous les avez gardées (elles sont mieux ici, et j'ai rien changé dans le choix de morceaux déjà fait, donc vous pouvez effacer les anciennes sans problème;-)

    Le Cri & La Sphère (GJSF5-T1/T2 - 17 titres)

    Vous aurez la deuxième partie quand les 2 posts restants d'Arewenotmen? seront publiés.

    Bien à vous.

    Rondelptik

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple,

Top albums 2023

2023, fin de la partie. Bonjour 2024 et bonne et heureuse année à toutes et tous ! Je termine cette fois-ci un premier janvier, sur le fil, histoire de bien clôturer l'affaire, sans anticipation. Avant de vous dire qu'il s'annonce plein de bonnes choses musicalement parlant pour la nouvelle année, voici un récapitulatif de l'an dernier en 10 albums. 10 disques choisis le plus subjectivement possible, parce que ce sont ceux qui m'ont le plus emballé, le plus suivi pendant douze mois et qui je pense, me suivront le plus longtemps encore à l'avenir. 10- Young Fathers - Heavy, Heavy Ces jeunes pères de famille inventent une pop futuriste à partir de mixtures de TV On The Radio, Animal Collective ou autre Massive Attack. C'est brillant, novateur, stimulant, mais cela a parfois le défaut de ses qualités : notre cerveau est régulièrement en surchauffe à l'écoute de ces morceaux bien trop denses pour le commun des mortels, incapable de retenir autant de sons, d&

Beak - >>>>

A peine remis du magnifique concert de Beth Gibbons, que nous apprenions la sortie surprise d'un nouvel album de Beak, groupe de Geoff Barrow depuis 2009 et la fin (?) de Portishead. Beak a la bonne idée d'intituler ses disques d'un " > " supplémentaire à chaque fois - on en est au quatrième - , comme pour dire que la formation est en constante progression, ce qui est assez vrai, tellement cette nouvelle mouture impressionne d'emblée. Les deux premiers titres, " Strawberry Line " et " The Seal " fixent la barre très haut. La production est toujours impeccable, avec une rythmique bien mise en avant, rappelant bien sûr le krautrock dont on sait que Barrow est amateur depuis " Third " chef d'oeuvre indépassable de Portishead, ce chant distant et ces chansons qui progressent lentement, créant ce climat de tension constante, dans l'attente de ce qui va suivre. La suite, moins immédiatement renversante, plus lancinante, nous