Accéder au contenu principal

Manchester Music City 1976-1996 (2ème partie)

Suite et fin de l'histoire du rock à Manchester avec la période couvrant les années 1986 à 1996. Libre à vous maintenant d'acheter et de lire le livre de John Robb - si ce n'est déjà fait - et/ou de continuer les recherches sur le net. Pour ma part, Manchester, c'est déjà beaucoup d'indispensables ici : Joy Division, The Smiths, James, The Fall, The Stone Roses et dernièrement Magazine et Morrissey. On se donne désormais rendez-vous, l'année prochaine, ici-même, j'espère, avec bientôt un nouveau look pour "La musique à papa", histoire de repartir sur de bonnes bases. D'ici là, bon réveillon à tous ...

T-Coy - Carino (1987)

L'Haçienda a vite eu son morceau house "officiel" : "Carino" de T-Coy. C'était Mick Pickering et Simon Topping qui l'avaient enregistré, et c'est peut-être le premier disque de house britannique à avoir fait parler de lui. (Tim Lawrence, auteur) 

A Guy Called Gerald - Voodoo Ray (1988)

Un mec comme Gerald n'a pas attendu 1987 pour voir la lumière, et même si ça s'appelle "house", on entend clairement l'influence de l'électro et du jazz-funk dans "Voodoo Ray". C'est un morceau hybride, c'est pour ça qu'il est totalement unique. (Tim Lawrence, auteur)

James - Sit Down (1989)

C'était génial de voir le public s'asseoir quand on chantait "Sit Down". (Tim Booth, chanteur de James)

Happy Mondays - Hallelujah (1989)

Quand on a fait "Hallelujah", Shaun a demandé que trente personnes chantent dans ses écouteurs en même temps que lui. Il voulait sentir la présence de ses potes dans le studio. (John Pennington, ingénieur du son)

The Stone Roses - Fool's Gold (1989)

Jusqu'à "Fool's Gold", on se payait soixante livres par semaine. Après la sortie du single, on est passé à cent livres. (Ian Brown, chanteur des Stone Roses)

808 State - Pacific (1989)

Au Thunderdome, je passais souvent la cassette de "Pacific" pour terminer la soirée. Vu la réaction qu'elle provoquait dans la salle, on s'est dit qu'on allait en faire un vinyle. (Andrew Barker, 808 State)

Inspiral Carpets - This Is How It Feels (1990)

Tout a basculé en février 1990, avec la sortie de "This Is How It Feels". On s'est classé dan le top vingt et on a fait notre premier Top of the Pops. (Graham Lambert, guitariste des Inspiral Carpets)

The Charlatans - The Only One I Know (1990)

Quand on est allé en Amérique, tout le monde disait qu'il y aurait un match Charlatans/Jesus Jones pour la première place des charts. C'était soit "The Only One I Know", soit "Right Here Right Now", et, crois-le ou non, les deux chansons se ressemblaient pas mal. C'est eux qui ont gagné. (Tim Burgess, chanteur des Charlatans)

World Of Twist - The Storm (1990)

C'est un groupe incompris. Ils auraient dû avoir plus de temps et moins de pression sur leurs épaules. Tony Ogden serait encore en vie si on leur avait laissé le temps de faire leur deuxième album. (John Pennington, ingénieur du son)

Oasis - Supersonic (1994)
 
A l'époque, j'arrivais à écrire des trucs comme "Supersonic" en un rien de temps[...] Cette chanson, elle vient de nulle part[...]C'était la meilleure chanson que j'avais jamais entendue. (Noël Gallagher, Oasis)

Commentaires

  1. J'ai acheté "Manchester Music City 1976-1996" récemment et suis en train de le lire. Excellent ouvrage pour tous ceux qui s'intéressent à la musique indé. Mais aussi à l'importance d'une ville (avec ses caractéristiques socioculturelles, géographiques...) sur les courants musicaux !!!

    A + +

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…