Accéder au contenu principal

Breton - Other People's Problems

Les anglais reprennent la main. Après quelques années marquées par la domination tant au point de vue quantité que qualité de la "Brooklyn Touch" en provenance de la Grosse Pomme, la perfide Albion se rebelle au sens propre comme au figuré et revient sur le devant de la scène rock. La riposte a d'abord été initiée par Manchester avec WU LYF l'année précédente. Cette fois-ci, c'est de la banlieue nord de Londres que la contestation fait rage avec les nouveaux encapuchonnés - décidément très à la mode ! - de Breton. Les influences sont du coup plutôt à aller chercher du côté du rap et de l'électro. Comme souvent dans ce genre de cas où un groupe souhaite, dès le premier jet, rassembler ses nombreuses influences, l'ensemble demeure assez inégal. Toutefois, leur premier album, le très attendu "Other People's Problems" contient au moins trois morceaux de bravoure : "Edward The Confessor", tube évident dans l'esprit de The Streets, en plus violent, hâbleur, bande son idéale d'une époque tendue où le moindre fait divers semble pouvoir tout faire basculer; "Jostle" et son introduction façon dancefloor et sa conclusion furibarde et enfin le tonitruant "Wood And Plastic" qui justifie à lui seul n'importe quel buzz entourant le groupe.
En 2 minutes trente à peine, les londoniens assènent un morceau qui tabasse sévère et donne une irrésistible envie d'appuyer sur "Replay", à défaut de tout envoyer promener. On oubliera donc les quelques maladresses récurrentes à ce type de premier exercice et on retiendra au moins une chose : ces Bretons-là sont déjà grands.

Clip de "Edward The Confesssor" :

Clip de "Interference" :

Clip de "The Commission" :

Album en écoute intégrale sur Deezer.

Commentaires

  1. Moi qui m'attendais à ne pas aimer (surtout après leur EP Blanket Rule bordélique) me surprends à avoir l'oreille intriguée à l'écoute de ce disque prometteur. Avec des échos de Weding Present, The Fall ou même post-rock à la Battles, une galette plus qu'intéressante :)

    Et puis Roman Rappack le leader qui avoue sa fascination pour Hitchcock, ne peut pas être un mauvais gars ! : )

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Ganser - Just Look At The Sky

" Regarde juste le ciel " nous demande ce groupe américain originaire de Chicago. Comme en son temps, un groupe de pop bien de chez nous, nommé Aline. Pourtant, on ne navigue pas du tout dans les mêmes eaux. Ici, le climat est plus sombre, tendu, lourd. On ne ressent alors pas ça comme un conseil, mais plutôt comme un ordre, une sommation. Dès " Lucky ", le ton est donné. Le riff de guitare, comme martelé, emporte tout sur son passage tel un ouragan. Et les coups de semonces s'enchaînent ainsi de manière régulière tout au long de ces neuf titres rageurs. On pense évidemment à Sonic Youth, un peu moins à Electrelane, même si c'est étonnament leur guitariste Mia Clarke, exilée à Chicago, qu'on retrouve à la co-production.  Ganser, en plus des guitares tranchantes, ce sont deux chanteuses Nadia Garofalo et Alicia Gaines qui se sont rencontrées dans une école d'art. Elles y ont partagé leurs passions communes pour la musique de The Residents et les films

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We