Accéder au contenu principal

David Bowie - Low (1977)

Happy Birthdyear : Les disques, c'est comme le vin, des années avec, des années sans... mais que se passait-il l'année de votre naissance? (Un choix discographique de cette année-là.)

Là-dessus, on peut dire que j'ai eu de la chance. 1977 - Oui, à cause de Charlu, je suis démasqué. Pas si vieux qu'il en a l'air, le papa, hein ? Enfin, j'espère :) - : l'année de Star Wars, l'année de l'avènement du punk. Une année à double chiffre, c'est forcément une bonne année, non ? En tout cas, il y eut pléthore de chefs d'oeuvre musicaux. A commencer par ceux du "maître", j'ai nommé Bowie. Celui qui met tous les blogueurs d'accord - on a tous en nous, quelque chose de beau...oui !. Il suffit de voir l'effet qu'a produit sur le net, l'annonce de la sortie d'un nouvel album, le 8 janvier dernier, jour de son 66ème anniversaire. A l'époque, il n'était pas encore retranché dans une maison dorée, à Los Angeles et surtout, il pétait la santé. Même si c'était dans une ville encore divisée, en voie de reconstruction, qu'il avait choisi alors de poser ses valises : Berlin. Mais, il n'y était pas venu tout seul et avait pris soin de bien s'entourer : Eno et Pop. Il en est ressorti deux disques "Low" et "Heroes" pour David, deux autres pour Iggy "Lust For Life" et "The Idiot", sans parler du magnifique "Before and After Science" de Brian, sans doute le plus essentiel du lot. Mais, pourquoi Bowie plus qu'un autre ? (il y avait aussi "Marquee Moon", le premier Talking Heads, l'inénarrable "Never mind the bollocks", etc). Parce que si 1977, c'est ma naissance, ma vraie, la biologique. Bowie, c'est ma naissance, l'autre, liée à ma rencontre avec maman. Une vie, un son et une vision en commun.

Sound and Vision by David Bowie on Grooveshark
Album en écoute intégrale sur Deezer.

Commentaires

  1. Viva Papa !
    Ce choix, pour 1977, est parfait.
    Les illusions des finissantes 60s et naissantes 70s n'ont plus court, le choc pétrolier est passé par là avec sa proverbiale crise (oui, déjà). Alors Low, froid, muré (wink wink), parfait.
    Et merci.

    RépondreSupprimer
  2. Je connais pas très bien Bowie. J'aime bien Ziggy. Tu utilises la drop, pour me l'envoyer ? Sinon, c'est pas grave, je le trouverai bien.

    RépondreSupprimer
  3. Hello.
    Certes ce Bowie est très bon, certes je m'interdisais a-priori la réaction "hé, y avait tel ou tel disque aussi, qu'est vachement mieux!", mais quand même on parle de 77 là …
    Non mais il est quand même bien ce disque, hein.
    EWG

    RépondreSupprimer
  4. P...... il n'y a que des jeunes dans ce jeu!
    Je n'ai pas CE Bowie et j'hésite toujours à me le procurer. Et pourtant j'en ai plein d'autres... Donc, je devrais y consacrer un peu plus qu'une écoute distraite. Un coup de Dropbox serait le bienvenu...mais pas une obligation...
    Merci!

    RépondreSupprimer
  5. Finalement les d'jeuns n'ont pas si mauvais goût que ça !!!!!

    RépondreSupprimer
  6. Eh eh.. z'assurent les jeunots :D
    Pascal va être content avec ce disque.. lire sa chronique fleuve sur la trilogie.
    Toutes les légendes sortent de leur tanière aujourd'hui.. un fleuve de piliers ..

    RépondreSupprimer
  7. Et tant pis pour le copié/collé: Le boulot m'appelle, mais bien entendu, je reviens vers toi probablement demain me faire la lecture...

    RépondreSupprimer
  8. Je ne connaissais pas non plus ce Bowie là. Excellent! 77 j'aurais eu l'embarras du choix. The wire ou the Real Kids?

    RépondreSupprimer
  9. Pour ceux qui hésitent sur l'acquisition de cet album (et on se demande d'ailleurs quelle raison on pourrait bien trouver de ne pas se faire du bien)je recommande l'énorme génialissime article sur la trilogie berlinoise de Bowie par notre ami Pascal sur son blog lifesensationsinmusic. D'accord comme d'hab il vous faudra l'après midi pour tout lire, courrir chercher les albums et les écouter en relisant l'article ... mais quel pied. Oui j'écoutais déjà cela à 20 ans ...

    RépondreSupprimer
  10. Pour la dropbox, je vais voir ce que je peux faire ce soir.
    Peux pas pour l'instant, chuis au boulot :(

    RépondreSupprimer
  11. ...Et puis, c'est ici que Warsaw (futur Joy Division) va trouver son nom. Indispensable album.

    RépondreSupprimer
  12. Pour ceux qui ont le temps en ces périodes de folie blogueuse voici un peu de lecture puisque certains en parlent avec une bonne pub :
    http://lifesensationsinmusic.blogspot.fr/2013/01/regles-de-trois-david-bowie-low-1977.html
    Merci pour l'attention et bravo pour l'article, décidément, Bowie revient sur l'avant scène et on en cause.
    Tant mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m’apprêtais à donner ton lien .... Mais une deuxième couche

      Supprimer
  13. Encore un qui a l'embarras du choix. Un Bowie de la trilogie Berlinoise, c'est propre, c'est net. Bravo

    RépondreSupprimer
  14. Excellent choix, pour d'excellentes raisons. Pour info, un livre est sorti chez Camion Blanc sur la trilogie Bowie-Eno

    RépondreSupprimer
  15. Tome 3. Pochette Courbet (soft, j'avais pas d'autre idée)

    L'Origine (GJSF5-T3 Compil Birthdyear)

    RépondreSupprimer
  16. Effectivement PascalGeorges lance un grand sujet sur son blog, j'avais adoré son attaque de la trilogie Berlinoise même si j'étais légèrement en désaccord avec lui sur un album et sa place... donc c'est ici
    http://lifesensationsinmusic.blogspot.fr/2013/01/regles-de-trois-david-bowie-low-1977.html

    Et marrant j'évoquais LOW chez Novaexpress à propos de son Philipp Glass, deux univers qui se sont un peu croisé comme des comètes ayant leurs propres destins..

    RépondreSupprimer
  17. Desole pour ce message perso...Vincent, je discutais l'autre soir avec les membres de Yo La Tengo...Ils viennent a Paris en mars je crois...Ils m'ont demande conseil pour des restos...Je suis parti depuis trop longtemps. je ne sais plus les bonnes adresses....Aurais tu des adresses aux alentour du Bataclan. XIeme je crois....Merci. Je leur enverrais ca par mail.
    Gwen/Melody Supreme.

    RépondreSupprimer
  18. Hello Gwen. Pas de problème pour ce message perso, quand on peut aider :) Par contre, les restos, je ne suis pas non plus spécialiste, ayant de moins en moins l'occasion d'y aller avec deux marmots :-( Je me rappelle d'un resto où on avait nos habitudes aux beaux jours, c'était "Les Jardins du Marais" (qui fait aussi hôtel) au 74, rue Amelot. Ils proposent de la bonne cuisine française et aussi une terrasse à l'écart de la circulation très sympathique. Mais bon, en mars, c'est pas gagné :) Sinon, rue Oberkampf, il y a plein de restos et notamment l'Ober-Salé (au n°17) dont on m'a dit le plus grand bien, mais je n'ai pas encore pu tester.
    S'ils ont le mal du pays, il y a aussi l'American Bistrot (74 rue de la Folie Méricourt), là aussi connais pas personnellement, mais rien que la déco, ça donne envie, non ?
    Sinon, à l'avenir, tu peux aussi passer par mon mail perso : lamusiquepapa@gmail.com.
    D'ailleurs, si tu as l'adresse mail des Yo La Tengo, ça m'intéresse aussi ;) C'est bien simple, je n'écoute plus que ça en ce moment !

    RépondreSupprimer
  19. Merci! je vais faire passer...ainsi que ton adresse email...on sait jamais. En tout cas si jamais tu as l'occasion d'aller les voir...Le concert est en deux parties; une premiere plus acoustique, electrifiee aussi mais tres calme, avec des ballades...puis une seconde vraiment loud, tres rock avec plein de reprises (Fuggs, Trogs, Beach Boys). Enfin bon, on etait tous aux anges....Gwen/Melody Supreme.

    RépondreSupprimer
  20. Ah ce Bowie-là ! Fondamental. Tout a déjà été dit sur cet album-phare qui a façonné le son de la No (puis New) Wave, et toujours aussi belle et glacée cette deuxième face instrumentale qui a retourné jusqu'à Philip Glass ou les membres de Air.
    Et (souvenir), ce disque à la pochette orange marmelade trônait dans la discothèque 33 tours de ma soeur aînée, et maintenant dans la bibliothèque parentale.
    Cette année 77, j'avais 9 ans...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro

Pete Doherty & Frédéric Lo - The Fantasy Life Of Poetry and Crime

  Après une longue pause, faute de sortie musicale probante, me voilà de retour avec quelques nouveautés plutôt emballantes. On commence par le come back d'un rockeur qu'on croyait perdu, le genre de candidat idéal au triste club des 27, ceux qui vont trop vite, trop fort, qui se brûlent les ailes et meurent à 27 ans comme Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Kurt Cobain ou Amy Winehouse. Pete Doherty a d'ailleurs eu une relation avec cette dernière. Si elle a fini par sombrer corps et âmes dans la drogue, lui, s'en est sorti miraculeusement. Les Libertines, après une entrée en matière fulgurante - on ne se lasse toujours pas de leur premier et formidable " Up The Bracket ", classique rock du début des années 2000 - ont disparu rapidement des radars. Si tout réussissait alors au chanteur anglais - en couple avec la très médiatisée Kate Moss - le mode de vide "sexe, drogues et rock'n'roll" n'a qu'un temps et Doherty d