Accéder au contenu principal

Bertrand Belin - Hypernuit

Bon, il fallait que j'en parle quand même de celui-là. C'est plus fort que moi. "Hypernuit", bon sang, quelle chanson ! Je n'arrive pas à m'en défaire. Comme "La nuit je mens" de Bashung il y a quelques années - tiens, tiens, comme c'est étrange, car le lien de parenté musicale entre les deux messieurs est assez évident - ce morceau est une incroyable réussite. Comme on n'en entend pas souvent dans la chanson française. Après ça, le reste du disque du même nom n'est pas facile à aborder. Il faut redescendre un peu. Revenir sur terre. Se dire qu'on rêvait un peu trop. Que Bertrand Belin est quelqu'un d'humain. Que tout n'est pas si parfait dans ce disque. Qu'il y a des moments où on s'ennuie un peu, surtout dans la deuxième partie de l'album. Mais rien que pour ces quatre minutes là, et quelques autres aussi quand même, c'est impossible pour moi de faire l'impasse. Parce que c'est l'une des meilleures choses qui soit arrivée à la chanson hexagonale depuis un moment. Parce que Bashung a trouvé une descendance digne de ce nom. Bon, il ne faut pas exagérer non plus, il n'est pas tout seul, il y en a d'autres.
On pense aussi à Manset ("Ne sois plus mon frère") et à JP Nataf surtout, pour le folk lumineux, les guitares cristallines, les mélodies fluides et les paroles poétiques et mystérieuses. Mais cette subtilité et ce juste dépouillement dans les arrangements, cette belle voix posée et profonde, ce côté dandy un peu désuet et "classieux" n'appartiennent qu'à lui. Après le dernier Syd Matters, les meilleurs disques de la rentrée sont décidément français. Et ça fait du bien.

Clip de "Hypernuit" :

Commentaires

  1. Ah oui, moi aussi "Hypernuit" (la chanson) m'a tué dès que je l'ai entendue en live la semaine dernière à "Ce soir ou jamais" (avec juste un violon et un violoncelle, magnifique !) Vidéo à (re)voir sur le site de l'émission. Je vais écouter l'album... Merci !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu