Accéder au contenu principal

Breton - Other People's Problems

Les anglais reprennent la main. Après quelques années marquées par la domination tant au point de vue quantité que qualité de la "Brooklyn Touch" en provenance de la Grosse Pomme, la perfide Albion se rebelle au sens propre comme au figuré et revient sur le devant de la scène rock. La riposte a d'abord été initiée par Manchester avec WU LYF l'année précédente. Cette fois-ci, c'est de la banlieue nord de Londres que la contestation fait rage avec les nouveaux encapuchonnés - décidément très à la mode ! - de Breton. Les influences sont du coup plutôt à aller chercher du côté du rap et de l'électro. Comme souvent dans ce genre de cas où un groupe souhaite, dès le premier jet, rassembler ses nombreuses influences, l'ensemble demeure assez inégal. Toutefois, leur premier album, le très attendu "Other People's Problems" contient au moins trois morceaux de bravoure : "Edward The Confessor", tube évident dans l'esprit de The Streets, en plus violent, hâbleur, bande son idéale d'une époque tendue où le moindre fait divers semble pouvoir tout faire basculer; "Jostle" et son introduction façon dancefloor et sa conclusion furibarde et enfin le tonitruant "Wood And Plastic" qui justifie à lui seul n'importe quel buzz entourant le groupe.
En 2 minutes trente à peine, les londoniens assènent un morceau qui tabasse sévère et donne une irrésistible envie d'appuyer sur "Replay", à défaut de tout envoyer promener. On oubliera donc les quelques maladresses récurrentes à ce type de premier exercice et on retiendra au moins une chose : ces Bretons-là sont déjà grands.

Clip de "Edward The Confesssor" :

Clip de "Interference" :

Clip de "The Commission" :

Album en écoute intégrale sur Deezer.

Commentaires

  1. Moi qui m'attendais à ne pas aimer (surtout après leur EP Blanket Rule bordélique) me surprends à avoir l'oreille intriguée à l'écoute de ce disque prometteur. Avec des échos de Weding Present, The Fall ou même post-rock à la Battles, une galette plus qu'intéressante :)

    Et puis Roman Rappack le leader qui avoue sa fascination pour Hitchcock, ne peut pas être un mauvais gars ! : )

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Compil 2018

Vous l'attendiez tous - hein, dites, hein ? - voici mon bilan musical de l'année 2018 qui commence aujourd'hui avec la compilation. Comme une vraie compilation, elle tient sur un CD de 78 minutes et comprend 19 morceaux. Mes enfants ne s'en lassent pas et me la réclament régulièrement. Le morceau préféré de mon fils, c'est Ty Segall, celui de ma fille, Barbara Carlotti. Je vous laisse découvrir le tracklisting : Et pour l'écoute c'est par ici :

The Walkmen - In The New Year (2008)

A chaque fois, je me demande quelle chanson conviendrait le mieux pour débuter l'année. Chaque année, c'est pourtant la même qui revient comme une évidence. Parce qu'elle a tout : l'efficacité, l'immédiateté et le thème adéquat (et accessoirement un très joli clip). "It's gonna be a good year", voilà ce qu'on souhaite tous. "I'm just like you. I never hear the bad news.", voilà ce qu'on essaie tous, ne garder que le meilleur. The Walkmen fait partie de ces éternels groupes de seconde zone, parce qu'ils n'ont pas eu le bon timing, le renouveau rock initié par les Strokes, les White Stripes ou Interpol était déjà en perte de vitesse au moment où les "marcheurs" ont débarqué vers 2004 avec leur "tube" "The Rat". Même lorsque leur musique est utilisée comme bande son d'une série à succès ("Heaven" pour le dernier épisode de "How I Met Your Mother"), The Walkmen reste cett…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …