Accéder au contenu principal

Benjamin Biolay - La Superbe


Tiens, revoilà, notre Miossec des beaux quartiers, cette tête à claques de Benjamin Biolay. Et force est de constater une fois de plus que son nouveau disque est plutôt bon. Alors, bien sûr, ça commence à être un peu toujours les mêmes recettes, ça sent parfois un peu la facilité et le dilettantisme, mais c'est normal vu que cette fois-ci le bonhomme n'a pas fait les choses à moitié en proposant ni plus ni moins qu'un double album de 23 titres. En tout cas, il nous la joue toujours trentenaire dépressif, pas sûr de lui et ne croyant plus en rien. Avec lui, on ne sait jamais si c'est du lard ou du cochon : dépressif oui, peut-être, mais difficile de croire que le gaillard soit réellement mal dans sa peau. Surtout avec les conquêtes féminines que la presse people lui prête. Obsédé, ça oui, il ne s'en cache pas. Il faut d'ailleurs sûrement l'être pour écrire un album entier à la fade (mais très belle, il faut bien l'avouer) Elodie Frégé. Pour en revenir à Miossec, son influence saute ici particulièrement aux yeux ("Si tu suis mon regard", "Tout ça me tourmente", etc), peut-être encore plus que celle de Gainsbourg. Quelques titres sortent du lot comme le magnifique morceau d'ouverture "La Superbe" - qui est d'ailleurs aussi le titre de l'album - ou le Bashungien "Night Shop" - la nuit je mange ? -. Bref, encore un très bon disque d'un artiste qui nous prouve une fois de plus, qu'il est bien difficile d'avoir de bonnes raisons de le détester. (Site officiel)

8/10

Chroniques :
Le Monde
Good Karma
Slash-Taste

Commentaires

  1. Concernant les conquêtes féminines, il ne faut surtout pas croire ce qui se dit dans la presse.
    Biolay est un homme solitaire. C'est bien le dépressif que l'on perçoit dans ses chansons. Espérons que cet album lui apporte la reconnaissance qu'il mérite, il ira mieux après.

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi fade?Mince,foutez lui la paix a Elo!

    RépondreSupprimer
  3. Trash Yéyé et La Superbe, les 2 derniers albums sont très bons... Après, il a ses tics et ses ficelles, comme tous les auteurs de chansons (Gainsbourg compris, d'ailleurs). En fait, on juge trop Biolay sur ce qu'on imagine de lui. Le coup du "bobo", ça devient un cliché un peu facile qu'on lui colle ! Je ne crois pas qu'il soit plus "bobo" que Pascal Obispo. Il a juste immensément plus de talent !

    RépondreSupprimer
  4. à ceux qui disent qu'Elodie est fade ne l'ont surement pas vue en concert !!! c'est du grand n'importe quoi !!!!!!!!

    Bravo Elodie moi j'adore en tous cas .. belle et longue route à toi !!!!!!!

    RépondreSupprimer
  5. Je ne pensais pas qu'il y avait des fans d'Elodie Frégé à venir lire mon blog ...
    Je suis en tout cas content de vous accueillir, mais sachez qu'ici, ce n'est pas vraiment le style de la maison. Quant à aller la voir en concert, c'est carrément au-dessus de mes moyens ...

    RépondreSupprimer
  6. Comme disait Coluche : quand on n'en sait pas plus que çà, on ferme sa G..... !!!
    L'auteur de cet article devrait se renseigner avant de critiquer et écrire n'importe quoi
    Benjamin Biolay n'a pas écrit un album entier pour Elodie Frégé, sur les 16 titre de l'album Benjamin Biolay en a écrit 6 et Elodie 8 titres (textes et compos)+ un titre de J. LANZMANN et une reprise de S.GAINBOURG, Benjamin ayant assuré la réalisation
    Je conseille à ce "paltoquet" d'aller la voir en concert lors de sa prochaine tournée et de visionner dès maintenant sur youtube sa reprise en concert des "bêtises" de Sabine Paturel
    Des fades comme Elodie Frégé, iil nous en faudrait encore quelques unes pour relever l'affligeant niveau de la chanson française

    RépondreSupprimer
  7. Dis donc, c'est une véritable attaque en règle du fan-club d'Elodie Frégé !!!
    Alors oui, je m'excuse si Biolay n'a pas écrit entièrement le disque de la belle. C'est ma faute, je ne me suis pas renseigné assez ... mais à vrai dire, ça ne m'intéressait pas plus que ça.
    Quant à "l'affligeant niveau de la chanson française" comme vous dites, ça doit sans doute être en rapport avec vos goûts musicaux ...
    Car, au contraire, je trouve qu'il y a actuellement de très bons artistes en France. Et pour moi, la miss Frégé n'en fait malheureusement pas partie. Mais ce n'est qu'un avis personnel et il n'y a pas de raison de se déchaîner de la sorte pour autant ...

    RépondreSupprimer
  8. cites nous un ou plusieurs noms d'artistes, cela nous mettra de cerner tes gouts
    quand on ne connait pas ou ne s'intéresse pas on évite d'employer des noms blessants ou mieux on s'abstient
    Elodie n'est certainement pas la chanteuse du siécle mais au moins elle écrit des textes avec de belles musique, ça change des niaiseries avec des musique de kermesse comme les radios nous en gavent à longueur de journée

    RépondreSupprimer
  9. Pour connaître mes goûts, il suffit de lire mon blog ;-) Mais je suppose qu'ils seront bien différents des tiens.
    Quant aux "noms blessants", j'avais oublié qu'on pouvait être fan au point de prendre ces attaques pour des attaques personnelles.

    RépondreSupprimer
  10. laissez Elodie Frégé tranquille . Je pense que si on la connait (ce qui n est surement pas votre cas) on ne peut pas la trouver fade. De plus elle est très talentueuse et aussi très belle.

    RépondreSupprimer
  11. Ah ben si elle est belle alors...

    RépondreSupprimer
  12. connaissant très peu Benjamin Biolay jusqu'à LA SUPERBE....j'adore, j'ai acheté et ça passe en boucle chez moi, dans la voiture, dans ma tête, tous les titres me plaisent et me touchent. Quant à Elodie, j'ai été fan depuis le début car en plus que jolie, elle est généreuse, simple, et j'aime spécialement "la ceinture" bonne chance à elle.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple,

Top albums 2023

2023, fin de la partie. Bonjour 2024 et bonne et heureuse année à toutes et tous ! Je termine cette fois-ci un premier janvier, sur le fil, histoire de bien clôturer l'affaire, sans anticipation. Avant de vous dire qu'il s'annonce plein de bonnes choses musicalement parlant pour la nouvelle année, voici un récapitulatif de l'an dernier en 10 albums. 10 disques choisis le plus subjectivement possible, parce que ce sont ceux qui m'ont le plus emballé, le plus suivi pendant douze mois et qui je pense, me suivront le plus longtemps encore à l'avenir. 10- Young Fathers - Heavy, Heavy Ces jeunes pères de famille inventent une pop futuriste à partir de mixtures de TV On The Radio, Animal Collective ou autre Massive Attack. C'est brillant, novateur, stimulant, mais cela a parfois le défaut de ses qualités : notre cerveau est régulièrement en surchauffe à l'écoute de ces morceaux bien trop denses pour le commun des mortels, incapable de retenir autant de sons, d&

Beak - >>>>

A peine remis du magnifique concert de Beth Gibbons, que nous apprenions la sortie surprise d'un nouvel album de Beak, groupe de Geoff Barrow depuis 2009 et la fin (?) de Portishead. Beak a la bonne idée d'intituler ses disques d'un " > " supplémentaire à chaque fois - on en est au quatrième - , comme pour dire que la formation est en constante progression, ce qui est assez vrai, tellement cette nouvelle mouture impressionne d'emblée. Les deux premiers titres, " Strawberry Line " et " The Seal " fixent la barre très haut. La production est toujours impeccable, avec une rythmique bien mise en avant, rappelant bien sûr le krautrock dont on sait que Barrow est amateur depuis " Third " chef d'oeuvre indépassable de Portishead, ce chant distant et ces chansons qui progressent lentement, créant ce climat de tension constante, dans l'attente de ce qui va suivre. La suite, moins immédiatement renversante, plus lancinante, nous