Accéder au contenu principal

The Jam (4/6) : Setting Sons


Attention, chef d'oeuvre ! Pourtant, on reproche facilement à "Setting Sons", sa dernière chanson : "Heatwave", trop différente du reste, trop soul peut-être, et on en oublie qu'avant, il y a neuf titres impeccables aux mélodies vives, aux rythmes secs et tendus. "Setting Sons" est assurément mon disque préféré du groupe. Je pourrais citer presque tous les morceaux tellement, il n'y a pour ainsi dire ici rien à jeter, avec une légère préférence peut-être pour "Little Boy Soldiers". Mais "Saturday's Kids" ou le single "The Eton Rifles" sont superbes aussi. Bref, The Jam est à son meilleur et si vous ne devez acheter qu'un seul disque du groupe - ce qui serait dommage tout de même : "All Mod Cons" et "Sounds Affect" sont aussi excellents - ça serait sans doute celui-là. Paul Weller et sa bande se démarque définitivement du reste de la mouvance punk avec leurs influences très sixties et s'ils sont aujourd'hui un peu les oubliés du punk par rapport à leurs illustres contemporains, leur impact est tout aussi important dans l'histoire de la pop anglaise. Jolie confiture en quelque sorte ...

Vidéo de "The Eton Rifles" :


Sup up your beer and collect your fags,
Theres a row going on down near slough,
Get out your mat and pray to the west,
Ill get out mine and pray for myself.
Thought you were smart when you took them on,
But you didnt take a peep in their artillery room,
All that rugby puts hairs on your chest,
What chance have you got against a tie and a crest.

Hello-hurrah - what a nice day - for the eton rifles,
Hello-hurrah - I hope rain stops play - with the eton rifles.

Thought you were clever when you lit the fuse,
Tore down the house of commons in your brand new shoes,
Compose a revolutionary symphony,
Then went to bed with a charming young thing.

Hello-hurrah - cheers then mate - its the eton rifles,
Hello-hurrah - an extremist scrape - with the eton rifles.

What a catalyst you turned out to be,
Loaded the guns then you run off home for your tea,
Left me standing - like a guilty (naughty) schoolboy.

We came out of it naturally the worst,
Beaten and bloody and I was sick down my shirt,
We were no match for their untamed wit,
Though some of the lads said theyll be back next week.

Hello-hurrah - theres a price to pay - to the eton rifles,
Hello-hurrah - Id prefer the plague - to the eton rifles.

Hello-hurrah - theres a price to pay - to the eton rifles,
Hello-hurrah - Id prefer the plague - to the eton rifles.


(The Eton Rifles - The Jam "Settings Sons" - 1979)




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple,

Beak - >>>>

A peine remis du magnifique concert de Beth Gibbons, que nous apprenions la sortie surprise d'un nouvel album de Beak, groupe de Geoff Barrow depuis 2009 et la fin (?) de Portishead. Beak a la bonne idée d'intituler ses disques d'un " > " supplémentaire à chaque fois - on en est au quatrième - , comme pour dire que la formation est en constante progression, ce qui est assez vrai, tellement cette nouvelle mouture impressionne d'emblée. Les deux premiers titres, " Strawberry Line " et " The Seal " fixent la barre très haut. La production est toujours impeccable, avec une rythmique bien mise en avant, rappelant bien sûr le krautrock dont on sait que Barrow est amateur depuis " Third " chef d'oeuvre indépassable de Portishead, ce chant distant et ces chansons qui progressent lentement, créant ce climat de tension constante, dans l'attente de ce qui va suivre. La suite, moins immédiatement renversante, plus lancinante, nous

Top albums 2023

2023, fin de la partie. Bonjour 2024 et bonne et heureuse année à toutes et tous ! Je termine cette fois-ci un premier janvier, sur le fil, histoire de bien clôturer l'affaire, sans anticipation. Avant de vous dire qu'il s'annonce plein de bonnes choses musicalement parlant pour la nouvelle année, voici un récapitulatif de l'an dernier en 10 albums. 10 disques choisis le plus subjectivement possible, parce que ce sont ceux qui m'ont le plus emballé, le plus suivi pendant douze mois et qui je pense, me suivront le plus longtemps encore à l'avenir. 10- Young Fathers - Heavy, Heavy Ces jeunes pères de famille inventent une pop futuriste à partir de mixtures de TV On The Radio, Animal Collective ou autre Massive Attack. C'est brillant, novateur, stimulant, mais cela a parfois le défaut de ses qualités : notre cerveau est régulièrement en surchauffe à l'écoute de ces morceaux bien trop denses pour le commun des mortels, incapable de retenir autant de sons, d&