Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Björk - Homogenic (1997)

Pour moi, Björk est une chanteuse qui restera sans doute toujours liée aux années 90. Parce qu'elle y a publiée ses trois meilleurs disques, la formidable trilogie "Debut"/"Post"/"Homogenic". Parce que depuis, je trouve qu'elle s'est fourvoyée dans une musique électronique chiante, prise de tête et prétentieuse. Oui, l'islandaise a chopé le melon, après un tel succès planétaire, une telle reconnaissance du public et de la critique qui la plaçait alors tout en haut des artistes novatrices, celles qui font bouger les choses, qui dérangent et qu'en même temps, tout le monde peut comprendre. Le film "Dancer in the Dark" du danois Lars Von Trier a d'ailleurs fini, en 2000, de la consacrer. Elle y joue le rôle principal, aux côtés de Catherine Deneuve, excusez du peu, elle en compose aussi la bande originale, avec notamment un superbe duo avec Tom Yorke. Le film obtient la palme d'or et elle, le prix d'interprétation féminine à Cannes. C'en est sans doute trop pour elle (et pour nous ?) : Björk par-ci, Björk par-là. Elle pète les plombs, fait la une de la presse people. On la voit notamment s'attaquer à un photographe (paparazzi?) dans un aéroport. Ses concerts deviennent totalement mégalos et surtout hors de prix pour la plupart des fans.
Aujourd'hui, cette célébrité paraissait pourtant difficile à prévoir, surtout à la réécoute de son précédent groupe The Sugarcubes et de leur titre le plus connu "Birthday". Trop arty, branché, élitiste, pas très accessible. Elle a refait une apparition dernièrement avec les Dirty Projectors, adeptes eux aussi du mélange des genres et dont la démarche musicale n'est pas très éloignée de celle de l'islandaise. Ils ont sorti un EP en commun dont les recettes doivent revenir à une association oeuvrant dans le domaine de la préservation de notre environnement. Mais revenons à nos moutons et à ce qui nous intéresse ici, "Homogenic", l'album de la maturité, celui où elle parvient brillamment à réconcilier les cordes avec la musique électronique. La fusion réussie entre l'ancien et le moderne, portée par au moins deux morceaux d'anthologie : "Joga" et "Bachelorette". A ce sujet, je me souviens encore aujourd'hui, de son passage dans l'émission "Nulle part ailleurs", et de son interprétation live des deux chansons en question (c'est visible ici et l'interview qui va avec est  ). Un de ses rares moments où la télévision arrive à nous faire croire que nous, téléspectateurs, sommes aussi là et pas à la maison, assis confortablement sur notre canapé, mais assistons réellement à l'événement. Avant ça, je restais assez hermétique à sa musique, au personnage si particulier. Après ça, tout s'est ouvert, comme par magie. Dix minutes seulement. Pour toujours.

Clip de "Hunter" :

Clip de "Joga" :

Clip de "Bachelorette" :

Clip de "All Is Full Of Love" :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro