Accéder au contenu principal

The Magnetic Fields - Love At The Bottom Of The Sea

Ceux-là, j'ai honte de le dire mais j'étais jusqu'à présent complètement passé à côté. Pourtant, "Love At The Bottom Of The Sea" est déjà le dixième album des Magnetic Fields de l'intrigant Stephen Merritt. J'avais juste vaguement entendu dire que le groupe se situait, quelque part dans la même mouvance que les Flaming Lips, Mercury Rev et autres Grandaddy. Etant donné l'amour que je porte à ces formations, cette impasse semble d'autant plus étrange. Chose à moitié réparée donc avec ce "kitchissime" nouvel album, qui ne se refuse aucune fantaisie, surtout pas celle de balancer des chansons toutes plus courtes les unes que les autres, à peine plus de deux minutes en moyenne. Les thèmes abordés sont d'ailleurs raccords avec le style musical : "Andrew In Drag", "I've Run Away To Join The Fairies" ou "The Horrible Party". La pochette façon "muppet" enfonce le clou : tout ceci n'est pas à prendre au premier degré. Pourtant, le look de Merritt et de ses acolytes n'a rien à voir par exemple avec l'excentricité d'un Kevin Barnes.
Il faut dire que sous des abords sucrés, "Love At The Bottom Of The Sea" présente des chansons pop de facture assez classique. Il me faudra sans doute aller plonger dans leur soit-disant grande oeuvre de 1999, le gargantuesque triple album, "69 Love Songs" pour me faire une idée plus précise du phénomène. En attendant, même si ce disque ne vaut pas les principales réussites des trois groupes nommés précédemment, il apporte un peu de légèreté et de synthés au quotidien et ce n'est pas si mal.

Clip de "Andrew In Drag" :

Album en écoute intégrale sur Deezer.

Commentaires

  1. Ecoute le fameux "69 Love Songs". C'est vraiment du très très bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah! que j'aimerais moi aussi découvrir 69LS aujourd'hui pour la 1ère fois! 13 ans après, toujours pas remis...Le Pet Sounds de ma génération peut-être

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro