Accéder au contenu principal

Thus:Owls, Still Corners, Beth Jeans Houghton and The Hooves of Destiny - Paris, Divan du Monde - 26 mars 2012

(photo piquée ici)
Oui, bon, ce n'est malheureusement pas tous les jours que j'ai la chance d'assister à des concerts, donc quand l'opportunité se présente (surtout si c'est gratuit :), disons que je n'hésite pas trop. En plus, une des artistes programmées (Beth Jeans Houghton) dans le cadre de cette soirée du festival "Les femmes s'en mêlent" fait déjà partie de ma liste de disques 2012. Tout a commencé de la meilleure des manières, enfin, façon de parler, plutôt de la même manière que cette journée inoubliable à Saint-Malo, il y a deux ans maintenant, c'est-à-dire avec les suédo-canadiens de Thus:Owls ("Ainsi, hiboux", comme dirait la présentatrice SM de la soirée, proposant entre chaque groupe un petit intermède gentiment décalé, mais à l'humour malheureusement assez répétitif). Et en deux ans, Thus:Owls n'a pas vraiment changé de fusil d'épaule. La chanteuse est toujours habillée comme une grande prêtresse new-age et la musique a souvent tendance à côtoyer le rock progressif. Bref, si je conçois que certains puissent y trouver leur compte, je me suis bien ennuyé. Ensuite, ce fut au tour de la version britannique de Beach House, Still Corners ("toujours au petit coin" comme dirait la matrone des lieux, alias "maîtresse divine") et si les guitares se font un poil plus rock que celles de leurs homologues américains, les chansons sont plusieurs classes en dessous. Reste l'incontestable magnétisme de la chanteuse - c'est sûr, c'est moi qu'elle regardait. Si elle a pu paraître froide et distante au début du set, cachée derrière sa longue crinière blonde et une interdiction formelle de sourire, il s'est avéré que cette posture correspondait plutôt à de l'appréhension voire de la timidité. Il faut dire que le groupe précédent avait semble-t-il endormi l'assistance, qui ne se réveillera jamais complètement jusqu'à la fin. Still Corners viendront à la fin de leur prestation vendre leurs tee-shirts et disques derrière le stand consacré à cet effet. Comme quoi, il ne faut pas toujours se fier à sa première impression...

Puis, the last but not the least, le groupe que j'attendais le plus de la soirée, fit son entrée. Il ne fallu pas bien longtemps pour qu'ils paraissent comme étant les plus pêchus du lot, à peine quelques notes. Malheureusement, eux non plus ne parviendront pas vraiment à enflammer la maigre foule du Divan du Monde, qui méritait pour l'occasion bien son nom. Cela ne suffit pas de réclamer l'appui du public, encore faut-il savoir le bousculer. Et puis, l'aspect de franche camaraderie que le groupe veut mettre en avant à tout bout de champ parait quelque peu forcé. Pourtant, la jeune anglaise a du talent à revendre, une belle voix, mais c'est encore maladroit - une reprise convenue du célèbre "Like A Prayer" de Madonna comme titre final, on a connu mieux pour laisser un souvenir impérissable. D'après ses dires, c'était seulement le sixième concert de l'année pour le groupe, ceci expliquant peut-être cela. En espérant que tout cela ne finisse pas comme du No Doubt, car vus les fringues et l'attitude faussement nonchalante, doute il y a.

Plein de très belles photos de la soirée ici.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu