Accéder au contenu principal

La musique à ... Michel Cloup

Quelle musique écoutaient tes parents ?
Mes parents écoutaient la musique à la radio. Nous n'avions pas de Hi-fi familiale. Je crois que mon père n'aimait pas particulièrement la musique et ma mère adorait les valses Viennoises.

Quels sont les premiers disques que tu as écoutés ?
Tous les samedis, nous allions au supermarché faire les courses et j'achetais un 45T, donc j'écoutais les tubes des années 80 sur mon tourne disque orange, dans ma chambre.

Premier disque acheté ?
"ça plane pour moi" de Plastic Bertrand

Y-a-t-il des disques que tu trouves un peu "honteux" aujourd'hui ?
Tous ceux que j'écoutais à cette époque le sont, sauf que je n'ai pas honte.

Comment es-tu arrivé dans le milieu de la musique ?
Dès l'âge de 10 ans, j'ai récupéré une guitare sèche à 3 cordes et un vieil orgue tout pourri, et j'ai commencé à gratouiller. Puis se sont enchainés les groupes de Lycée.

Y-a-t-il eu un déclic ?
Oui, mon premier concert, au Lycée, avec le groupe qui est devenu par la suite Lucievacarme. Nous avons commencé notre concert par une reprise de "Satisfaction", le public s'est excité, le filles se sont mises à danser et à crier, je me suis dit, dès les premières secondes : "voilà ce que je veux faire dans la vie."

Aujourd'hui, quelles sont tes principales influences ?
J'écoute beaucoup les songwriters américains contemporains et anciens : Bill Callahan, Scout Niblett, Neil Young, Léonard Cohen, et beaucoup d'autres...

Un (ou plusieurs) disques indispensables qui te suivent partout ?
Les albums solo de Bill Callahan.
 
Ecoutais-tu de la musique pendant l'écriture / l'enregistrement de "Notre Silence" ? Si oui, quel disque, quelle chanson ?
J'écoutais beaucoup "A river ain't too much to love" de Smog, un grand album silencieux.

Quel est le morceau (que tu as écrit) et dont tu es le plus fier  ?
Je suis toujours fier de mes dernières productions, donc "Notre silence", avant de les renier au profit des prochaines.

Une découverte récente ?
Karen Dalton.

Où est-ce que tu écoutes habituellement de la musique ?
Comme je suis souvent sur la route, c'est dans le van ou la voiture, en tournée, en conduisant ou en tant que passager.
Dans quelles conditions ?
En regardant le paysage.
Où est-ce que tu composes ta musique ?
Chez moi ou dans mon local de répétition.
Scène ou studio ?
J'aime les deux, même si je préfère les sessions d'enregistrements courtes et les longues tournées.

Quelle musique écoutent tes enfants  ?
Ils adorent le dernier Katerine, quelques trucs qu'on écoute à la maison aussi. Ma fille est fan des Jonas Brothers, elle essaie de m'initier, mais je n'accroche pas trop.
"Chanteur à papa" de l'année ?
C'est plaisant.

Commentaires

  1. Marrant que Michel cite Scout Niblett parmi ses influences : son concert cet été à Dijon (un soir d'orage...) m'avait fait penser à celui de Scout (aussi en plein air) l'an dernier. Deux excellentes prestations, il va sans dire...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro