Accéder au contenu principal

Dominique A - Vers Les Lueurs


Oui, j'ai attendu, je ne suis pas parti bille en tête comme certains. Une semaine d'écoutes répétées pour m'en imprégner. Un album du monsieur, ça se déguste. Pourtant, dès les premières notes, une évidence, "Vers Les Lueurs" (référence au "Lumières" de Manset ?) est le disque de Dominique A le plus lumineux (oui, je sais, c'est facile), le plus limpide. Le plus commercial aussi diront les éternels insatisfaits. Au final, il n'est pas si éloigné que ça d'un Calogero (aurait-il été influencé par son travail avec lui?). Même si la comparaison reste plus vraie dans le style lyrique que dans la forme ici nettement plus travaillée, tant au niveau de la voix, des textes (même si souvent en deçà de ce à quoi il nous avait habitué) que des arrangements qui n'ont jamais été aussi majeurs (et vaccinés ?). Dominique A se serait donc ouvert au grand monde, souhaiterait désormais charmer, embrasser au passage les récalcitrants jusque là à sa musique. Si les paroles sont toujours empreintes de mélancolie, le fait d'avoir fait appel à un quintette à vents permet de la balayer, ou plutôt de la rendre plus légère, acceptable. A travers quelques titres émouvants ("Loin du Soleil", "Ce Geste Absent"), elle demeure pourtant, mais de manière moins appuyée.
Le chanteur va gagner de nouveaux admirateurs, c'est certain, car avec "Vers Les Lueurs", il renvoie dans les cordes ceux qui le trouvaient autrefois ennuyeux et plombant. Au contraire, il va peut-être perdre quelques fans, ceux qui n'avaient d'yeux que pour "Rémué" et la partie la plus radicale de sa discographie. On ne peut pas gagner sur tous les tableaux et c'est tant mieux. En tout cas, rares sont les artistes qui, après vingt ans de carrière, continuent ainsi de rester en mouvement. Pour ma part, je suis de la dernière catégorie, les toujours fascinés (aveuglés?) par les nombreuses directions prises. S'ils pouvaient être plus nombreux à suivre cette lumière-là...

Clip de "Rendez-nous la Lumière" :

"Close West" en live au théâtre de la ville de Paris :
Album en écoute intégrale sur Deezer.

Commentaires

  1. Je n'ai d'yeux que pour "Remué", mais je suis toujours là, car j'aime aussi beaucoup la chanson française, Calogerobispo &co exclus.

    "bille en tète" !! c'est pour lui ??? :D

    Cette fausse facilité est pour mieux attirer, séduir, la prochaine rupture sera puissante, une fois tout le monde dans les filets. Belle remontée à la surface de l'eau avant une autre violente plongée.

    RépondreSupprimer
  2. Complètement fasciné aussi.
    BIZ

    RépondreSupprimer
  3. Pas mieux... "mes oreilles brûlent"...
    Bises aussi :)

    RépondreSupprimer
  4. en écoute depuis le 26/03 en boucle.... c'est un chef d'oeuvre!!

    RépondreSupprimer
  5. Assez d'accord avec toi Vincent, pour moi le disque se place dans la lignée d'Auguri et Tout Sera Comme Avant. En même temps en concert on retrouve bien la pâte Dominique A, dans la version plutôt Rock d'ailleurs...

    RépondreSupprimer
  6. Je suis en total désaccord avec votre avis.
    Je suis très fan de "Remué", "Auguri", "La musique", mais là... Impossible de passer au dessus de cette production racoleuse, à la Calogero, justement.
    C'est juste une grosse déception pour moi. Même certains textes sont peu inspirés (Rendez-nous la lumière) non mais!!!

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Didier,
    Au final, c'est donc bien ce que je disais : "il va peut-être perdre quelques fans..."
    "Production racoleuse", c'est quand même un peu exagéré ! Les arrangements sont nettement plus subtils que chez Calogero, par exemple. Disons que pour une fois, sa musique est plus ouverte, respire le grand air, sent moins le renfermé. On peut le déplorer. Ce n'est pas mon cas.
    Sinon, s'il fallait faire la fine bouche, pour les textes en retrait, oui, d'accord...

    RépondreSupprimer
  8. Cela m'ennuie d'avoir pensé à Calogero en écoutant cet album..
    J'aime cet album mais on sent effectivement la volonté de toucher un plus grand public.
    En même temps je pense qu'il mérite effectivement d'être encore plus reconnus.
    Dilemme...

    RépondreSupprimer
  9. Je n'ai malheureusement pas pensé qu'à Calogero en découvrant cet album.
    Je vous laisse imaginer les autres références qui me sont venues à l'esprit.
    De plus, il n'est même pas certain qu'il récolte un plus grand succès que d'habitude... S'il y avait une recette, on l'appliquerait depuis longtemps. Le succès ou pas d'un album reste toujours inexpliqué et le bon accueil de la presse ne garanti rien.
    Non, ce qui me gène dans cet album qui contient quelques beaux textes quand même, c'est que son univers, ces textes, justement, sont mis au service d'une production dont la démarche est de vouloir "s'ouvrir" et qui, pour le coup, tombe dans une banalité affligeante. en fat, ce qui me rend si dur vis à vis de Dominique A et cet album, c'est que j'ai l'impression d'avoir perdu un artiste que j'appréciais pour sa particularité qui, ici, lui fait défaut.
    J'espère juste cette étape n'aura été qu'une frayeur pour moi et qu'il reviendra à des choses plus profondes tant textuelles que musicales.

    RépondreSupprimer
  10. Je n'y me retrouve plus après deux albums, il a perdu quelque chose, ce n'est pas mauvais mais c'est moins bon qu'avant. Texte à rallonge, redite, bref il a perdu quelque chose en cours de route que je ne peux expliquer. Il y avait quelque chose que j'aimais beaucoup chez Dominique A que je ne retrouve plus.
    Remué c'est la claque dans les textes, dans le son...
    Qu'est devenu le morceau caché?

    Je préfère Dominique A en solo et je ne regrette pas de l'avaoir écouté en live pendant la période 2001-2006...

    RépondreSupprimer
  11. @Sylvain : Je ne trouve pas qu'il y ait redite justement. Ou alors dans le fond (les textes) plutôt que la forme, qui change toujours d'un album à l'autre. Quant à "Remué", le chanteur lui-même ne partage pas ton avis. Il suffit d'aller lire l'interview de "La Blogothèque" parue il y a quelques temps au moment des rééditions des 8 premiers disques : http://www.blogotheque.net/2012/02/14/rien-ne-sera-comme-avant/
    A croire qu'il fait tout pour changer de public car beaucoup de ses anciens fans ont justement pour disque préféré "Remué"...
    Quant à ce nouvel album, il est immédiat certes mais gagne bizarrement en saveur au fil des écoutes. Enfin, c'est un avis personnel.
    De toutes les manières, s'il y a une chose où tout le monde devrait se retrouver, c'est la scène. Dominique A y est de plus en plus impressionnant...

    RépondreSupprimer
  12. Je voulais dire redite dans le texte et d'ailleurs des fois ses phrases sont tellement longues si bien qu'en l'écoutant je trouve cela un peu laborieux ...

    Je connais son avis sur Remué, ce n'est pas la première fois qu'il le dit dans une interview mais je ne suis pas de son avis parce que des Remué, dans le paysage musical français ce n'est pas courant. C'était plus "couillu" que son nouvel album.

    Je trouve qu'il y a moins de mise en danger.
    Cela a commencé par cette orchestration douteuse du courage des oiseaux en live, version dansante.
    D'ailleurs voici une version de la Black Session de 2001: http://youtu.be/am_5U3PENAU


    De dire que Dominique A est de plus plus impressionnant en live, je ne suis pas d'accord, il "maitrise" peut-être plus certainement en groupe mais il était plus impressionnant en solo avant aussi, que de travail! Franchement il m'a bluffé. En live, il y avait plus de tentative de changer les versions originales... Le live à l'Européen en 2001 et celui du Trianon m'a marqué.

    Maintenant, je n'ai pas envie de lui lancer des pierres parce qu'en 20 ans de carrière il a donné généreusement à son public et qu'il a du mérite. D'ailleurs Remué aurait aurait du être meilleur album aux victoires de la musique pour l'année 1999... On ne peut pas rester indifférent par un tel album.

    RépondreSupprimer
  13. Je le trouve également "en retrait" par rapport au reste de son travail. De là à dire que, pour la cause, Dominique A a "perdu un fan", non, bien sûr! L'évolution de la relation entre un artiste et son auditeur (brrr, que c'est laid, "fan") ne s'évalue tout de même pas en de tels termes, surtout quand c'est bel et bien d'un artiste de cette envergure dont il est question...

    Personnellement, je suis très curieux de profiter de sa prestation aux Nuits Botaniques, à Bruxelles, dans un mois. Outre la reprise intégrale de son premier album (qui fait partie de la tournée, je crois), il interprétera 'Vers les lueurs' en création unique avec accompagnement d'un quintet à vent. Je crois que ce sera justement une belle occasion de le 'tester' sous forme et production différentes puisqu'il semble que c'est là que le bat blesse (pour ceux qui pensent qu'il blesse!). Et de remettre les montres à l'heure, pour autant que ce soit nécessaire...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu