Accéder au contenu principal

Brisa Roché - All Right Now

C'est déjà la rentrée et sa cohorte de nouvelles sorties en tous genres. On en attend des vertes et des pas mûres dans les semaines à venir : Interpol, of Montreal, Blonde Redhead, The Walkmen, Deerhunter, Antony And The Johnsons, Sufjan Stevens, etc. Sans parler des français Syd Matters, Bertrand Belin, Philippe Katerine, Florent Marchet ou des petits nouveaux de Violens ou de Warpaint. Enfin bref, sans doute de bien belles écoutes en perspective et dernière ligne droite avant un bilan de fin d'année qui ne devrait pas être si mauvais que certains veulent bien vous faire croire. Non, le rock n'est pas mort ! En tout cas, c'est aussi ce que la charmante franco-américaine Brisa Roché veut nous prouver avec son troisième  album, "All Right Now". En effet, après un premier disque plutôt jazz ("The Chase"), un second aux sonorités folk ("Takes"), celui-ci est indéniablement à tendance pop-rock. La demoiselle est décidément imprévisible, se transformant cette fois-ci en une Barbarella version gothique (voir la pochette), mélangeant pour la musique, le côté pop et mélodique d'une Kate Bush à celui plus sexy, glam et rock d'une Deborah Harry.
Et c'est le genre de trucs qu'on a l'impression d'avoir déjà entendu plein de fois, mais qu'on n'arrive pourtant pas à étiqueter si facilement. Un peu à l'image d'un Bowie - toute proportion gardée bien sûr -, Brisa Roché est une sorte de caméléon, capable d'emmagasiner tous un tas d'influences très diverses et de les ressortir de manière personnelle sans que cela tourne à l'exercice de style vain et ennuyeux (à l'inverse de Bat For Lashes avec laquelle elle semble pourtant partager un goût prononcé pour les vieilles sapes vintages). C'est donc accrocheur, simple et direct, sans être pour autant facile et racoleur, même si ça s'essouffle un peu en fin de parcours. Un bon disque de rentrée, qui sans rien inventer, permet d'aborder le dernier trimestre qui s'amorce de la meilleure des façons possible. Tranquillement.

Clip de "Sweat King" :

Clip de "Hard As Love" :

A lire : une jolie interview résumant bien l'univers de Brisa Roché.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro