Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Radiohead - Ok Computer (1997)

Comment aborder un tel Everest ? Comment parler d'un disque aussi culte, générationnel comme ont pu l'être avant lui, "Sergent Pepper..." dans les années 60 ou "Dark Side Of The Moon" la décennie suivante. Un disque qui a fait date, dans la carrière du groupe, mais aussi dans l'histoire du rock. Tout simplement. Pas un classement ou presque qui ne le positionne pas en première place des disques marquants des années 90 voire même de tous les temps. Alors, forcément, faire des louanges à "OK Computer" aujourd'hui, c'est aller dans le sens du courant, c'est politiquement correct, c'est avoir des goûts très communs. Mais bon, j'assume. Parce qu'en plus, à l'inverse de quantités de groupes de rock, Radiohead ne m'a jamais déçu depuis. Ils ont tenu la distance, comme on dit, changeant pourtant immédiatement de direction l'album d'après. Parce que c'était impossible d'aller plus loin, plus haut surtout. Parce que même si "The Bends" était particulièrement réussi, rien ne pouvait laisser présager un tel chef d'oeuvre. Surtout de la part d'un groupe qui avait tout de même commencé sa carrière par un premier disque pataud, le très dispensable "Pablo Honey".
"Ok Computer" regorge donc de morceaux mémorables, le somptueux et labyrinthique single "Paranoid Android", sorte de "Stairway To Heaven" moderne, les merveilles de pop que sont "Karma Police", "No Surprises" (bande originale d'un autre phénomène générationnel : "L'auberge espagnole") ou encore "Let Down" et les déchirants "Exit Music (For A Film)" ou "Lucky" ("Kill me Sarah...", du nom d'un des blogs musicaux les plus connus et reconnus d'hexagone). Thom Yorke nous parle de société aliénante, de difficulté à communiquer, à aimer, de vies bien réglées et monotones, d'envie d'ailleurs, d'extraterrestres. Un disque tellement impressionnant, violent, dense, mais en même temps évident, que je ne ressens même plus aujourd'hui le besoin de l'écouter pour m'en persuader. Un monstre dont je sais à l'avance qu'il est et restera sans doute comme celui que je préfère, malgré tout, comme une certitude. Parce que c'est la fin de mon adolescence, le passage à l'âge adulte. Parce qu'il fait partie intégrante de ma vie. Parce qu'il m'a suivi pendant longtemps. Parce que beaucoup de choses ont commencé là. Et parce qu'on ne peut jamais revenir en arrière. 

Clip de "Paranoid Android" :

Clip de "Karma Police" :

Clip de "No Surprises" :


PS : Pour les fans, un concert du groupe à Prague l'année dernière est visible dans son intégralité ici. De plus, un nouvel album est aussi annoncé prochainement. (avant la fin de l'année ?)

Commentaires

  1. Please... NO "Stairway To Heaven" here ! :)
    Pire, "L'Auberge espagnole" pitié, NON !

    P.S. : ne pas tenir compte de ce commentaire décalé et dispensable. Merci par contre pour la réécoute du sublime "Let Down" !

    RépondreSupprimer
  2. Depuis quelques années, je n'arrive plus à écouter ce disque que j'ai usé jusqu'à la corde (ce pseudo n'est pas arrivé par hasard, les choses n'arrivent JAMAIS par hasard). J'ai l'impression de retrouver le recul que j'avais dans les années 80 vis à vis des mes idoles des seventies. Cela veut aussi dire que ce disque reviendra, plus tard. C'est aussi la marque indélébile des grands disques. Celui-ci en est un.

    RépondreSupprimer
  3. @JP : "Stairway To Heaven", oui, peut-être l'exemple est mal trouvé. Trop entendu aussi sans doute :) Quant à "L'Auberge Espagnole", la comparaison porte juste sur l'aspect générationnel. Il est évident que le disque de Radiohead est d'une autre teneur artistique.
    @KMS : Oui, moi aussi, j'avoue ne plus trop l'écouter ce disque. Je n'en ressens plus le besoin. Mais effectivement, immense album, incontournable.

    RépondreSupprimer
  4. Le cas "OK Computer", de MON groupe culte Radiohead ! L'album de la métamorphose : Avec lui, la petite chrysalide est devenue le majestueux papillon du rock indé !
    Tu dis : "..un disque aussi culte, générationnel...". Je suis d'accord car j'ai toujours pensé que ce disque est au années 90 ce que certains albums de Beatles, Velvet et Beach Boys étaient aux 60' : des œuvres essentielles, des repères. Dans 20 ans, je suis certains que les manuels d'histoires musicales nous donneront raison !!!
    Mais après ce coup de génie, ils ont réalisé le MEILLEUR album des 00', "KID A". Pour moi, il est même "meilleur" (si on peut les comparer) que "OK Computer".

    Par contre, au jour où j'écris ce commentaire, le tout dernier "The King Of Limbs" est sortie. Et force est de constater ,malgré l'immense respect et le culte que je leur porte, qu'il est beaucoup moins bon ! De même avec "In Rainbows" que j'ai encensé à sa sortie mais que je n'écoute plus trop. Et "The King Of Limbs", bien que je l'ai depuis sa sorti, je ne l'ai que peu exploré. C'est quand même 1 signe, non !!

    A + +

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…