Accéder au contenu principal

Zola Jesus - Stridulum II

Bon, là-dessus, je ne serais sans doute pas aussi enthousiaste que ma collègue Disso de "Derrière la fenêtre", encore que. Zola Jesus - mélanger Gianfranco Zola et Jésus, quelle idée saugrenue ? - ou plutôt Nika Danilova vient de sortir son premier véritable album et c'est une bonne partie de la  blogosphère musicale (ici, , ou encore ) qui semble tomber en pâmoison devant ce drôle d'ovni. A l'image de Fever Ray l'année dernière, "Stridulum II"  (pourquoi "II" d'ailleurs ? Et bien parce que le "I" correspondait à un EP quasi identique au LP mais avec quelques titres en moins) nous fait revivre le spectre de Siouxsie and The Banshees et de la cold wave version grande prêtresse. Ce revival est encore assez nouveau et reste donc original, même si le phénomène risque de prendre rapidement de l'ampleur. En plus, quand on tombe la tête la première dans l'univers gothique, on n'est jamais très loin de se vautrer dans le ridicule. Une fois de plus, l'attirail de circonstance est présent : tenue, maquillage, voix grandiloquente et très appuyée avec les petites batteries synthétiques cheap de rigueur. Bref, on peut aisément passer son chemin, sourire un bon coup et décider que tout cela ressemble à une petite plaisanterie. Reste que pour ma part, j'y suis revenu. Alors, oui, peut-être parce que ce n'est pas simple de trouver un bon disque chaque semaine pour alimenter cette rubrique, mais il n'y a pas que ça, parce que ce truc-là a un côté tout simplement addictif. En effet, il y a ici quelques titres envoûtants : "Night", "I Can't Stand" ou "Sea Talk" et les mélodies se font aussi plus évidentes que chez Fever Ray. Et puis, il y a le parrainage d'un certain Jamie Stewart, alias Xiu Xiu et c'est souvent synonyme de qualité... et de choses un peu barrées aussi ;)
Pour l'originalité et pour la démarche donc, plus que pour tout le barnum grand-guignol qui va avec, car c'est typiquement le genre de chose un peu "casse-gueule", dont la beauté ne tient qu'à un fil.

Clip de "Night" :

Clip de "Sea Talk" :

"Manifest Destiny" :

Commentaires

  1. Je réagis en tant que fan absolu de ZOLA... Gianfranco (j'adore Emile aussi), dont j'ai suivi toute la carrière du Napoli (où le petit Sarde -mais grand par le talent- fut adoubé par El Diez en personne pour lui succéder...) à Cagliari en passant par Parme et Chelsea bien sûr. Un joueur "fuoriclasse" (comme on dit au pays du calcio-roi) mais aussi un type épatant, d'une honnêteté et d'une humilité rares dans ce milieu...

    Merci donc de ne pas le mêler à cette... mascarade (dont je sauverais peut-être le seul "Sea Talk") Je précise que j'ai été "bercé" par la cold (au point d'avoir eu longtemps un poster de Siouxsie).

    RépondreSupprimer
  2. Oui, c'est vrai, il y a aussi Emile, mais j'ai trouvé qu'on oubliait un peu trop ce cher Gianfranco, surtout en ces temps de disette footballistique transalpine. Leur équipe nationale n'ayant pas été plus brillante que la nôtre au dernier mondial ;)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne comprends pas que tu trouves de saugrenu à mélanger Gianfranco Zola à Jesus.
    Navas... bien entendu!

    RépondreSupprimer
  4. @ Vincent : tu t'adresses à un tifoso donc tu aurais dû écrire "[ton] équipe nationale n'ayant pas été plus brillante que [la mienne]" Plus brillante la Squadra ? certes pas ; mais quand même (largement) moins ridicule que les Bleus. As-tu jeté un oeil au classement FIFA actuel des nations ?

    Bon sinon, on laisse tomber le sujet de l'article et on refait le(s) match(s) ?! Super joueur que ce Jesus Navas au passage (parti pour faire une carrière à la Maldini, à la Del Piero ; 100% fidèle au même club !)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro