Accéder au contenu principal

Blur - The Universal (1995)

En cette période électorale, il en est qui ont le chic pour attirer toute l'attention sur eux. Damon Albarn, le charismatique chanteur de Blur est de ceux-là. Car malgré le fait que son groupe n'ait pas sorti le moindre disque depuis l'excellent "Think Tank" paru en 2003, celui-ci n'a jamais vraiment disparu du terrain médiatique. Que ce soit avec Gorillaz, The God, The Bad & The Queen ou encore la production d'artistes maliens (comme les célèbres Amadou et Mariam), Albarn a multiplié entre temps les projets parallèles. Dernièrement, Blur revient aussi sur le devant de la scène puisqu'ils chanteront à l'occasion de la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques de Londres, l'été prochain, avec excusez du peu New Order et The Specials en première partie. D'ici là, le chanteur aura sorti "Dr Dee", qui n'est rien moins qu'un opéra-rock ainsi que Rocket Juice and the Moon, un nouveau super-groupe; le guitariste Graham Coxon, de son côté, aura fait paraître un nouvel effort solo, "A+E" ! Et puis, bien sûr, une tournée est prévue... (avec une date en France ?). Mais venons au fait qui nous préoccupe aujourd'hui, "The Universal", titre de 1995, extrait du très vendu "The Great Escape", paru au moment où la brit-pop battait son plein. Ce mouvement de renouveau de la pop anglaise, très marqué bien évidemment par les glorieux ancêtres des sixties commes les Beatles et les Kinks, mais aussi dans le cas de Blur, de la décennie suivante avec Madness et Specials. Cette période où toute l'Angleterre imposant à nouveau sa pop, rêvait d'une nouvelle guéguerre entre les deux formations les plus médiatiques du lot, dans l'esprit du Beatles / Stones d'autrefois. D'un côté, les prolos (Oasis) avec leur rock fier-à-bras et taillé pour les stades, de l'autre, les bobos (Blur) et leur musique plus lettrée et distanciée qui s'inspire par exemple ici de Kubrick ( le clip, c'est "Orange Mécanique" et la pochette "2001"). Et à y regarder de plus près, par le thème abordé, "The Universal" pourrait d'ailleurs constituer l'hymne olympique idéal. Vous avez dit cynique ? No, just typically british.

This is the next century
Where the universal's free
You can find it anywhere
Yes, the future has been sold
Every night we're gone
And to karaoke songs
How we like to sing a long
Although the words are wrong

It really, really, really could happen
Yes, it really, really, really could happen
When the days they seem to fall through you, well just let them go


No one here is alone, satellites in every home
Yes the universal's here, here for everyone
Every paper that you read
Says tomorrow is your lucky day
Well, here's your lucky day

It really, really, really could happen
Yes, it really, really, really could happen
When the days they seem to fall through you, well just let them go

Well, it really, really, really could happen
Yes, it really, really, really could happen
When the days they seem to fall through you, well just let them go

Just let them go

Commentaires

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce partage ! Un superbe souvenir. On en redemande d'autres ...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro