Accéder au contenu principal

Syd Matters - Brotherocean

Après un légèrement décevant "Ghost Days", sorti au début de l'année 2008, j'attendais avec une certaine appréhension le nouvel album des Syd Matters. Et j'avais tort. Car "Brotherocean" est tout simplement le meilleur disque à ce jour du groupe de Jonathan Morali. Et de loin. Pour la première fois ou presque, ils mettent un peu de légèreté et de fantaisie dans leur pop mélancolique. Les mélodies décollent, virevoltent, restent toujours surprenantes, insaisissables. ça fait des "ouhouh", des "tutututu", ça frappe dans les mains aussi, ce n'est plus le calme plat, ça vit. Et c'est d'autant plus émouvant. Et d'un coup, d'un seul, on se dit qu'on tient déjà là un des meilleurs albums de la rentrée (voire de l'année ?) Alors que la blogosphère "indé" ne parle plus en ce moment que de l'américain Sufjan Stevens dont un EP est disponible en téléchargement depuis quelques semaines ici et dont un nouvel album est prévu pour la mi-octobre, n'ont-ils pas oublié Morali qui est tout bonnement en train d'en devenir l'équivalent français ? Même si, une fois encore, on pense aussi beaucoup à Radiohead, au meilleur Radiohead même.  A Patrick Watson aussi. Mais plus vraiment à Pink Floyd (ouf !). En plus, le même niveau d'exigence est maintenu tout au long du disque, sans baisse de régime.
Syd Matters s'était fait connaître en 2003 en gagnant le concours CQFD des Inrockuptibles - au passage, vous pouvez voter pour l'édition 2010 ici - et on mesure aujourd'hui le chemin parcouru. Car, rarement on a atteint une telle qualité d'écriture dans le monde de la pop française. Ce "Brotherocean" - du nom d'une trilogie de Romain Gary - est indéniablement une merveille. Cocorico !

Commentaires

  1. NON ! Pas du tout d'accord... avec ce que tu dis à propos de l'album précédent :) "Ghost Days" est MAGNIFIQUE, presque parfait selon moi (un seul titre me déplait, "Me & My Horses") et il comprend des titres sublimes, "My Lover's On The Pier" par exemple, à la hauteur de "To All Of You".

    Mais c'est normal que l'on ne soit pas du même avis, car justement ce que j'apprécie le plus dans leur musique c'est la mélancolie ! Ta chronique fait donc naître chez moi une certaine appréhension par rapport à ce nouvel album (que je n'ai pas encore vraiment écouté). J'en ai cependant entendu quelques titres live en juin dernier dont le superbe "I Might Float" (que tu n'as pas retenu dans ta playlist...)

    Sinon, ok bien sûr pour louer la qualité du songwriting de J. Morali (qui évolue en plus) sans oublier le talent des musiciens qui l'accompagnent. Pour les avoir vus en 2005 sur scène pour la 1re fois, je tiens à préciser qu'ils étaient déjà impressionnants de maîtrise !

    RépondreSupprimer
  2. Mais non on ne l'a pas oublié ;-)
    Très bon album en effet, par contre j'avais adoré Ghost Days moi, autant que les deux premiers. Parcours sans-faute donc!

    RépondreSupprimer
  3. Les trois précédents albums étaient tous très beaux, certes, mais je les trouvais ennuyeux, à la longue, surtout "Ghost Days" :( Celui-là, je le réécoute, pour l'instant, avec un plaisir, à chaque fois renouvelé :)

    RépondreSupprimer
  4. Sur cet album ui est genialissime on a un mélange de Radiohead et de Montgomery notamment sur les cœurs. Pour moi il s'agit d'un des meilleurs albums de l'année. Je retiens également plan b qui a signé un album énorme et puis bien sur l'album des scissor sisters.

    RépondreSupprimer
  5. Tout à fait d'accord, l'album le plus abouti de Sydounet (moi, groupie?)A ne pas rater au Bataclan le 2 novembre!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…