Accéder au contenu principal

Syd Matters - Brotherocean

Après un légèrement décevant "Ghost Days", sorti au début de l'année 2008, j'attendais avec une certaine appréhension le nouvel album des Syd Matters. Et j'avais tort. Car "Brotherocean" est tout simplement le meilleur disque à ce jour du groupe de Jonathan Morali. Et de loin. Pour la première fois ou presque, ils mettent un peu de légèreté et de fantaisie dans leur pop mélancolique. Les mélodies décollent, virevoltent, restent toujours surprenantes, insaisissables. ça fait des "ouhouh", des "tutututu", ça frappe dans les mains aussi, ce n'est plus le calme plat, ça vit. Et c'est d'autant plus émouvant. Et d'un coup, d'un seul, on se dit qu'on tient déjà là un des meilleurs albums de la rentrée (voire de l'année ?) Alors que la blogosphère "indé" ne parle plus en ce moment que de l'américain Sufjan Stevens dont un EP est disponible en téléchargement depuis quelques semaines ici et dont un nouvel album est prévu pour la mi-octobre, n'ont-ils pas oublié Morali qui est tout bonnement en train d'en devenir l'équivalent français ? Même si, une fois encore, on pense aussi beaucoup à Radiohead, au meilleur Radiohead même.  A Patrick Watson aussi. Mais plus vraiment à Pink Floyd (ouf !). En plus, le même niveau d'exigence est maintenu tout au long du disque, sans baisse de régime.
Syd Matters s'était fait connaître en 2003 en gagnant le concours CQFD des Inrockuptibles - au passage, vous pouvez voter pour l'édition 2010 ici - et on mesure aujourd'hui le chemin parcouru. Car, rarement on a atteint une telle qualité d'écriture dans le monde de la pop française. Ce "Brotherocean" - du nom d'une trilogie de Romain Gary - est indéniablement une merveille. Cocorico !

Commentaires

  1. NON ! Pas du tout d'accord... avec ce que tu dis à propos de l'album précédent :) "Ghost Days" est MAGNIFIQUE, presque parfait selon moi (un seul titre me déplait, "Me & My Horses") et il comprend des titres sublimes, "My Lover's On The Pier" par exemple, à la hauteur de "To All Of You".

    Mais c'est normal que l'on ne soit pas du même avis, car justement ce que j'apprécie le plus dans leur musique c'est la mélancolie ! Ta chronique fait donc naître chez moi une certaine appréhension par rapport à ce nouvel album (que je n'ai pas encore vraiment écouté). J'en ai cependant entendu quelques titres live en juin dernier dont le superbe "I Might Float" (que tu n'as pas retenu dans ta playlist...)

    Sinon, ok bien sûr pour louer la qualité du songwriting de J. Morali (qui évolue en plus) sans oublier le talent des musiciens qui l'accompagnent. Pour les avoir vus en 2005 sur scène pour la 1re fois, je tiens à préciser qu'ils étaient déjà impressionnants de maîtrise !

    RépondreSupprimer
  2. Mais non on ne l'a pas oublié ;-)
    Très bon album en effet, par contre j'avais adoré Ghost Days moi, autant que les deux premiers. Parcours sans-faute donc!

    RépondreSupprimer
  3. Les trois précédents albums étaient tous très beaux, certes, mais je les trouvais ennuyeux, à la longue, surtout "Ghost Days" :( Celui-là, je le réécoute, pour l'instant, avec un plaisir, à chaque fois renouvelé :)

    RépondreSupprimer
  4. Sur cet album ui est genialissime on a un mélange de Radiohead et de Montgomery notamment sur les cœurs. Pour moi il s'agit d'un des meilleurs albums de l'année. Je retiens également plan b qui a signé un album énorme et puis bien sur l'album des scissor sisters.

    RépondreSupprimer
  5. Tout à fait d'accord, l'album le plus abouti de Sydounet (moi, groupie?)A ne pas rater au Bataclan le 2 novembre!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro