Accéder au contenu principal

The Rolling Stones - Paint It, Black (1966)

Je ne sais pas si vous avez vu, lu ou entendu, mais il paraît que les Rolling Stones fêtent leur 50ème anniversaire en 2012. Oui, à vrai dire, on s'en fout un peu. Il faut admettre que ça fait bien longtemps qu'ils ne passionnent plus grand monde, hormis les fans purs et durs, ceux qui sont toujours persuadés qu'en matière de rock, on n'a pas fait mieux depuis (Philippe Manoeuvre ?). Pour d'autres, les choses intéressantes se sont arrêtées quelque part au début des années 70, après "Exile On Main Street", grand manifeste de blues-rock débraillé, fourre-tout délivré sous l'emprise évidente de drogues de toute sorte. C'est alors la fin de l'esprit "sex & drugs & rock'n'roll" cher à leur guitariste Keith Richards et le début d'une carrière au marketing savamment orchestré par Mick Jagger. N'étant pas un grand amateur des "pierres qui roulent" (à traduire d'ailleurs plutôt par "vagabonds" comme dans la célèbre chanson de Dylan), j'irais même jusqu'à dire que c'est dès la mort de l'ange blond Brian Jones, en 1969, que quelque chose s'est cassé. Même si toutes les chansons étaient déjà créditées par la paire Richards/Jagger, Jones apportait une note différente, comme cette sitar au début de "Paint It, Black". Une touche personnelle qui faisait toute l'originalité du groupe, ce tiraillement incessant entre le blues de la guitare et des arrangements plus pop (proche ici des Beatles et de l'intérêt de Harrison pour la musique indienne). "Paint It, Black" aussi, et ce souvenir éternel de la première vision de "Full Metal Jacket", lorsqu'à la fin, Matthew Modine se réjouit d'être toujours vivant tout en déplorant vivre dans un monde de merde. On n'a jamais fait une meilleure illustration du classique des Stones. En effet, difficile de faire plus noir.

I see a red door and I want it painted black
No colors anymore I want them to turn black
I see the girls walk by dressed in their summer clothes
I have to turn my head until my darkness goes

I see a line of cars and they're all painted black
With flowers and my love, both never to come back
I see people turn their heads and quickly look away
Like a newborn baby it just happens ev'ryday


I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and it has been painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black




No more will my green sea go turn a deeper blue
I could not forsee this thing happening to you
If I look hard enough into the setting sun
My love will laugh with me before the morning comes

 
I see a red door and I want it painted black
No colors anymore I want them to turn black
I see the girls walk by dressed in their summer clothes
I have to turn my head until my darkness goes

Hmm, hmm, hmm...

I wanna see it painted black, painted black
Black as night, black as coal
I wanna see the sun, blotted out from the sky
I wanna see it painted, painted, painted, painted black
Yeah

Hmm, hmm, hmm...

Commentaires

  1. Indémodable classique ! Aaaah les Stones des premiers albums, je pense que je ne m'en lasserai jamais. Malheureusement ils n'ont pas suivi l'exemple des Beatles et n'ont pas daigné exploser en plein vol.

    Quand on pense que maintenant pour leur 50 ans de carrière ils sont en partenariat avec Carrefour, il n'y a rien de plus à ajouter je pense...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro